Tuesday, November 6, 2018

ÉCONOMIE DES PHILIPPINES 2017 / 2018 !



Récapitulatif des principaux indicateurs économiques pour l’année 2017 et le premier semestre 2018.
                        
La croissance, très dynamique, repose sur des fondamentaux macroéconomiques solides.

Après avoir enregistré un rythme annuel moyen de 6, 3 % entre 2014 et 2016, la croissance de l’économie philippine a atteint 6, 7 % en 2017.
La croissance devrait se stabiliser à un taux proche de 7 % d’ici 2020 selon les prévisions du FMI. Les principaux facteurs de croissance sont la forte demande intérieure, l’augmentation des investissements et la stabilité de croissance du secteur des services.

La consommation des ménages, en progression de 5, 7 % en 2017, en léger repli après + 7, 1 % en 2016 et + 6, 3 % en 2015, représente 69 % du PIB.
Cette consommation est largement alimentée par les transferts financiers des Philippins expatriés (OFW), qui ont représenté plus de 9, 8 % du PIB national en 2017, soit 31, 3 milliards de dollars US.

La croissance annuelle moyenne des transferts financiers des OFW (Philippins travaillant à l’étranger), a atteint 6, 1 % sur la période 2012 / 2017, avec une part dans la richesse nationale stable, autour de 10 %.

Ces transferts se sont trouvés résilients à la conjoncture internationale en raison de leurs origines géographiques diversifiées et des emplois occupés par les Philippins dans des secteurs d’activité très variés.
Selon la Banque Centrale des Philippines, la répartition des transferts par origine géographique était la suivante :
États-Unis 34 %, pays du golfe 27 %, Asie Pacifique 19 %, Union Européenne 12 %, autres 8 %.




Le taux d’investissement, traditionnellement faible, poursuit sont augmentation avec une hausse de 9, 4 % de la formation brute de capital fixe (BFCB) en 2017.
Ceci, malgré un ralentissement par rapport à 2016 et 2015 (respectivement + 24, 3 % et + 18, 6 %).
La BFCB a représenté 28, 7 % du PIB philippin en 2017.

Les dépenses du Gouvernement en infrastructures ont augmenté de 15, 4 % en 2017, pour un montant de 11 milliards de dollars américains, représentant 5,6 % du PIB, en forte progression par rapport au 1, 8 % de 2011.
Pour 2018 le Gouvernement a alloué 21 milliards de dollars pour les investissements en infrastructures, soit 6,3 % du PIB.

75 projets prioritaires, représentant un montant d’investissement de 170 milliards de dollars jusqu’en 2022, ont été sélectionnés.
Selon le Ministère du Plan, en avril 2018, 23 des 75 projets auraient déjà reçu toutes les autorisations nécessaires à leur démarrage.

L’objectif du Président R. Duterte est d’augmenter la part des investissements publics à 7, 4 % du PIB à l’horizon 2022.
Jusqu’à lors, l’insuffisance des investissements publics dans les infrastructures, en particulier dans le domaine des transports, résultait, pour partie, des faibles capacités de l’administration à exécuter les dépenses.

Les comptes extérieurs sont légèrement déficitaires et le risque d’endettement est considéré comme faible.
En 2017, la balance courante a enregistré un déficit de 0, 8 % du PIB (2, 52 milliards de USD), en chute depuis 2014. (- 0, 4 % en 2016, + 2, 5 % en 2015 et + 3, 8 % en 2014).
Pour 2018, la prévision de la BSP (la Banque Centrale) d’une balance courante pour un moindre déficit de – 0,2 % (moins 700 millions de USD) pourrait ne pas être atteinte, au vu des résultats du premier trimestre des exportations de biens. Diminution de 6 % des exportations et augmentation de 6, 8 % des importations.



En 2017, les exportations philippines ont augmenté de 9, 5 % atteignant 62, 9 milliards de USD contre 57, 4 Milliards en 2016.
Les importations ont atteint 92, 7 milliards (USD), en augmentation de 10, 2 %. Le déficit commercial a ainsi continué d’augmenter pour atteindre près de 30 milliards (USD), soit plus de 8, 4 % du PIB du pays.
Ces évolutions traduisent une reprise de la demande mondiale adressée aux Philippines, dans un contexte de forte croissance de l’économie nationale.

La Chine restait, en 2017, le premier partenaire économique des Philippines, premier client et premier fournisseur. Au plan régional, les pays de l’ASEAN ont représenté 50 % du déficit commercial du pays.



La très forte spécialisation sectorielle du commerce extérieur sur les produits de l’électronique constitue une vulnérabilité qui s’ajoute à la dépendance commerciale régionale.
En 2017, les ventes de produits et composants électroniques ont représenté 52 % du total des exportations à 32, 7 milliards de USD et les importations de produits électroniques ont représenté 25 % du total des achats, atteignant 23, 3 milliards de USD.

L’excédent des activités de service a augmenté de 35 % en 2017, passant de 7 à 9, 5 milliards de USD. Les exportations de services ont atteint 35, 6 milliards de USD en progression de 14 % par rapport à l’année 2016. Cette croissance a été tirée par le dynamisme des services externalisés (BPO pour Business Process Outsourcing), secteur où les Philippines ont acquis depuis une décennie des compétences reconnues par les grands groupes multinationaux.

Dans ces activité aisément délocalisables, l’enjeu pour les Philippines est de conserver ses avantages comparatifs par une montée en gamme des services, ceci en développant les qualifications de sa main d’œuvre.

S’agissant du compte financier, les Philippines enregistrent une entrée nette de capitaux de 3, 8 milliards de dollars US au quatrième trimestre de 2014, après une sortie nette le trimestre précédent de 2, 5 milliards, portant ainsi le solde des entrées de capitaux à 1, 6 milliards à la fin de l’année 2017. Les flux nets d’investissements directs étrangers (IDE) restent peu important à3, 2 % du PIB, malgré une forte hausse en 2016 (+ 40, 7 %) et 2017 (+ 21 %).

Les flux nets d’IDE ont atteint 10, 1 milliards (USD) en 2017, ce qui constitue un record absolu. Cette hausse a été essentiellement portée par les investissements  dans le secteur manufacturier, investissements qui s’établissent à 1, 15 milliards (USD), soit une hausse de 244 %.

L’industrie pétrolière, ainsi que les secteurs de l’immobilier, de la construction et de la distribution, ont été les autres grands bénéficiaires de ces flux.
Les investissements de portefeuille enregistrent des sorties nettes de 3, 9 milliards USD (+163 % en g.a.), principalement en raison de l’effet conjugué du fort rapatriement des positions des investisseurs étrangers au premier trimestre 2017 (2, 6 milliards de USD et du rapatriement des placements sur les titres de créances publiques.

Les autres flux financiers s’établissent à – 2, 1 milliards USD, (-55 % en g.a.).  
 

Faiblement endetté, le pays dispose de marges de manœuvres en matière de relance budgétaire.

Le Gouvernement a retenu un objectif d’augmentation du déficit budgétaire à 3 % du PIB jusqu’en 2022 (contre moins de 2 % sous la précédente administration, en raison de la faible exécution budgétaire), par un accroissement indispensable des dépenses publiques, essentiellement dans les infrastructures et les services sociaux.
Lutte contre la pauvreté, éducation primaire et santé.

Malgré une augmentation de 11 % des dépenses publiques, le déficit budgétaire a été inférieur en 2017 à l’objectif de 3 %, en atteignant 2, 2 % du PIB.
Ceci s’explique par une augmentation plus importante des recettes du Gouvernement (+ 13 %) et le décaissement partiel des fonds publics (près de 3 % du budget de l’année 2017 n’a pas été dépensé), pourtant en amélioration par rapport aux années précédentes (3, 6 % en 2016 et 12, 8 % en 2015).




Le premier volet de la réforme fiscale Comprehensive Tax Reform Program (CTRP), initiée par le Gouvernement en 2016, est entré en vigueur le 1er janvier 2018.

Ce volet, intitulé Tax Reform for Acceleration and Inclusion (TRAIN), a réduit l’impôt sur le revenu des particuliers et augmenté les taxes sur les carburants, l’alcool et les boissons sucrées, les voitures et le tabac.
Cette réforme devrait permettre d’augmenter les recettes fiscales de 15, 2 % du PIB en 2017, à 17, 7 % du PIB en 2022.

Le deuxième volet, qui est actuellement en discussion à la Chambre des Représentants, vise à réduire le taux d’imposition des société (de 30 à 25 %), tout en modernisant les dispositifs d’incitations fiscales à l’investissement et en supprimant les exonérations et privilèges fiscaux excessifs. Une fois appliquée dans son ensemble, la réforme doit permettre de générer 2, 6 milliards USD de recettes supplémentaires.

Malgré le montant record de la dette publique en 2017 (114 milliards de USD contre 107 milliards en 2016), dû notamment à la dépréciation du peso philippin et à l’augmentation des emprunts domestiques, le ratio dette publique / PIB a atteint son nivrau le plus bas depuis 1980 à 37, 8 %, ceci grâce à une croissance économique soutenue. Le FMI prévoit une baisse continue de ce ratio à environ 34, 6 % d’ici 2022.

Le risque souverain est atténué par la composition majoritaire de la dette publique en devise nationale (68 %) et par le profil de son échéancier. 80 % de la dette à maturité de moyen et long termes.

L’endettement extérieur est peu élevé et devrait poursuivre sa baisse : le ratio dette extérieure / PIB était de 23, 3 % en 2017, contre 24, 5 % en 2016.
Sur la période 2007 à 2017, ce ratio a diminué de manière continue, passant de 44, 5 % à 23, 3 %, grâce à des politiques publiques conservatrices, au développement d’un secteur financier national capitalisé et bien géré, ceci dans un contexte de résultats économiques favorables caractérisé par une forte croissance, une balance courante en excédent jusqu’à fin 2015 et une monnaie nationale stable, également jusqu’à fin 2015.

Selon la BSP, à la fin2017, la dette extérieure était libellée, pour plus des trois-quarts en dollars américains (77, 5 %), en yen (13, 8 %), en peso philippin (5, 9 %), en euro (1, 5 %) et en autres devises (1, 3 %).



Avec un taux d’inflation de 4, 5 % fin avril 2018, la Banque Centrale mène une politique de resserrement progressive des taux, en lien avec le cycle financier mondial.
Le peso évolue dans un système de change flottant, sans bande de fluctuation.

Le déficit courant récent exerce une pression sur le peso philippin qui s’est déprécoé de 46, 7 PHP / USD en août 2016, à 50, 4 PHP / USD à fin décembre 2017 et ce, malgré les interventions de la Banque Centrale pour tempérer les fluctuations excessives. Le peso s’est déprécié de 2 % en 2017.

L’inflation a atteint 3, 2 % sur l’année 2017, en augmentation par rapport à 2016, (1, 8 %). Néanmoins, cette inflation est restée dans la fourchette cible de la BSP qui se situait entre 2 et 4 % pour 2017.

En 2018, l’inflation a poursuivi sa hausse en atteignant 4, 5 % à fin avril, son plus haut niveau en cinq ans. Cette hausse résulte principalement de l’augmentation des taxes au premier janvier 2018 dans le cadre de la réforme fiscale.

La forte augmentation des cours mondiaux du pétrole depuis le début de l’année 2018 est également un facteur inflationniste.
Après un taux inchangé de 3 % depuis fin 2014, la BSP a annoncé une hausse de 25 pdb (point de base) de son principal taux directeur en mai 2018, le portant à 3, 25 %. Dans son communiqué, l’autorité indique qu’il se peut que le niveau de l’inflation s’établisse en 2018 au-dessus de sa fourchette cible (2 à 4 %), tout en rappelant qu’elle anticipe un retour dans la fourchette en 2019.
Elle indique enfin se tenir prête à prendre d’avantage de mesures, afin d’assurer ses objectifs de stabilité des prix et de stabilité financière.

Cette hausse du taux directeur permet d’atténuer les risques de surchauffe de l’économie, identifiés par certains analystes et qui sont liés à la politique d’expansion monétaire, à la réforme fiscale et à la hausse des prix mondiaux de certaines matières premières, dont les hydrocarbures.
La propagation de l’inflation par la dépréciation du peso (« pass through ») est considérée comme limitée selon les études de la BSP.
En effet, le niveau élevé de ses réserves devraient permettre à la BSP de faire face à une crise de Change. Les réserves internationales de la BSP s’élevaient à 81, 5 milliards USD à fin décembre 2017, soit l’équivalent de huit mois (8) d’importations de biens et services.

La faible proportion de la dette extérieure à court terme (19, 5 % du total de la dette, préserve les Philippines d’une potentielle crise de change.

À fin août 2018, l’inflation sur un an atteignait 6, 4 % contre 3, 3 %à fin décembre 2017. La forte progression de l'inflation depuis le début de l’année résulte de plusieurs facteurs : l’augmentation de certaines taxes au 1er janvier 2018, la dépréciation du peso et l’augmantation des cours mondiaux du pétrole.

Pour l’ensemble de l’année, la prévision d’inflation annuelle moyenne est de 4, 1 %.
Néanmoins, cette prévision demeure susceptible s’une révision à la hausse.
Selon le FMI, l’inflation devrait rester proche de 4 % en 2019 et 2020.

Attention que l’inflation enregistrée pour la seule région métropole de Manille est supérieure à la hausse des prix au niveau national. Elle a atteint 7 % à fin août 2018. La hausse des prix concerne principalement les biens de consommation, tels que les produits d’alimentation (+8, 6 %) et les transports (+ 10, 2 %).




À tous et à toutes je souhaite une excellente journée.


Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d'habitude sont les bienvenus.

ME CONTACTER POUR

COMMANDER MES LIVRES,
VAN AÉROPORT et TRANSPORT SUR LUZON,
LOCATION MAISON / CONDOMINIUM À TERNATE,
TERRAINS À VENDRE,
CIRCUITS TOURISTIQUES SUR MESURE,
PÊCHE / PÊCHE PROMENADE EN MER,
ÉTUDES ET PRÉ-ÉTUDES DE MARCHÉ,
CRÉATION DE SOCIÉTÉ / JOINT-VENTURE / PARTNERSHIP,
ENQUÊTE, CONTRÔLE ET SURVEILLANCE,
STAGE D’ADAPTATION À L’EXPATRIATION EN IMMERSION, (NEW)
ME POSER DES QUESTIONS EN RAPPORT AVEC LES PHILIPPINES.
                        UN SEUL MAIL : asiatribart@gmail.com

Retrouvez-moi sur  :
Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.

Prendre sa retraite aux Philippines,
Pourquoi ?
7107 îles, plus de 36.000 kilomètres de côtes,
   des  milliers de plages de sable blanc, le soleil toute l’année ;
des montagnes qui culminent à près de 3.000 mètres,
la jungle, les forêts, des paysages grandioses.

Une population chaleureuse et accueillante, des tribus colorées.
Un excellent service de santé à un prix abordable. Le coût de la vie,
   un des plus bas au monde ; de nombreux avantages offerts aux retraités,
pas d’impôts ni de taxes.

      Rendez-vous sur la page livres pour en savoir plus.


Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,





S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.


Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’


Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’



 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines


Monday, October 15, 2018

LA MALBOUFFE ARRIVE ... AUX PHILIPPINES !


La nourriture aux Philippines et ses conséquences.
Un changement dans le mode d’alimentation se met sournoisement en place au pays des 7.107 îles.

C’est un sujet que j’ai déjà abordé dans d’autres billets, mais sans jamais m’arrêter sur ce phénomène que me semble être le fait que les Philippins ont tendance à grossir.
Pas tous heureusement et certainement plus le Philippin des villes que le Philippin des champs !

Boracay,  l'île réouverte aux touristes

En ce qui concerne la nourriture en général, l’archipel ne détient pas la palme d’or de la gastronomie asiatique. Même si, comme je le dis souvent, vous n’avez aucune chance de mourir de faim sur les îles, nous sommes loin, très loin même, de ces petits plats, soupes et sauces que l’on rencontre un peu partout en Thaïlande, aussi bien qu’au Cambodge, au Vietnam ou au Laos.
Sans parler de la Chine qui est certainement le plus grand concurrent de la cuisine française au niveau mondial.

Pour tout dire, la cuisine philippine est limitée, peu odorante, pas relevée et pratiquement sans saveur. Dans toute l’Asie, sauf aux Philippines, si vous vous rendez dans un marché, la senteur des épices est omniprésente ; elle arrive souvent même à dominer l’odeur du poisson séché, ce qui n’est pas peu dire.

 Image result for obesity in the philippines 2018


Alors que nous avons ici l’un des plus forts piments rouges, sauf dans la région de Bicol ce dernier est peu utilisé. Les herbes et épices sont quasiment absentes de la quasi-totalité des plats philippins. La sauce, si l’on peut appeler cela une sauce, consiste généralement en un peu de ‘’toyo’’ (sauce soja) mis dans une soucoupe, agrémenté du jus d’un petit citron lime (kalamansi) et dans lequel on fait tremper un piment rouge.
                                                        
La viande est présentée en portions congrues, que ce soit du poulet (souvent de course et de plus marathonien), du poisson ou du porc. 
Pas d’entrecôtes, de steaks ou de côtes de bœuf et c’est aussi bien ainsi, car il n’y a pas de couteau ; le couvert philippin se limitant à une fourchette et une grande cuillère. Bonjour pour couper la viande, je vous souhaite bien du plaisir !

Pas de veau, de pintade, de dinde, peu de lapin, de mouton, de chèvre et de canard, le choix est plutôt limité…
Poulet, poulet et encore poulet, un peu de porc et de bœuf, bien que ces deux dernières viandes soient relativement chères pour les populations locales.

Image result for poulet de course
Poulets de course



Concernant les poissons, en dehors des poissons séchés provenant de différentes espèces, Tilapias et Bangus (milkfish) sont les espèces préférées ; alors que le Galunggong est le plus prisé des poissons de mer (petit poisson gras se situant entre la sardine et le maquereau).    
Pour la majorité des Philippins un repas se compose d’un seul plat.
Ce peut être un morceau de poulet grillé (petit) ou cuit dans une sorte de bouillon dans laquelle baignent quelques légumes ; un poisson grillé ou séché, voire cuit dans un bouillon, toujours avec quelques légumes locaux éparses. Ou encore un bouillon de légumes dans lequel se trouvent quelques rares morceaux de porc.

Si le met principal est accompagné d’un bouillon, ce dernier va servir à humecter le riz ; l’indispensable et omniprésent riz, riz sans lequel aucun Philippin ne saurait survivre.
Riz au petit déjeuner, riz à midi et au dîner. Riz que l’on retrouve souvent durant les ‘’meriendas’’ ;  merendia du matin, entre le petit-déjeuner et le repas de midi et merienda de l’après-midi… sous forme de gâteaux de riz divers et variés.

Pour manger, la technique consiste à prendre, avec la fourchette, un morceau de poulet, de porc ou de poisson et à le tremper dans la soucoupe où se trouve le ‘’toyo’’. Mettre le morceau en bouche et avec la cuillère récupérer une bonne portion de riz, riz qui va rejoindre le petit morceau de viande ou de poisson. Le tout sera arrosé d’un grand cru, non pas de vin, mais d’une eau sortie d’un jerrycan, voire pour les moins pauvres d’un soda. Coût d’un repas de ce type, entre trente-cinq (35) et cinquante (50) pesos (sans le soda). Temps passé à table, entre cinq et six minutes.

 Related image
Minudo


La connaissance de la gastronomie et des plaisirs de la bouche, toujours chez le Philippin moyen, se trouve très limitée ; oserai-je dire inexistante ? Oui j’ose.

Ceci, pour les repas pris dans une eaterie ou cocina, ce genre de tout petit (nano, micro, mini) restaurant que l’on trouve  partout le long des rues et routes philippines.

Croyez-moi, ce genre de régime, un petit poisson séché et un bol de riz, de plus avec des mini-portions et quelques verres d’eau ne rend pas obèse.

Maintenant, pour la cuisine à la maison, les choses sont un peu différentes.
La plupart du temps, la maîtresse de maison prépare, sur un feu de bois ou de charbon de bois et, dans une sorte de grande poêle en aluminium, une base faite d’huile (de coco), d’ail et d’oignon.
Une fois les oignons dorés, l’on va ajouter les morceaux de viande ou de poisson, touiller l’ensemble et ajouter quelques ingrédients. Mais, la base reste toujours la même.




Si la cuisine philippine trouve ses racines principalement en Chine et en Espagne, je peux vous assurer que l’influence des États-Unis d’Amérique, des USA pour faire bref, est omniprésente.
MacDo, Pizza Hut, Yellow Cab, KFC, Wendy’s, Greenwich, etc… toutes ces merdes, importées des US, se retrouvent partout aux Philippines.  Et ce, au détriment (pour l’instant) d’une certaine catégorie de la population qui en use en en abuse.  D’où un sur-poids pour un nombre sans cesse croissant de Philippins.

Il y a plus de six cents MacDo aux Philippines et plus de mille Jollibee, l’équivalent local du MacDo.

Un autre genre de drogue auquel le Président R. Duterte devrait s’attaquer !
À moins de vouloir ‘’américaniser’’ le pays !

Des personnes obèses, même des gamins, l’on en trouve de plus en plus, même à Ternate ; je dois dire que cela m’inquiète.

Related image
Pizza industrielle


Vous pouvez me croire, je fais tout ce qui m’est possible de faire afin que ma progéniture évite de se rendre dans ces endroits de mort lente. L’on est en train d’empoisonner les humains de la planète, sans que ces derniers s’en rendent compte. Pourtant, les lanceurs d’alerte sont nombreux, mais tout est fait afin de les museler. La malbouffe, principalement importée des USA, envahit le tiers monde
pour le seul bénéfice des entreprises ‘’ricaines’’.
                                                               
Il existe, pour un palais européen, un certain nombre de plats locaux que nous pouvons grandement apprécier. Je citerai, sans ordre et préférence, le ‘’Bulalo’’, notre bon vieux pot-au-feu (à la condition d’y ajouter quelques pommes de terre, d’avoir du beurre et un peu de moutarde de Dijon en réserve), le minudo, les adobo(s) et caldereta(s), les ‘’pancit(s)’’, dont le plus célèbre est le canton.
Des plats qui, sans être de grande recherche culinaire, s’approchent du goût de la majorité des palais français.

L’augmentation du niveau de vie, l’émergence d’une classe moyenne, les changements dans la vie familiale (dans les jeunes couples la femme travaille et l’on fait moins d’enfants), ajouté à la profusion de l’offre des fastfoods, font que les gens prennent de plus en plus leurs repas chez les empoisonneurs.
Matin, midi, soir et même la nuit, les MacDo et autres fastfoods sont ouverts et souvent bondés.
Je précise qu’ils sont ouverts 24/24 h et avec drive in s’il vous plait.

                                                          En attente... chez Jollibee !

Pourtant, du fait de l’offre en fruits et en légumes, il est très facile de cuisiner à la maison.
Choux fleurs, carottes, pommes de terre, laitues et frisées, courges, courgettes, choux verts, tomates, concombres, etc. De plus, les fruits sont à profusion et le plus souvent savoureux.

Donc, à mon avis, mais je ne suis pas le seul à le constater, la population un peu aisée des Philippines a tendance à grossir et l’on rencontre de plus en plus d’obèses.

Connaissez-vous la composition des frites de chez MacDo ?
À quelque chose près, cela doit être la même chose chez Jollibee et consort.

Il y a dix-sept ingrédients dans les frites du Donald :
Des pommes de terre (ouf, cela me rassure, j’ai cru qu’il les avait oubliées) ;
De l’huile de Canola… oui, mais génétiquement modifiée ;
De l’huile de soja hydrogénée, extraite de soja génétiquement modifié ;
De l’huile de carthame, chimiquement modifiée par la chaleur et source d’inflammation pour le corps ;
D’arôme naturel, ce qui ne veut rien dire, car il peut contenir du glutamate monosodique neurotoxique ;
Du dextrose, une sorte de sucre ;
Du pyrophosphate de sodium, apparemment utilisé afin de conserver la couleur des frites ;
De l’acide citrique, utilisé comme agent conservateur ;
Du Diméthilpolysiloxane, utilisé comme agent anti-mousse ; produit chimique industriel, généralement utilisé pour le calfeutrage et livré avec une notice listant les problèmes de sécurité ;
Des huiles, soit disant végétales (7 ingrédients) ;
Du TBHQ, qui est un dérivé du pétrole, comme le butane.
Je vous fais grâce de la composition du Big Mac, afin de ne pas vous couper définitivement l’appétit.
Car, comme chacun le sait, « Petit appétit, l’oiseau fait son nid », « Petit à petit, l’oiseau fait son lit », mais, c’est un lit de mort ! Un cercueil, un lit de mort lente, certes, mais un lit de mort anticipée tout de même.

                                                                      La M.... arrive

À toutes et à tous, je souhaite une longévité dépassant largement celle que nous proposent et espèrent nos dirigeants vendeurs de mort lente. À ceux qui ne songent qu’à faire des bénéfices, jusqu’à se gaver sur vos cadavres ; proposons de remplacer les cuisines de l’Élysée, du Sénat et de l’Assemblée Nationale par des MacDo… qu’ils bouffent la même merde qu’ils offrent au peuple français.

Espérons, souhaitons, prions, afin que le Philippin ne tombe pas dans le piège de la surconsommation !

Heureusement, pour l’instant il existe une limitation à cette surconsommation alimentaire… le prix.
Néanmoins, l’on constate que de plus en plus de familles, avec enfants, ont comme sortie du dimanche le MacDo, le Jollibee ou consort. C’est climatisé, il y a des jeux pour les plus jeunes et, malheureusement les gamins adorent.

deux obèses vus de dos

                            Philippines : obésté croissante dans un pays en développement


Un petit lien, qui vous permettra, peut-être, de savoir, en partie, ce que vous mangez :
https://www.mangeonsbien.com/je-mange-sain/additifs-alimentaires-mefions-nous-e/

À toutes et à tous je souhaite une excellente fin de semaine, que la force soit avec vous.


Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d'habitude sont les bienvenus.



ME CONTACTER POUR

COMMANDER MES LIVRES
VAN AÉROPORT et TRANSPORT SUR LUZON,
LOCATION MAISON / CONDOMINIUM À TERNATE,
TERRAINS À VENDRE,
CIRCUITS TOURISTIQUES SUR MESURE,
PÊCHE / PÊCHE PROMENADE EN MER,
ÉTUDES ET PRÉ-ÉTUDES DE MARCHÉ,
CRÉATION DE SOCIÉTÉ / JOINT-VENTURE / PARTNERSHIP,
ENQUÊTE, CONTRÔLE ET SURVEILLANCE,
STAGE D’ADAPTATION À L’EXPATRIATION EN IMMERSION, (NEW)
ME POSER DES QUESTIONS EN RAPPORT AVEC LES PHILIPPINES.


                        UN SEUL MAIL : asiatribart@gmail.com

Retrouvez-moi sur  :
Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.

Prendre sa retraite aux Philippines,
Pourquoi ?
7107 îles, plus de 36.000 kilomètres de côtes,
   des  milliers de plages de sable blanc, le soleil toute l’année ;
des montagnes qui culminent à près de 3.000 mètres,
la jungle, les forêts, des paysages grandioses.

Une population chaleureuse et accueillante, des tribus colorées.
Un excellent service de santé à un prix abordable. Le coût de la vie,
   un des plus bas au monde ; de nombreux avantages offerts aux retraités,
pas d’impôts ni de taxes.

      Rendez-vous sur la page livres pour en savoir plus.


Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,


S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver
aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.


Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’


Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’



 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines