Wednesday, April 5, 2017

MAIS... QU'AVEZ-VOUS FAIT ?

Oui, qu'avez-vous fait de votre vie ?

Ceci est un billet qui ne s’adresse pas à tous mais, j’en suis persuadé, qui va s’adresser à un grand nombre ; jeunes et moins jeunes, actifs et retraités, hommes et femmes.

Et pour ceux qui penseraient, ou tout du moins qui pourraient penser qu’il ne s’adresse pas à eux, peut-être est-ce du fait qu’il ne s’adresse plus à eux. Ils ont fait le nécessaire pour redresser la barre, pour changer de cap, ils ont rectifié le tir avant qu’il ne soit trop tard. 



Il ne vous est jamais arrivé de vous réveiller en sursaut au milieu de la nuit, en sueur et angoissé, après un mauvais rêve ? Et le seul souvenir de ce rêve qui demeure en votre mémoire, souvenir qui revient comme un leitmotiv : « Mais qu’est devenue ma vie, qu’ai-je fait de ma vie ? » 

Combien de fois vous est-il arrivé de prendre conscience que votre vie était loin de la vie que vous souhaitiez ? De cette vie que, jusqu’à ce jour, vous n’avez fait qu’entrevoir lors de rares moments de lucidité. Comme  je pourrais être heureux si seulement… Et oui, il y a ce ‘’si seulement’’.

Combien de fois avez-vous réalisé que votre vie ne suivait pas le chemin que vous souhaitiez lui faire prendre? Comme la majorité, vous vous sentez coincé, bloqué, pris au piège et vous vous posez la question de savoir pourquoi: « pourquoi tous mes objectifs, mes ambitions, mes désirs, mes souhaits et les rêves que j’avais quand j’étais plus jeune, n’ont pas été atteints, exhaussés ou ne se sont jamais réalisés ? Pourquoi tout ce que je voulais du plus profond de moi-même ne s’est jamais produit ?

Pourquoi n’avez-vous jamais été de l’avant dans votre vie, pourquoi subissez-vous les événements au lieu de les provoquer ?


Ah oui, vous êtes toujours pris au piège dans cet emploi qui vous bouffe la moitié de vos journées, si l’on compte les heures supplémentaires et les déplacements ponctués d’embouteillages.

Vous êtes seul et vous vous demandez pourquoi vous n’avez jamais rencontré cette personne si spéciale qui vient parfois hanter le côté obscur et profond de vos désirs. Vous êtes marié et votre couple n’est plus que morne routine, l’ombre de lui-même, un désert qui n’a plus rien de torride, un désert de glace… heureusement il y a les enfants, oui, mais ils sont déjà grands. Un prétexte, une excuse, un alibi facile qui vous permet de vous justifier auprès des autres et de vous convaincre qu’il n’y a pas d’autre solution. Vous arrivez ainsi à vous persuader qu’il n’y a pas d’autre issue à votre vie, que les choses sont écrites et que, ni vous, ni personne ne pourra jamais rien y changer.

Vous vivez dans un endroit qui vous déplait, entouré de gens que vous détestez, dans le bruit, avec la pollution et vous rêvez tout éveillé que vous êtes allongé sur une plage ensoleillée à écouter le bruit des vagues qui viennent mourir sur le sable blanc. Vous remarquerez que je n’ai pas ajouté le hamac, les cocotiers et la SanMig, light pour moi, glacée. Pas de vahinés non plus et c’est bien dommage.

En ce qui concerne les cocotiers, depuis que je connais le nombre de personnes qui meurent chaque année du fait de la chute des noix… j’évite. Eh oui, la noix de coco plus la loi de ce bon vieux Newton, ne font pas bon ménage avec la caboche du genre humain.




Chaque jour, vous faites et refaites les mêmes choses lassantes, assommantes, épuisantes, monotones, insipides, en espérant le miracle, le miracle qui va arriver bientôt et changer votre vie. Vous croyez aux miracles vous ? Le Tiercé, le Loto, l’Euro Million, une chance au grattage, une seconde au tirage ? Vous risquez d’attendre longtemps. De plus, ne dit-on pas que l’argent ne fait pas le bonheur ? Néanmoins, je vous le concède, il peut parfois y contribuer. Mais, désolé, le bonheur ne s’achète pas… je n’ai pas encore rencontré de boutiques, voire de supermarchés affichant « Bonheur à vendre ». Au détail ou en gros, faut-il vous l'envelopper ou c'est pour consommer de suite ?

Pourquoi ne pas aller de l’avant, pourquoi ne pas prendre le taureau par les cornes, de radicalement et drastiquement changer votre vie ? Se pourrait-il que vous ayez peur de quitter ce boulot que vous détestez ? De ne pas en trouver un autre ? N’auriez-vous pas la confiance en vous nécessaire à un retournement de situation ? N’y a-t-il pas un proverbe qui dit que plaie d’argent n’est pas mortelle ?

Je vous entends déjà me rétorquer : « Mais les factures, les crédits, ma carte visa qui est à découvert, de plus il me faut aller au ravitaillement, il n’y a plus rien dans le réfrigérateur, les réservoirs des voitures sont vides, la cantine scolaire des enfants, les impôts, etc. ».

Se pourrait-il que vous ne rencontriez pas cette personne spéciale que vous recherchez, du fait que vous êtes trop occupés, trop stressé, pas assez sûr de vous-même ? Que vous pensez ne pas être assez riche, assez beau, que vous n’avez rien de spécial à offrir dans votre appartement HLM, voire dans votre minuscule et vieillot pavillon de banlieue ? Allez-vous rater cette personne spéciale du fait de la vie ‘’ merdique’’ que vous menez ? 


Vous auriez aimé peindre, écrire, jardiner, bricoler, voyager… oui, mais vous n’en trouvez ni le temps, ni les ressources physiques et morales nécessaires. La vie que vous menez vous use, attention… l’accident cardiaque est au coin de la rue.

Depuis des années vous ne mangez plus de produits sains. Pour raisons à la fois financières et de temps, vous êtes plus abonné au Macdo du coin qu’aux produits de la ferme. De ce fait votre santé s’en ressent gravement. Vous dépensez plus que vous le souhaiteriez en médicaments, vitamines et autres remontants. Votre stress permanent vous a rendu accroc aux anxiolytiques et antidépresseurs.

De plus, votre peur de l’inconnu vous empêche de visiter les destinations dont vous avez toujours rêvé. Vous vous contentez de vous projeter dans le mystérieux, l’obscur et l’inexploré (pour vous), par le truchement du National Geographic et de quelques rares autres émissions que l’on peut trouver sur le câble et l’internet. Sans vous demander de devenir  le nouvel Indiana Jones, n’auriez-vous pas la possibilité de mettre un peu de piment dans votre vie, de vous rapprocher quelque peu de votre idéal de vie.

Vous êtes bloqué, coincé, lié, ancré, englué et de plus vous êtes constamment à envisager le pire des scénarios ; chez vous l’Hymne à la joie se métamorphose comme par enchantement en Marche funèbre.
Et si vous jouiez (du verbe jouer et non pas jouir) plutôt l’introduction du Roi d’Ys (E. Lalo) dans l’ouverture de Carmen (G. Bizet)? Cela pourrait vous détendre quelque peu… ah, pas le temps !



Afin de vous rassurer, je vais vous donner une bonne nouvelle : la bonne nouvelle est que vous n’êtes pas seul dans ce cas. Nombreux sont ceux qui vivent une vie de ‘’Klongs’’ parce qu’ils ne voient pas comment faire autrement. Dans un sens c’est presque normal, j’oserais même dire que c’est voulu par certains.

La mauvaise nouvelle, il en faut bien une, c’est que si c’est presque normal, en fait cela ne l’est pas du tout. Mais au fait, vous vous êtes volontairement laissé piéger !

Vous dites que vous voulez un meilleur emploi, voire créer votre entreprise. Vous dites que vous voulez l’amour et la camaraderie. Vous dites que ne voulez plus être gros, plus être malade… vous avez même pris la résolution de faire un régime après le réveillon, de réduire vos médicaments lors de vos prochaines vacances et vous dites que vous allez commencer à voyager l’année prochaine…

Avez-vous remarqué comment vous repoussez tout à plus tard !

Vous continuez à accepter les choses comme elles sont, peu importe l’impact négatif qu’elles peuvent avoir  sur votre vie. Vous acceptez le statu quo, vous ne cherchez pas le changement, car le changement est difficile.  Il demande de prendre des mesures souvent draconiennes et vous avez peur de prendre des mesures ; vous avez été conditionné pour ne pas prendre de mesures, mesures qui vous libéreraient de vos chaînes.


Vous me dites : « Je ne peux pas perdre mon travail, car j’ai des factures à payer ».
Étonnant quant on sait que vous détestez votre emploi et que vous êtes à vous plaindre de celui-ci à longueur de journée. Vous dites que votre patron vous exploite, qu’il devient de plus en plus riche et que  votre salaire n’a pas été augmenté depuis trois ans. Vous rouspétez du fait que l’on vous en demande toujours plus et que, fatigué, vous ne pouvez faire ce que vous souhaiteriez une fois rentré à la maison.

Vous aviez choisi un métier plein d’avenir et aviez devant vous un plan de carrière extraordinaire.
Plan qui est tombé à l’eau avec l’arrivée de l’informatique.

Mais, avez-vous remarqué que dès que vous avez un peu d’argent de côté, il vous faut impérativement le dépenser dans le dernier gadget à la mode. Gadget dont vous n’avez jamais le temps de profiter pleinement.

Vous êtes enfermé dans les dettes, vivant avec nombre de choses matérielles qui ne vous apportent, en fait, qu’une satisfaction éphémère. La satisfaction d’acheter, le consumérisme poussé à l’extrême.

Et c’est cette dette qui vous cloue au pilori, car, en suivant vos rêves, vous craignez de ne pas pouvoir la rembourser.

C’est un cercle vicieux dans lequel vous vous êtes enfermé, il vous sera difficile de le briser.
Maintenant, vous êtes si occupés que vous n’avez pas le temps pour autre chose.
Vous ne rencontrez personne, sauf peut-être quelques rencontres sans lendemain sur les réseaux sociaux et les sites de rencontres. Votre vie sociale est un désastre.



Vous en êtes arrivé à avoir peur de tout. Peur de perdre votre emploi, peur de ne pouvoir rembourser vos dettes, peur d’avoir un accident, peur de voyager, peur de faire un régime, peur de changer la moindre petite chose à votre vie actuelle. Pourquoi allez-vous sur les sites de rencontres ? Parce que vous avez peur de rencontrer l’autre, peur de l’affronter directement, peur de ne pas être à la hauteur ? Vous avez peu à peu perdu cette belle assurance, cette confiance que vous aviez en vous et ceci se reflète dans tous les aspects de votre vie.

De plus, vous êtes confinés dans un univers fermé.
Les parents, la famille plus élargie, les amis, à la condition d’en avoir, les vrais amis se font de plus en plus rares de nos jours, les copains, les collègues de travail et… les ‘’amis’’ Facebook !  

Vous me dites « Je vais voyager l’année prochaine, quand les choses se seront un peu calmées ».
Désolé, il n’y a pas et il n’y aura pas d’année prochaine pour vous, sauf à… régler rapidement vos affaires en cours et prendre un billet d’avion. Vous me dites, « dès que je vais arriver à la retraite, je vais totalement changer de vie ». Mais vous rendez-vous compte que l’âge de la retraite s’éloigne au fur et à mesure que vous vieillissez ? Pensez-vous qu’une fois perclus de rhumatismes, avec votre diabète, votre problème de cœur, votre tension et autres, vous pourrez enfin vivre une vie pleine et heureuse ?



Il vous reste la possibilité d’attendre que la maladie d’Alzheimer, qui touche de plus en plus de personnes dans les pays développés (une sur quatre-vingt cinq), fasse son œuvre. Vous n’aurez ainsi plus de soucis à vous faire au sujet de votre vie pleine et heureuse. La maladie de Parkinson vous aidera certainement à passer une retraite de rêve (une personne sur cent est touchée)! 

Ça y est, enfin j’ai réussi à vous faire réagir ?
Prise de conscience ou simple sursaut temporaire ?

Vous allez me rétorquer que pour vivre il vous faut travailler.
Oui, mais il y a travail et travail ! En ce qui me concerne, plutôt que travail, j’ai pour habitude d’employer les mots ‘’générer des revenus’’.

Au fait, connaissez-vous l’étymologie du mot travail ? Il vient de l’ancien français travail, qui se traduisait par tourment, souffrance. Ne parle-t-on pas de la table de travail ? De cette table sur laquelle les femmes souffrent avant la délivrance ?

« L’homme qui vendait son travail, qui recevait un salaire, se dégradait au rang des esclaves, il se vendait comme esclave, il perdait sa dignité d’homme libre. Cette action dégradante est commise quotidiennement par les hommes libres de la société capitaliste. Les prolétaires de la main comme ceux de l’intelligence, n'ont qu’une unique préoccupation : se vendre, vendre leur travail manuel, vendre leur travail intellectuel, vendre la pensée, cette chose sacrée ». (Paul Lafargue)

De plus, vous risquez de devoir vivre de plus en plus souvent dans une sorte de schizophrénie permanente. D’un côté, vous vivez dans un calme et une tranquillité apparente. Puis dans votre normalité quotidienne, parfois, vous aurez à faire face à une irruption de violence extrême. C’était le cas il y a quelques mois à Paris, puis ce fût Bruxelles, Nice... et ce n’est certainement pas terminé.


La normalité a été brisée pour laisser place à l’horreur la plus abjecte. Certains ont pu survivre, d’autres ont été blessés, enfin, beaucoup trop de nos concitoyens ont été tués et y ont laissé la vie.

La vie est un bien précieux, exceptionnel, unique, ne la gâchons pas.

Les convenances, le paraitre, l’apparence que vous souhaitez donner aux autres de vous-mêmes sont des tueurs. Vous avez une femme, des enfants et vous travaillez comme un fou pour faire construire la maison de vos rêves, avoir le dernier modèle de voiture, scolariser votre progéniture dans le privé, avoir votre voilier dans un port de Bretagne et… boom, non ce n’est pas un attentat terroriste, c’est juste votre épouse qui demande le divorce. Dans le meilleur des cas vous y laissez la moitié de vos biens et ne verrez vos enfants que lors des vacances scolaires.

Vous pensiez avoir tout et patatras, vous n’avez plus rien ; plus d’épouse, plus d’enfants, plus de belle maison, plus de voilier, etc. Vous aviez tout, ou presque et du jour au lendemain, plus rien. Allez-vous recommencer la même chose avec une nouvelle compagne ?

De plus, si l’on tient compte de quelques autres données comme la robotisation, les privatisations de la santé, du système de protection sociale et de pans entiers de secteurs actuellement dévolus au gouvernement qui vont être transférés au secteur privé, aux multinationales, je vois le système très mal parti. 


Bon Dieu, lisez ou relisez, entre autres, 1984 et le meilleur des mondes. Nous sommes en plein dedans !

Acheter immédiatement un billet d’avion pourrait être la solution, tout du moins un début de solution, le premier pas vers une autre vie, une vie plus conforme à votre attente, à vos espérances et à vos souhaits.

Je ne dis pas de vivre comme l’homme des cavernes, ni même comme Tarzan et Jane, sachons profiter de ce que la technologie nous apporte de meilleur, mais sans tomber dans les excès, sans tomber dans le piège.

On vit très bien dans une maison qui n’a pas été construite pour durer des siècles.
Un véhicule de dix ans d’âge, fonctionne très bien s’il est bien entretenu.
Manger fruits et légumes, poissons et crustacés à la place de la nourriture malsaine des fast-foods et autres plats préparés surgelés, profitera grandement à votre santé ; je sais cela demande de cuisiner… Je vous fais remarquer que ce peut être un plaisir de cuisiner, de plus vous devriez avoir le temps de faire ce qui vous plait, une fois abandonnée la Rat Race.

Je prends un exemple simple. Pourquoi acheter les derniers portables Samsung, Lenovo, Acer, Apple ?
Je viens de compter les portables que nous avons, tous datant de moins de trois ans ! Dix qui ne sont plus utilisés… Plus celui de mon épouse, ceux de mes filles et de mes trois fils… total seize !

En ce qui me concerne et compte tenu de l’utilisation que j’en fais, passer des appels téléphoniques, envoyer et recevoir des messages… j’ai acheté un modèle basique du nom de Myphone, avec des touches. Le coût 1.500 pesos (€ 30). Bien que simple, je peux recevoir l’Internet, la FM, la TV, prendre des photos, faire de la vidéo et il y a même des jeux…
Avantages de mon appareil, il peut tomber du second étage sans se détruire, la batterie dure une semaine avant d’avoir besoin d’être rechargée et je peux le perdre ou me le faire voler sans m’angoisser outre mesure.


N’avez-vous pas l’impression, quelque part, de perdre votre vie en essayant de la gagner ?
Le qu’en dira-t-on, l’apparence, le posséder plus pour paraître mieux et cette ineffable conformité sociale sont autant de chaînes qui nécessitent un graissage permanent pour conforter son appartenance au groupe. L’activité, nécessaire au bien-être humain et à son maintien dans des conditions de vie décentes, a été savamment détournée (au profit d’une minorité) pour devenir cette norme appelée « travail », une activité rémunératrice aujourd’hui obligatoire pour survivre !

Du jour où l’Homme prendra conscience du véritable sens de la vie, sens qui se situe à l’opposé de cette course folle dans laquelle il s’est engagé, à cent lieues du triptyque infernal « métro – boulot – dodo » auquel a été ajouté une dose de loisirs (Loto) en guise de soupape de sécurité… certains auront du souci à se faire.

Vivons simple, mais vivons bien et surtout prenons le temps de vivre.

Tel qu’indiqué au début de ce billet, ceci ne s’adresse pas à tous, nombreux sont encore ceux incapables de franchir le Rubicon. Néanmoins, je constate que vous êtes de plus en plus nombreux à prendre conscience que la vie que vous avez, celle que vous subissez tous les jours, ne correspond pas à vos souhaits, qu’elle ne vous mène nulle part, sinon au devant de multiples désillusions.

Nul besoin de vivre dans un pays tropical pour vivre heureux. Néanmoins, le fait de voir le soleil tous les jours ou presque, agit grandement sur le moral. La vie y est souvent moins chère, les fruits et légumes y poussent en quantité toute l’année, l’air y est moins pollué, les gens y sont plus sympas, plus simples et accueillants, etc.


Ici, aux Philippines, il est tout à fait possible, pour un couple, de vivre bien sur un budget de € 1.000 à 1.200. Vous allez me dire, « oui, mais encore faut-il les avoir ! »
C’est évident… mais, vous avez une maison ou un appartement, en France ou en Europe.
Louez cette maison ou cet appartement. En fonction de sa taille et de son emplacement, ce bien immobilier va vous rapporter… disons entre € 600 et € 1.000 par mois. Ceci étant du brut, nous dirons entre € 500 et € 800 en net. Donc il ne vous reste plus qu’entre € 200 et € 500 de revenus à générer par mois pour couvrir votre budget aux Philippines. Et des possibilités de générer de petits montants ce n’est pas ce qui manque. J’en donne plus de cent exemples dans mon petit livre « 101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre ».

Vous avez un petit capital, disons € 100.000, que vous investissez en faisant l’achat de trois studios dans un condominium à Manille. Bien loués, ces trois studios devraient vous permettre de générer une soixante de milliers de pesos (€ 1.200) par mois. Quelques maigres heures sur le net devraient pouvoir améliorer quelque peu ce budget. Pour exemple, vous avez un certain don artistique et peignez des scènes de la vie quotidienne philippine ; si vous n’y connaissez rien à la peinture, vous allez acheter des toiles à un ou des artistes locaux. Dans un cas comme dans l’autre, vous allez vendre ces œuvres sur le net. Vous multipliez par trois ou quatre ce genre de petit business et ce serait bien le diable si vous n’arriviez pas à générer quelques centaines d’euros qui vont venir compléter votre budget.


Je viens de relire les directives de l’Union Européenne pour la France pour les années 2015, 2016, 2017 et 2018. Le carnet de route qui, sans aucun doute, sera suivi par celui ou celle qui sera élu à la présidentielle française… L’avenir s’annonce bien sombre !

Les prévisions météo pour l'hexagone sont très bonnes, soleil et températures qui montent, c'est le printemps. Aussi je vous souhaite de passer une excellente semaine et que la Force soit avec vous.


Vous pouvez me joindre en laissant un commentaire sur ce blog ou en me contactant par mail jevisauxphilippines@gmail.com

Retrouvez-moi sur  :
Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.

Prendre sa retraite aux Philippines,
Pourquoi ?
7107 îles, plus de 36.000 kilomètres de côtes,
   des  milliers de plages de sable blanc, le soleil toute l’année ;
des montagnes qui culminent à près de 3.000 mètres,
la jungle, les forêts, des paysages grandioses.

Une population chaleureuse et accueillante, des tribus colorées.
Un excellent service de santé à un prix abordable. Le coût de la vie,
   un des plus bas au monde ; de nombreux avantages offerts aux retraités,
pas d’impôts ni de taxes.

      Rendez-vous sur la page livres pour en savoir plus.




Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,





S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.


Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’



Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’



 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines







Post a Comment