Tuesday, November 14, 2017

VIVRE HEUREUX AVEC DEUX CENTS EUROS AUX PHILIPPINES ?

Peut-on espérer  une vie heureuse avec des revenus de dix mille pesos mensuels aux Philippines ?

Après plus de vingt années passées sur l’archipel du sourire, je répondrais oui !

Dans leur grande  majorité les Philippins vivent heureux, plus spécialement en province, j’aurai l’occasion d’y revenir et souvent avec des revenus inférieurs à ceux annoncés ci-dessus.

On attend plus que vous !

Maintenant et afin d’éviter toute polémique, je précise et j’insiste sur le fait que je parle de Philippins et non pas d’étrangers venus vivre « au Paradis sur terre ».  

Quelques chiffres :

Les revenus moyens mensuels d’une famille philippine sont de l’ordre de vingt-deux mille deux cents pesos par mois (22.500) et une famille moyenne se compose de cinq à sept personnes. (Ceci est mon estimation, je n’ai trouvé aucun chiffre précis sur la composition exacte d’une famille philippine type).

Le salaire minimum à Manille, salaire qui est le plus élevé de l’archipel, se situe aux alentours de cinq cents pesos (précisément 512 pesos pour les travailleurs non employés dans l’agriculture ou le commerce de détail) par jour et ce pour un mois qui se compose généralement de vingt-cinq jours travaillés (total mensuel 12.500 pesos). Pour plus d’information consulter le site du Department Of Labor and Employment, DOLE : 


Mais, et ce afin d’éviter toute mauvaise interprétation, je déconseille vivement à tout étranger d’essayer de vivre sur un tel budget ; pourquoi me direz-vous ?

One shoot ?

Je vais vous donner quelques explications.
D’après les statistiques gouvernementales quatre-vingt-trois pour cent (83 %) des Philippins sont couverts par le système de santé PhilHealth ; un peu l’équivalent de notre Sécurité Sociale et nombreux sont ceux qui le sont gratuitement. Celui qui dispose dans sa « maison » d’un poste de télévision, d’un ventilateur et de quelques ampoules électriques pour s’éclairer ne va pas, ou presque pas payer pour sa consommation électrique. Ici plus vous consommez de kilowattheures et plus vous payez ; en fait vous payez pour les plus pauvres. Nous sommes loin du tarif dégressif de notre société de consommation.

Pas d’hiver aux Philippines. Pas besoin de chauffer les pièces afin de ne pas grelotter, un simple ventilateur qui consomme cinquante watts et vous passez la nuit comme un bienheureux.

Une très grande majorité des Philippins sont logés gratuitement, soit au sein de la famille, soit en squattant, ce qui est fortement toléré par le gouvernement, ceci au grand dam du FMI et consorts (cela ne rapporte pas).

Je reprends ce que j’écrivais au début de ce billet, peut-on vivre heureux sur un budget mensuel  de € 200 ?
Et je veux dire heureux, non survivre !


La plage du Roy Marcus

Il faut savoir que des millions de Philippins le font et croyez-moi, ils sont nombreux ceux qui pourront vous confirmer que le Philippin semble plus heureux que la majorité des gens qui vivent dans les pays dits développés, ces pays occidentaux où tout le monde semble faire la gueule.

Il n’y a aucun moyen de mesurer le degré de bonheur d’une population, néanmoins, nous pouvons trouver quelques indications en comparant, par exemple, les taux de suicides : trois virgule huit aux Philippines (3, 8), douze virgule six aux USA (12, 6),  quatorze, virgule sept (14, 7) en France et près de cent (100) dans certains pays du Nord de l’Europe, ceci par tranche de cent mille (100.000) habitants.

La consommation d’anxiolytiques, d’antidépresseurs et autres drogues médicinales, est sans aucune mesure entre les pays occidentaux et les Philippines (pays où la majorité de ces produits sont interdits).

Le fait que trois fois plus d’Américains et quatre fois plus d’Européens se suicident, choquerait probablement les Philippins s’ils en étaient informés, eux qui considèrent ces pays comme la terre promise, alors que ces pays sont en fait des pays où l’on s’ennuie à mourir.
Essayons de comprendre pourquoi ces différences.

Qu’est-ce qui pourrait faire la différence, qu’est-ce qui pourrait expliquer que le Philippin vit une vie simple et heureuse (avec peu d’argent), alors que l’Occidental semble stressé en permanence, qu’il court après le temps et donc après l’argent, selon ses critères ; qu’il est toujours sous pression, souvent pas bien dans sa peau et semble-t-il atteint de la maladie du mal  de vivre ?  


Emperador bien présenté

Combien de policiers, combien de paysans se suicident chaque année en France ? Pourtant, le paysan, celui qui vit de la terre, au milieu de la nature et des animaux, ne devrait-il pas être le plus heureux des hommes ?

Et bien non, vous vous êtes laissé avoir par le système, ce système qui veut vous transformer en robot, je dirais plus, en robot esclave ; oui, mais, même les robots peuvent avoir des états d’âme.

Le policier n’est plus là que pour faire de la répression, pour faire du fric, il a des quotas à respecter, il faut qu’il rapporte au système, faute de quoi il est puni. L’on peut parfaitement comprendre, tout du moins je le comprends, que certains n’acceptent pas d’être traité de la sorte, ils ne sont pas entrés dans la police pour remplir les caisses de l’État. Ils sont entrés dans la police pour faire respecter la loi, pas pour servir de pompe à fric.

 Pour ce qui est du paysan, on lui demande de produire de plus en plus à un coût toujours plus bas et ce n’est pas lui qui va récolter les fruits de son labeur ! Ce sont généralement de grosses sociétés, des multinationale, des transnationales et la grande distribution qui vont faire leur beurre (oui, j’ose) sur le dos de nos paysans. Et comme cela ne leur suffit pas, ces grandes entreprises vont aller planquer leurs bénéfices dans des paradis fiscaux, échappant ainsi à l’impôt qui aurait pu servir à réparer la route qui mène à la ferme de notre paysan, à réparer l’école du village ou le pont qui menace de s’écrouler et surtout à alléger l’impôt, que dis-je, les dizaines d’impôts qui pèsent sur le citoyen français lambda.



Même les Kanos s'y mettent
    
En Occident, plus tu en as, plus tu en veux, la possession est devenue gage de réussite.
Mais avez-vous réfléchi ? Tout ce que vous achetez ne fait que nourrir, pour ne pas dire goinfrer le système, cette infime minorité qui vit sur le dos de la société, sur votre dos !
Posséder des choses matérielles est devenu plus important que les rapports que l’on peut avoir entre humains et tout est fait afin de vous pousser dans ce sens, vous pousser à acheter encore et encore, tout en devenant de plus en plus individualiste.

Ce n’est certainement pas l’accumulation de choses et de biens qui vont vous rendre heureux. Deux, trois Rolex, une Radon, une Breitling et après… cela va-t-il changer le temps dans lequel vous vivez ? Une simple Swatch pourrait aussi bien vous donner l’heure, peut être avec un petit peu moins de précision, mais êtes-vous à quelques secondes près ?
De plus, il s’agit souvent d’achats compulsifs, vous vous faites plaisir sur l’instant, un petit moment de ce qui vous semble être le bonheur. Accumuler pour le plaisir d’accumuler ?

La foi en Dieu et en la vie d’après continuent à guider le Philippin.
Pas tous, néanmoins le « après la mort » continue à guider de nombreux comportements.


Mayon, volcan actif

 Le suicide, fortement réprouvé par la religion catholique, est certainement mieux accepté en Occident, ce qui peut, dans une certaine mesure, expliquer les différences de taux.
Le climat et le manque de soleil affectent fortement les pays du Nord de l’Europe, mais pas que le Nord de l’Europe. Allez passer un hiver à Anchorage, (Alaska) vous m’en direz des nouvelles. Donc, nous pouvons raisonnablement dire que le climat joue un rôle important dans la vie du Philippin et ce ne sont pas les quelques typhons et autres catastrophes naturelles qui vont affecter son moral… ou alors si peu. Fatalisme me direz-vous ? Non, plutôt la foi en Dieu, c’est comme ça, car Dieu le veut.

Généralement le Philippin s’amuse, se détend et prend plaisir à s’entretenir, à discuter et à boire avec d’autres Philippins. Soit sous le Kubo, entre amis, lors de sessions Imperador et Red-Horse, soit dans des bars où parfois se trouvent des jeunes filles accueillantes. Mais la tendance récente serait à la désertion des bars au profit du Kubo. Les prix des alcools et cigarettes ont fortement augmenté ces dernières années et les jeunes filles, munies de téléphones portables, préfèrent chasser via SMS.

Hommes et femmes se mélangent  rarement ; pas de femmes sous le Kubo, elles sont généralement non loin de là, parfois à boire de l’Emperador dilué dans un jus de fruits, toujours à parler de choses souvent insignifiantes et à chanter sur le karaoke de la maison,. Les prix de ces appareils ayant fortement chuté ces derniers temps, ils sont ainsi devenus abordables pour de nombreux locaux.

L’occidental lui, aurait plutôt tendance à choisir des divertissements solitaires.


Pêcheur solitaire

Il va prendre sa voiture ou sa moto pour faire un tour, se défouler un peu, bien que cela devienne de plus en plus difficile, répression oblige ; il va se réfugier dans son bureau et s’installer devant son ordinateur, bricoler pour le bricoleur, jardiner pour l’amateur de légumes et fruits frais ; tondre sa pelouse, laver sa voiture, aller à la pêche, etc. mais seul, toujours ou presque en solitaire. 

L’individualisme occidental contre une forme de collectivisme du Sud-est asiatique. Attention, ne vous méprenez pas, aux Philippines ce que je nomme collectivisme correspond à la famille… très élargie. Un cousin au cinquième degré est un proche et il y a tous les Kompadre et Komadre !

Regardez les enfants philippins, ils sont toujours en train de sourire, quand ils ne rigolent pas franchement… ils sont heureux d’aller à l’école, ils ont leur uniforme, leur Bahon (argent de poche), leur sac à dos. Ils ne pensent pas à taguer, voire à saccager leur école, ils respectent leurs maîtres et professeurs, ils sont heureux d’apprendre, même si le système éducatif laisse à désirer (mais, toujours selon nos critères d’occidentaux).

Mais au fait, qu’en est-il du nôtre ?               
Où certains voudraient que l’on enseigne l’arabe dès la maternelle, la théorie des genres ( ?), l’éducation sexuelle et la masturbation dès le primaire… ils ont raté une marche et sont tombés sur la tête ?



Pêcheurs philippins, jamais seuls

Le premier qui se pointe et qui me dit que mes enfants doivent apprendre à se masturber dès leur plus tendre enfance,  je lui fous mon poing dans la gu…..,  je le déchiquète et ne le laisse pas repartir vivant !  À mort les pédos, laissons à nos enfants la possibilité de vivre leur enfance en enfant, sans intervention aucune d’adultes dépravés.

S’ils songent à jouer au docteur, comme nous sommes nombreux à l’avoir fait, il n’y a aucun probl
ème, mais par pitié, laissez les enfants jouer ensemble et découvrir ensemble leur sexualité. Pas d’ingérence malsaine d’adultes.

Je suis le père de cinq enfants aux Philippines, deux filles et trois garçons et je peux vous certifier que je n’accepterais pas ce qui est en train de se mettre en place au niveau de l’Éducation Nationale en France. Heureusement et je dis bien heureusement, mes enfants ne sont pas scolarisés en France. C’est du délire total et cela émane de l’OMS, l’Organisation Mondiale de la Santé. 


Il faut le voir pour le croire !

Donc, notre Philippin avec ses 10.000 pesos mensuels vit heureux !
Vous me direz que vivre avec 10.000 pesos par mois… c’est la misère.

Plage sans pêcheur

Essayons de comparer ce qui est comparable. Combien vous coûtent votre loyer ou vos remboursements de crédit pour l’habitation ? Combien vous coûtent le chauffage et la production d’eau chaude sur une année ? Combien vous coûtent votre ou vos voitures ? Combien vous coûtent les assurances diverses et obligatoires ? Combien payez-vous de taxes et impôts sur douze mois ? Combien payez-vous de consommation de gaz et d’électricité ? Combien vous coûtent l’habillement et les chaussures ? Combien laissez-vous aux banques et institutions financières en intérêts, agios, tenue de compte et autres frais bancaires ?

Le Philippin de province, la majorité de ces dépenses il ne connait pas.
Pour vivre le Philippins se contente d’une pièce, voire d’une portion de pièce, il n’a nul besoin de sa chambre et de sa salle de bain individuelle. De plus, la plupart du temps il vit dehors.
Le chauffage il ne connaît pas, par contre il va utiliser un ou deux ventilateurs de cinquante watts chacun pour se rafraîchir aux heures les plus  chaudes de la journée et pour éloigner les moustiques durant la nuit. Rares sont les Philippins, même chez les riches, qui disposent d’un système de chauffage de l’eau.

Pour ce qui est des rares déplacements qu’il pourrait avoir à effectuer, le Philippin utilise les transports en commun ; tricycles pour les petits parcours et bus pour les parcours un peu plus longs. Ternate / Naïc, une distance de dix kilomètres, en bus vous payez quinze (15) pesos, soit un quart d’euro. Les assurances, sauf à avoir un cyclomoteur ou exploiter un jeepney, il ne connait pas. Les impôts et taxes il ne va pratiquement pas en payer.  Ce qui correspond au  foncier est très faible, de plus souvent divisé entre plusieurs membres d’une même famille, voire plusieurs familles qui vivent sous le même toit. Pas de taxe d’habitation, juste une taxe foncière payée par le propriétaire.

Ternate, Cavite

Pour ce qui est de l’habillement, du premier janvier au trente et un décembre, le philippin fait au plus simple.
Short et teeshirt et aux pieds les ‘’Genelas’’, flip-flop ou sandales. Deux-cents à deux-cents cinquante pesos et il a une tenue. Trois quatre tenues et il fait l’année ! Oh, il a bien de côté une chemise à manches longues et un pantalon ainsi qu’une paire de chaussures… le tout réservé aux grandes occasions.

Pour ce qui est des finances, quatre-vingt-six pour cent (86 %) des Philippins n’ont pas de compte bancaire !

En cas de gros problème de santé, la solidarité va jouer afin d’apporter le complément au système de santé PhilHealth.

Nombreux sont ceux qui ont quelques revenus supplémentaires, l’économie souterraine, aussi appelée informelle est très importante aux Philippines. Le peintre, le plombier, l’électricien, le maçon, le charpentier, vont travailler quelques heures, généralement chez des gens ’’riches’’, souvent des OFW, afin d’arrondir leurs fins de mois.
Une partie de cet argent va servir à acheter une bouteille d’Emperador, cette imitation de Brandy, sans quoi une discussion entre Kompadre ne saurait-être complète.

D’autres possèdent un petit Sari-sari store, cette minuscule épicerie qui se retrouve sur la devanture d’une maison sur cinq dans les rues philippines.  Souvent tenue par la grand-mère ou une des filles de la famille, cette activité génère quelques centaines de pesos par semaine et permet de consommer des produits moins chers, car achetés en gros.

Certains vont faire du charbon de bois, d’autres coupent du bois qui va servir à la cuisson, d’autres encore coupent des bambous qu’ils vont revendre, etc.

Enfants philippins, mga batas sa Filipinas

Il y a quelques poules, ainsi que des coqs de combats dans les cours, les arbres fruitiers, tels manguiers, goyaviers, papayers, bananiers et autres, sont légions dans la campagne philippine. Et puis, il y a le cocotier et ses noix.
Le Philippin n’éprouve même pas le besoin d’avoir un petit jardin pour y faire pousser des légumes.

Marchez le long d’une rue philippine, que voyez-vous ?
Des gens assis sur des bancs ou sous le Kubo, certains assis sur la chaussée, qui devisent entre eux. En général les discussions ne sont pas d’un niveau intellectuel des plus élevés, Einstein n’a pas été invité. Les enfants, en Barkada, (en bandes), jouent dans cette même rue ; les chiens se reniflent le derrière, aboient et la caravane passe. Même dans la rue hommes et femmes sont séparés, un groupe d’hommes ici, un groupe de femmes un peu plus loin. 

Souvent les hommes apportent une table et quelques chaises, une bouteille d’Emperador va venir garnir la table, accompagnée de deux verres, d’un pichet d’eau et de glace. Ils prennent ainsi possession d’une portion de la rue sans que personne n’y ait à redire.

Si jamais vous passez à proximité d’une de ces cessions Emperador, il ya de grandes chances que vous soyez invité pour ‘’One shoot’’, même si vous ne connaissez personne. Votre qualité d’étranger fait que l’on doit vous inviter.

La majorité des OFW, pour Overseas Filipino Workers, ces travailleurs partis à l’étranger afin de bénéficier de meilleurs salaires, après deux ou trois séjours sur des terres étrangères, reviennent au pays. Soit ils ont mis assez d’argent de côté pour monter un petit business, soit, si la famille a dilapidé l’argent au fur et à mesure des envois, ils réintègrent le clan pour revivre leur vie d’avant. Surtout pas de stress !

Ici le temps n’a pas la tout à fait la même valeur qu’il peut avoir en Occident. Ici le temps c’est plus une notion qu’une réalité ; il fait jour ou il fait nuit, nous sommes le matin ou l’après-midi et tous ou presque laissent filer le temps au rythme philippin. À noter que souvent le temps est dicté par l’estomac !

Rien ne les arrête

Malheureusement et je dis bien malheureusement pour eux, le système est en train de les formater.

Surtout les plus jeunes, via internet, les jeux, la publicité et les réseaux sociaux, il faut transformer toute cette population grandissante en consommateurs avides de produits standardisés. Que ce soit au niveau de l’alimentation avec la pléthore de fastfood que l’on trouve sur l’archipel, avec l’habillement ou encore avec les Iphones, Smartphones et autres du même acabit ; motocyclettes et tous les accessoires annexes, qui deviennent peu à peu obligatoires, sont également très prisés du fait d’un marketing agressif.

Même à Ternate, petite ville tranquille de province, la société de consommation arrive au pas de course.

La grande tendance, ces derniers temps, est la multiplication des magasins de proximité. Au 7/Eleven que nous avons depuis trois ans viennent de s’ajouter deux « AlphaMart ». Alcool, cigarettes, grand choix de boissons gazeuses et sucrées, produits laitiers, chocolats, gâteaux, conserves, produits d’entretien, de soins du corps, etc.  et toute la gamme de la malbouffe, chaude comme froide. La disparition prochaine du traditionnel Sari-sari store ?

Les Philippines de la campagne, c’est un peu la province française d’il y a soixante ans.
Mais le système, à marche forcée, devrait les transformer rapidement. Johnson & Johnson, PepsiCo, Procter & Gamble, Unilever, Nestlé, Coca-Cola, Philip Morris, Colgate-Palmolive, DANONE, Kellogg, etc. ,  ne peuvent passer à côté d’un marché de cent dix millions d’habitants.  Ils vont envahir le marché philippin, pour le plus grand profit de leurs actionnaires et au détriment du peuple philippin qui, dans vingt ans, sera au niveau des peuples occidentaux d’aujourd’hui.

Si rien ne change d’ici là !
L’espoir fait vivre.


Des îles nous en avons 7.107

Pour résumer, le Philippin qui vit heureux aujourd’hui, pourrait bien connaître prochainement la désillusion de la vie à l’occidentale. Déjà que, nombreux sont ceux qui me disent qu’ils vivaient mieux du temps d Marcos, du temps du protectionnisme, du temps ou l’état protégeait ses industries, son agriculture, son commerce et l’élevage.

Un pays ne peut se développer que s’il est souverain et cette souveraineté est incompatible avec la soumission au capital mondialisé.

À tous je souhaite une excellente fin de semaine, que la Force vous accompagne.

Avis, critiques et commentaires, comme d'habitude sont les bienvenus.

Retrouvez-moi sur :

ME CONTACTER POUR

COMMANDER MES LIVRES :
VAN AÉROPORT et TRANSPORT SUR LUZON,
LOCATION MAISON / CONDOMINIUM À TERNATE :
TERRAINS À VENDRE :
CIRCUITS TOURISTIQUES SUR MESURE :
PÊCHE / PÊCHE PROMENADE EN MER :
ÉTUDES ET PRÉ-ÉTUDES DE MARCHÉ :
CRÉATION DE SOCIÉTÉ / JOINT-VENTURE / PARTNERSHIP :
ENQUÊTE, CONTRÔLE ET SURVEILLANCE :
STAGE D’ADAPTATION À L’EXPATRIATION EN IMMERSION : (NEW)
POSER  DES QUESTIONS EN RELATION AVEC LES PHILIPPINES.

                        UN SEUL MAIL : asiatribart@gmail.com 

Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.

Prendre sa retraite aux Philippines,
Pourquoi ?
7107 îles, plus de 36.000 kilomètres de côtes,
   des  milliers de plages de sable blanc, le soleil toute l’année ;
des montagnes qui culminent à près de 3.000 mètres,
la jungle, les forêts, des paysages grandioses.

Une population chaleureuse et accueillante, des tribus colorées.
Un excellent service de santé à un prix abordable. Le coût de la vie,
   un des plus bas au monde ; de nombreux avantages offerts aux retraités,
pas d’impôts ni de taxes.

      Rendez-vous sur la page livres pour en savoir plus.


Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,





S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.


Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’



Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’

  EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

 Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines



















 


Wednesday, October 18, 2017

NON, NON, RIEN N'A CHANGÉ !

Non, non, rien n'a changé... tout, tout a continué !

C’est un billet que j’écrivais il y a six ans.
Vous pensez vraiment que depuis les choses ont changé, que la situation s’est améliorée ?
Pas-moi !

Pour ce qui est de l’emploi, malgré tous les artifices employés par le gouvernement, ils sont de plus en plus nombreux ceux qui sont au chômage ou en situation précaire. En Allemagne, pays que l’on nous cite régulièrement en exemple, l’âge de la retraite a été repoussé à soixante-sept ans et ils sont de plus en plus nombreux ceux qui sont obligés de travailler après soixante-dix ans… pour survivre.



Il y a toujours plus de cessations de paiements, de mises en redressements judiciaires et de liquidations, les centres villes continuent à se désertifier, la tendance s’amplifie.
Il y a même des mairies qui proposent aux propriétaires d'habiller leurs devantures, ceci afin de faire croire qu'il y a de l'activité dans les boutiques... vides !

Pour ce qui est des taxes et des impôts, il ne se passe pas un jour sans que j’en voie arriver de nouveaux : le prix des timbres, les taxes sur l’essence (plus particulièrement le diesel), les alcools et les sodas, le forfait hospitalier, taxes sur les commerces et habitations non loués, les cigarettes, taxe inondation, les contraventions et forfait stationnement, Hulot sur la déperdition énergétique, taxe sur les intérêts de certains plans d'épargne et assurances… Et, j’en passe et des meilleures.

Mais, comme tout ceci ne suffit pas, d’un autre côté ils rabotent les aides et incitations.
Forte réduction des contrats aidés, réduction des APL, bientôt des allocations familiales, réduction de la prime à la naissance, de l’allocation jeune enfant, etc. Et voici qu’ils ont commencé à parler de vous piquer, ou tout du moins de vous facturer le bout de terrain sur lequel vous avez fait construire, souvent avec de nombreuses privations, votre « Home Sweet Home ».

Elle est pas belle la France de la mondialisation à outrance ?
Attendez l’arrivée du TAFTA, bien qu’avec le CETA et l’ALENA (Accord de Libre Échange Nord Américain), les produits US  vont nous arriver via le Canada, même sans TAFTA !

Pour ce qui est de l’extérieur, avec le merd… que nous mettons ici et là, nous avons droit, tout du moins vous avez droit aux attentats terroristes ! Bien joué nos gouvernants, vous avez mis la peur au centre des préoccupations des Français. Le coût de la vie, l’inflation, le chômage, les impôts et taxes, le budget épuisé au dix du mois, oublié tout cela… il y a la menace terroriste qui plane.

Enfin, tant qu’il y aura quelques pâtes à mettre sur la table, un kyle de rouge et quelques bières pour regarder les matchs de foot à la télé, plus pas mal de médecines… rien ne se passera vraiment !  

Vous me rétorquerez que nous sommes nombreux à prédire l’effondrement, de plus en plus nombreux en fait et que celui n’arrive toujours pas ! Détrompez-vous… nous sommes en plein effondrement. 



Pour moi les carottes sont cuites. Ils vont tout faire pour maintenir le malade en vie, mais c'est un cas désespéré, il ne survit que sous perfusions et respiration artificielle. Même le cerveau est fortement détérioré. Ce n’est plus qu’un légume.

Des institutions comme la FED, la Banque Mondiale, le FMI, la BCE, etc. le reconnaissent sous mots couverts... tous les moyens thérapeutiques employés ont échoué ! Le malade est condamné à plus ou moins brève échéance.

Mais, rassurez-vous, les caractéristiques du « Pinoy », elles n’ont pas changé !

C'est un post que j'écrivais il y a près de six ans, mais en ce qui concerne les nouvelles de France et du reste du monde je ne trouve pas que cela va en s'améliorant, bien au contraire.

La situation économique est catastrophique, de plus en plus de sociétés se retrouvent en faillite, en liquidation judiciaire, voire pour les plus solides simplement à licencier encore et encore plus de personnes.

Il ne se passe pratiquemet pas une journée sans que soient créés de nouvelles taxes ou de nouveaux impôts, la violence se fait sentir de partout, des conflits éclatent entre communautés et l'on sent monter un ras-le-bol général. De plus policiers et gendarmes, qui sont de moins en moins nombreux, sont uniquement occupés à ponctionner l'automobiliste français, celui qui roule normalement pour aller à son travail ou pour vaquer à ses occupations quotidiennes.



Etonnament dans ce contexte l'on nous raconte que la crise est derrière nous, que tout va bien et que nous vivons (tout du moins que vous vivez) dans le meilleur des mondes. Il faudrait peut-être que certains aillent voir leur oculiste, mais même Afflelou a décidé que trop, c'est trop et il a mis les voiles.

Ceci c'est pour la France, mais alors que nos troupes sont toujours au Mali, l'affaire n'est sûrement pas terminée, l'empoisonneur voudrait maintenant envoyer quelques hommes supplémentaires en Centrafrique, Comme cela en ne gardant à la maison que quelques vieux généraux on limite les risques ... sait-on jamais, si certains avaient la mauvaise idée de vouloir manger du ''socialo''.

On a mis en place un beau merd... en Lybie, la Tunisie ne se relève pas, l'Egypte est en guerre civile et nous avons des fous qui voulaient continuer avec la Syrie et peut-être l'Iran (sûrement), de façon à mettre à feu et à sang une partie du Moyen Orient. Je vous laisse deviner dans quel état se trouve le Liban, l'Iraq et l'Afghanistan. (Le Pakistan ne va pas très bien non plus). Le Soudan, la RDC, le Kenia, le Nigéria, etc.
Je stoppe, cela devient monotone.

Tout n'est pas parfait sur l'archipel, le nord a reçu deux typhons et le centre vient d'être frappé par un fort tremblement de terre qui a fait de nombreuses victimes. Mais il s'agit de phénomènes naturels, pas d'une crise crée par des ''boubous'' ou ''bobos''.

DIMANCHE … 9 Janvier 2011

A lire les grands titres du Figaro de ce dimanche matin, ou samedi soir pour ceux restés en France où il est 21 heures, je me demande si je vais continuer. Pourquoi ?
Suivez-moi et vous allez comprendre :
Les deux Français enlevés au Niger ont été tués,
Une députée américaine visée ( ?) d’une balle dans la tête lors d’un meeting,
Tunisie, décès d’un lycéen,
Algérie, émeutes … un troisième mort,
Auxerre, il tue son ex-compagne, etc.
Stop, je ne regarde plus …
Les journalistes se régalent, pas moi.




Il est cinq heures, il fait nuit noire, les Philippines ne se réveillent pas. Nous sommes dimanche et il fait frais (22º C … brrrrrr … froid), tout le monde reste dans les couvertures à la recherche d’un peu de chaleur. Les gens vont sortir, emmitouflés avec tricots et anoraks … le bonnet enfoncé sur la tête, parfois chaussettes et gants complètent la tenue d’hiver du ‘’Pinoy’’.

Mais intéressons nous au peuple Philippin, qui est-il ? Quel est ce peuple ?
Qu’est-ce qui caractérise et différencie le ‘’Pinoy’’ des autres populations d'Asie ?

Un petit rappel géographique … ce pays n’a aucune frontière terrestre avec un autre pays. Imaginez un pays qui irait de Lilles à Gibraltar et de Londres à Berlin, non pas soudé, mais divisé en 7.107 pièces !
L’on peut partager ce pays en trois grandes zones : au nord la grande île de Luzon, 600 kilomètres de long pour une largeur moyenne de 200, plus une sorte de queue de 150 kilomètres sur quelques dizaines qui s’allonge sur le sud-est et qui comprend les provinces de Camarines Norte, Camarines Sur et Sorsogon.



Le nord ce sont les montagnes de la Cordillera, de la Sierra Madre, de la Nueva Ecija … le pays des tribus des montagnes et des coupeurs de têtes, de la grande vallée de Cagayan, de la plaine de la région de Tarlac et de la capitale Manille …
La zone des typhons.

La deuxième grande zone, ce sont les Visayas, le centre du pays, les îles de coraux et de plages de sable blanc … les îles de Iloilo, Negros, Cebu, Bohol, Leyte … avec Cebu City comme capitale régionale. Toutes les grandes îles sont d’origine volcanique avec des montagnes et encore des montagnes, les plus petites d’origine corallienne.

Tout au sud, l’île de Mindanao qui s’approche à moins de 6º de l’Equateur ; les couleurs des mers du Sud, les mosquées et les voiles multicolores, Tawi Tawi qui se trouve à moins de 50 kilomètres de Bornéo, un autre pays de coupeurs de têtes.

Et puis il nous faut ajouter les îles de Batanes, tout au nord, près de Taiwan, Mindoro au sud de Luzon, la 7ème plus grande île du pays et … Palawan … à l’ouest, la dernière frontière. Sachez que 15 à 20 % du territoire de Palawan reste à ce jour inexploré ! Il en est de même pour 10 % de la Cordillera et de Mindanao … inexploré !

J’ai compté entre 110 et 130 tribus dans ce pays de 7.107 îles, certaines n’ayant pratiquement aucun contacte avec la civilisation. C’est le cas de certaines tribus Mangyans, qui pourtant ne se trouvent qu’à une centaine de kilomètres au sud de la capitale Manille.



Les tribus Philippines représenteraient entre 12 et 15 % de la population totale.


Je me suis posé la question suivante : y a-t-il des traits communs dans ce peuple de près de cent millions d’habitants ? Mis à part les tribus, y a-t-il des caractéristiques qui soient tout à fait philippines ?

Et bien oui, j’ai trouvé trois caractéristiques qui sont typiquement philippines.

Premièrement la famille, le sens de la famille, le clan, les connexions qui se greffent à la famille. Le ‘’Pinoy’’ peut se retrouver dans l’endroit le plus reculé du monde, au milieu d’un océan, il reste Pinoy et trouvera toujours son chemin pour revenir at home. La maison, la famille … Ça c’est Pinoy. Les textes messages, les caméras vidéo, les boîtes ‘’Balikbayan’’ … ont certainement été inventés pour le Pinoy, pour que celui-ci reste en contact avec la famille, le clan !

S’il vit à l’étranger il va, dès que possible, construire avec d’autres Pinoys son petit ‘’Barangay’’ et tisser les liens nécessaires à la création d’un clan.

Deuxième caractéristique, mais que l’on remarque plus à l’étranger, le ‘’Pinoy’’ est travailleur et discipliné. Pratiquement à l’opposé de ce qu’il est aux Philippines.
Il occupe toutes sortes d’emplois au mieux de ses capacités et ne rechigne pas devant l’effort.



La troisième caractéristique c’est la religion ou plutôt la foi, la ou les croyances et les traditions. Les Visayans ont leur Santo-Niño, les Tagalogs leur Nazareno, les Bicolenios leur Peñafrancia, les Llocanos leur Santa-Lucia, les Pampangos leur Pedro et Santiago, les Zamboanguenos leur Nuestra Señora Virgin del Pilar, etc.

La foi et les traditions philippines sont devenues plus qu’une croyance, c’est le carburant qui fait fonctionner le ‘’Pinoy’’, c’est ce qui lui permet de surmonter les moments difficiles, de franchir les obstacles et ‘’Dieu’’ sait si le ‘’Pinoy’’ a des moments difficiles.


Cette foi inconditionnelle lui permet, dans un contexte souvent difficile, de vivre heureux, joyeusement même ; bien évidemment il y a des moments de tristesse, des moments durant lesquels le ‘’Pinoy’’ désespère … mais cela ne va pas durer très longtemps, la joie de vivre, la bonne humeur, seront très vite de retour avec un sourire.

De plus, le ‘’Pinoy’’ aime dormir et il dort n’importe où, n’importe quand, dans toutes les positions possibles et imaginables … dès qu’il en a la possibilité.



Cela va du chauffeur de taxi qui dort sur son volant, du conducteur de bus qui s’allonge sur la banquette arrière lors du ‘’Pila’’, de la serveuse de restaurant qui s’endort sur la table la tête posée sur ses avant-bras, du pêcheur qui, en équilibre sur sa banca, s’endort au rythme des vagues, du tricycle qui s’endort aux places passagers, etc.

Le ‘’Pinoy’’ aime manger. Oh, pas des plats raffinés, mais il doit se sentir le ventre comblé, il a ainsi l’impression d’être plein d’énergie. Cela commence au petit- déjeuner avec l’indispensable riz, le Tuyo et le Toyo (poisson séché et sauce de soja). Le repas du midi, de la mérienda (mi-journée), celui du soir … toujours avec du riz, les repas étant entrecoupés par les ‘’chicherias’’. Des sortes de snacks qu’ils grignotent à longueur de journée. Essayez de faire travailler un ‘’Pinoy’’ s’il n’a pas mangé, s’il ne se sent pas le ventre plein … il va vous dire qu’il va collapser, qu’il va s’évanouir et il serait bien capable de le faire.


Le ‘’Pinoy’’ aime également parler, discuter, s’entretenir avec ses amis, ses voisins … souvent pour ne rien dire, de bien intéressant tout du moins. Il aime également chanter et le vidéoké ou karaoké est ici une véritable institution. Il aime boire, mais supporte plus ou moins bien l’alcool et fumer.



À tous je souhaite une excellente fin de semaine, que la Force vous accompagne.

Avis, critiques et commentaires, comme d'habitude sont les bienvenus.

Retrouvez-moi sur :

ME CONTACTER POUR

COMMANDER MES LIVRES :
VAN AÉROPORT et TRANSPORT SUR LUZON,
LOCATION MAISON / CONDOMINIUM À TERNATE :
TERRAINS À VENDRE :
CIRCUITS TOURISTIQUES SUR MESURE :
PÊCHE / PÊCHE PROMENADE EN MER :
ÉTUDES ET PRÉ-ÉTUDES DE MARCHÉ :
CRÉATION DE SOCIÉTÉ / JOINT-VENTURE / PARTNERSHIP :
ENQUÊTE, CONTRÔLE ET SURVEILLANCE :
STAGE D’ADAPTATION À L’EXPATRIATION EN IMMERSION : (NEW)
POSER  DES QUESTIONS EN RELATION AVEC LES PHILIPPINES.

                        UN SEUL MAIL : asiatribart@gmail.com 

Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.

Prendre sa retraite aux Philippines,
Pourquoi ?
7107 îles, plus de 36.000 kilomètres de côtes,
   des  milliers de plages de sable blanc, le soleil toute l’année ;
des montagnes qui culminent à près de 3.000 mètres,
la jungle, les forêts, des paysages grandioses.

Une population chaleureuse et accueillante, des tribus colorées.
Un excellent service de santé à un prix abordable. Le coût de la vie,
   un des plus bas au monde ; de nombreux avantages offerts aux retraités,
pas d’impôts ni de taxes.

      Rendez-vous sur la page livres pour en savoir plus.


Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,





S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.


Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’



Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’

  EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

 Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines