Monday, October 15, 2018

LA MALBOUFFE ARRIVE ... AUX PHILIPPINES !


La nourriture aux Philippines et ses conséquences.
Un changement dans le mode d’alimentation se met sournoisement en place au pays des 7.107 îles.

C’est un sujet que j’ai déjà abordé dans d’autres billets, mais sans jamais m’arrêter sur ce phénomène que me semble être le fait que les Philippins ont tendance à grossir.
Pas tous heureusement et certainement plus le Philippin des villes que le Philippin des champs !

Boracay,  l'île réouverte aux touristes

En ce qui concerne la nourriture en général, l’archipel ne détient pas la palme d’or de la gastronomie asiatique. Même si, comme je le dis souvent, vous n’avez aucune chance de mourir de faim sur les îles, nous sommes loin, très loin même, de ces petits plats, soupes et sauces que l’on rencontre un peu partout en Thaïlande, aussi bien qu’au Cambodge, au Vietnam ou au Laos.
Sans parler de la Chine qui est certainement le plus grand concurrent de la cuisine française au niveau mondial.

Pour tout dire, la cuisine philippine est limitée, peu odorante, pas relevée et pratiquement sans saveur. Dans toute l’Asie, sauf aux Philippines, si vous vous rendez dans un marché, la senteur des épices est omniprésente ; elle arrive souvent même à dominer l’odeur du poisson séché, ce qui n’est pas peu dire.

 Image result for obesity in the philippines 2018


Alors que nous avons ici l’un des plus forts piments rouges, sauf dans la région de Bicol ce dernier est peu utilisé. Les herbes et épices sont quasiment absentes de la quasi-totalité des plats philippins. La sauce, si l’on peut appeler cela une sauce, consiste généralement en un peu de ‘’toyo’’ (sauce soja) mis dans une soucoupe, agrémenté du jus d’un petit citron lime (kalamansi) et dans lequel on fait tremper un piment rouge.
                                                        
La viande est présentée en portions congrues, que ce soit du poulet (souvent de course et de plus marathonien), du poisson ou du porc. 
Pas d’entrecôtes, de steaks ou de côtes de bœuf et c’est aussi bien ainsi, car il n’y a pas de couteau ; le couvert philippin se limitant à une fourchette et une grande cuillère. Bonjour pour couper la viande, je vous souhaite bien du plaisir !

Pas de veau, de pintade, de dinde, peu de lapin, de mouton, de chèvre et de canard, le choix est plutôt limité…
Poulet, poulet et encore poulet, un peu de porc et de bœuf, bien que ces deux dernières viandes soient relativement chères pour les populations locales.

Image result for poulet de course
Poulets de course



Concernant les poissons, en dehors des poissons séchés provenant de différentes espèces, Tilapias et Bangus (milkfish) sont les espèces préférées ; alors que le Galunggong est le plus prisé des poissons de mer (petit poisson gras se situant entre la sardine et le maquereau).    
Pour la majorité des Philippins un repas se compose d’un seul plat.
Ce peut être un morceau de poulet grillé (petit) ou cuit dans une sorte de bouillon dans laquelle baignent quelques légumes ; un poisson grillé ou séché, voire cuit dans un bouillon, toujours avec quelques légumes locaux éparses. Ou encore un bouillon de légumes dans lequel se trouvent quelques rares morceaux de porc.

Si le met principal est accompagné d’un bouillon, ce dernier va servir à humecter le riz ; l’indispensable et omniprésent riz, riz sans lequel aucun Philippin ne saurait survivre.
Riz au petit déjeuner, riz à midi et au dîner. Riz que l’on retrouve souvent durant les ‘’meriendas’’ ;  merendia du matin, entre le petit-déjeuner et le repas de midi et merienda de l’après-midi… sous forme de gâteaux de riz divers et variés.

Pour manger, la technique consiste à prendre, avec la fourchette, un morceau de poulet, de porc ou de poisson et à le tremper dans la soucoupe où se trouve le ‘’toyo’’. Mettre le morceau en bouche et avec la cuillère récupérer une bonne portion de riz, riz qui va rejoindre le petit morceau de viande ou de poisson. Le tout sera arrosé d’un grand cru, non pas de vin, mais d’une eau sortie d’un jerrycan, voire pour les moins pauvres d’un soda. Coût d’un repas de ce type, entre trente-cinq (35) et cinquante (50) pesos (sans le soda). Temps passé à table, entre cinq et six minutes.

 Related image
Minudo


La connaissance de la gastronomie et des plaisirs de la bouche, toujours chez le Philippin moyen, se trouve très limitée ; oserai-je dire inexistante ? Oui j’ose.

Ceci, pour les repas pris dans une eaterie ou cocina, ce genre de tout petit (nano, micro, mini) restaurant que l’on trouve  partout le long des rues et routes philippines.

Croyez-moi, ce genre de régime, un petit poisson séché et un bol de riz, de plus avec des mini-portions et quelques verres d’eau ne rend pas obèse.

Maintenant, pour la cuisine à la maison, les choses sont un peu différentes.
La plupart du temps, la maîtresse de maison prépare, sur un feu de bois ou de charbon de bois et, dans une sorte de grande poêle en aluminium, une base faite d’huile (de coco), d’ail et d’oignon.
Une fois les oignons dorés, l’on va ajouter les morceaux de viande ou de poisson, touiller l’ensemble et ajouter quelques ingrédients. Mais, la base reste toujours la même.




Si la cuisine philippine trouve ses racines principalement en Chine et en Espagne, je peux vous assurer que l’influence des États-Unis d’Amérique, des USA pour faire bref, est omniprésente.
MacDo, Pizza Hut, Yellow Cab, KFC, Wendy’s, Greenwich, etc… toutes ces merdes, importées des US, se retrouvent partout aux Philippines.  Et ce, au détriment (pour l’instant) d’une certaine catégorie de la population qui en use en en abuse.  D’où un sur-poids pour un nombre sans cesse croissant de Philippins.

Il y a plus de six cents MacDo aux Philippines et plus de mille Jollibee, l’équivalent local du MacDo.

Un autre genre de drogue auquel le Président R. Duterte devrait s’attaquer !
À moins de vouloir ‘’américaniser’’ le pays !

Des personnes obèses, même des gamins, l’on en trouve de plus en plus, même à Ternate ; je dois dire que cela m’inquiète.

Related image
Pizza industrielle


Vous pouvez me croire, je fais tout ce qui m’est possible de faire afin que ma progéniture évite de se rendre dans ces endroits de mort lente. L’on est en train d’empoisonner les humains de la planète, sans que ces derniers s’en rendent compte. Pourtant, les lanceurs d’alerte sont nombreux, mais tout est fait afin de les museler. La malbouffe, principalement importée des USA, envahit le tiers monde
pour le seul bénéfice des entreprises ‘’ricaines’’.
                                                               
Il existe, pour un palais européen, un certain nombre de plats locaux que nous pouvons grandement apprécier. Je citerai, sans ordre et préférence, le ‘’Bulalo’’, notre bon vieux pot-au-feu (à la condition d’y ajouter quelques pommes de terre, d’avoir du beurre et un peu de moutarde de Dijon en réserve), le minudo, les adobo(s) et caldereta(s), les ‘’pancit(s)’’, dont le plus célèbre est le canton.
Des plats qui, sans être de grande recherche culinaire, s’approchent du goût de la majorité des palais français.

L’augmentation du niveau de vie, l’émergence d’une classe moyenne, les changements dans la vie familiale (dans les jeunes couples la femme travaille et l’on fait moins d’enfants), ajouté à la profusion de l’offre des fastfoods, font que les gens prennent de plus en plus leurs repas chez les empoisonneurs.
Matin, midi, soir et même la nuit, les MacDo et autres fastfoods sont ouverts et souvent bondés.
Je précise qu’ils sont ouverts 24/24 h et avec drive in s’il vous plait.

                                                          En attente... chez Jollibee !

Pourtant, du fait de l’offre en fruits et en légumes, il est très facile de cuisiner à la maison.
Choux fleurs, carottes, pommes de terre, laitues et frisées, courges, courgettes, choux verts, tomates, concombres, etc. De plus, les fruits sont à profusion et le plus souvent savoureux.

Donc, à mon avis, mais je ne suis pas le seul à le constater, la population un peu aisée des Philippines a tendance à grossir et l’on rencontre de plus en plus d’obèses.

Connaissez-vous la composition des frites de chez MacDo ?
À quelque chose près, cela doit être la même chose chez Jollibee et consort.

Il y a dix-sept ingrédients dans les frites du Donald :
Des pommes de terre (ouf, cela me rassure, j’ai cru qu’il les avait oubliées) ;
De l’huile de Canola… oui, mais génétiquement modifiée ;
De l’huile de soja hydrogénée, extraite de soja génétiquement modifié ;
De l’huile de carthame, chimiquement modifiée par la chaleur et source d’inflammation pour le corps ;
D’arôme naturel, ce qui ne veut rien dire, car il peut contenir du glutamate monosodique neurotoxique ;
Du dextrose, une sorte de sucre ;
Du pyrophosphate de sodium, apparemment utilisé afin de conserver la couleur des frites ;
De l’acide citrique, utilisé comme agent conservateur ;
Du Diméthilpolysiloxane, utilisé comme agent anti-mousse ; produit chimique industriel, généralement utilisé pour le calfeutrage et livré avec une notice listant les problèmes de sécurité ;
Des huiles, soit disant végétales (7 ingrédients) ;
Du TBHQ, qui est un dérivé du pétrole, comme le butane.
Je vous fais grâce de la composition du Big Mac, afin de ne pas vous couper définitivement l’appétit.
Car, comme chacun le sait, « Petit appétit, l’oiseau fait son nid », « Petit à petit, l’oiseau fait son lit », mais, c’est un lit de mort ! Un cercueil, un lit de mort lente, certes, mais un lit de mort anticipée tout de même.

                                                                      La M.... arrive

À toutes et à tous, je souhaite une longévité dépassant largement celle que nous proposent et espèrent nos dirigeants vendeurs de mort lente. À ceux qui ne songent qu’à faire des bénéfices, jusqu’à se gaver sur vos cadavres ; proposons de remplacer les cuisines de l’Élysée, du Sénat et de l’Assemblée Nationale par des MacDo… qu’ils bouffent la même merde qu’ils offrent au peuple français.

Espérons, souhaitons, prions, afin que le Philippin ne tombe pas dans le piège de la surconsommation !

Heureusement, pour l’instant il existe une limitation à cette surconsommation alimentaire… le prix.
Néanmoins, l’on constate que de plus en plus de familles, avec enfants, ont comme sortie du dimanche le MacDo, le Jollibee ou consort. C’est climatisé, il y a des jeux pour les plus jeunes et, malheureusement les gamins adorent.

deux obèses vus de dos

                            Philippines : obésté croissante dans un pays en développement


Un petit lien, qui vous permettra, peut-être, de savoir, en partie, ce que vous mangez :
https://www.mangeonsbien.com/je-mange-sain/additifs-alimentaires-mefions-nous-e/

À toutes et à tous je souhaite une excellente fin de semaine, que la force soit avec vous.


Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d'habitude sont les bienvenus.



ME CONTACTER POUR

COMMANDER MES LIVRES
VAN AÉROPORT et TRANSPORT SUR LUZON,
LOCATION MAISON / CONDOMINIUM À TERNATE,
TERRAINS À VENDRE,
CIRCUITS TOURISTIQUES SUR MESURE,
PÊCHE / PÊCHE PROMENADE EN MER,
ÉTUDES ET PRÉ-ÉTUDES DE MARCHÉ,
CRÉATION DE SOCIÉTÉ / JOINT-VENTURE / PARTNERSHIP,
ENQUÊTE, CONTRÔLE ET SURVEILLANCE,
STAGE D’ADAPTATION À L’EXPATRIATION EN IMMERSION, (NEW)
ME POSER DES QUESTIONS EN RAPPORT AVEC LES PHILIPPINES.


                        UN SEUL MAIL : asiatribart@gmail.com

Retrouvez-moi sur  :
Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.

Prendre sa retraite aux Philippines,
Pourquoi ?
7107 îles, plus de 36.000 kilomètres de côtes,
   des  milliers de plages de sable blanc, le soleil toute l’année ;
des montagnes qui culminent à près de 3.000 mètres,
la jungle, les forêts, des paysages grandioses.

Une population chaleureuse et accueillante, des tribus colorées.
Un excellent service de santé à un prix abordable. Le coût de la vie,
   un des plus bas au monde ; de nombreux avantages offerts aux retraités,
pas d’impôts ni de taxes.

      Rendez-vous sur la page livres pour en savoir plus.


Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,


S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver
aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.


Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’


Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’



 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines







Sunday, August 12, 2018

ÉCONOMIE DES PHILIPPINES SEMESTRE 1 / 2018


ÉCONOMIE DES PHILIPPINES AU PREMIER SEMESTRE 2018

Au niveau de la compétitivité globale les Philippines font mieux que le Myanmar, le Cambodge et le Laos, mais moins bien que le Vietnam et l’Indonésie par exemple.

Si Singapour, la Thaïlande et la Malaisie caracolent en tête, les Philippines se sont vues dépassées par le Vietnam et l’Indonésie en termes de compétitivité, ceci dans la majorité des secteurs d’activité durant ces deux dernières années.

Ce qui ne veut pas dire que les Philippines n’ont pas amélioré leur compétitivité ces dernières années, mais moins que ses voisins et concurrents directs. C’est plus particulièrement durant les 
années 2010 à 2015 que les efforts accomplis ont porté leurs fruits.


Depuis l’avènement du Président Duterte, alors que les autres pays accéléraient leurs réformes, les Philippines sont demeurées quelque peu statiques, situation que l’on pourrait attribuer à la mise en place et aux ajustements nécessaires à la nouvelle administration.
Néanmoins, après trois ans de Gouvernement Duterte, l’on ne sait toujours pas vraiment pour quelles grandes orientations économiques cette administration semble vouloir opter.

Essayons maintenant de comparer l’état de l’économie d’aujourd’hui à celui qu’il était il y a trois ans, avant la prise de pouvoir de Monsieur Duterte.

En étudiant les données disponibles nous constatons immédiatement que l’économie demeure forte et que les fondamentaux sont bons ; néanmoins, quelques faiblesses apparaissent ici et là, faiblesses qui pourraient s’avérer néfastes dans un proche avenir, si rien n’est fait rapidement pour y remédier. 

Le Gross Domestic Product (GDP), l’équivalent du Produit Intérieur Brut (PIB), était de 6, 9 % en 2016, de 6, 7 % en 2017 et il est de 6, 8 % au premier semestre 2018.
Il faut noter que c’est la première fois, dans l’ère post-libération, que les Philippines affichent dix trimestres consécutifs avec une croissance supérieure à 6, 5 %.


Au niveau de la demande, les moteurs de l’économie ont été tirés par la dépense publique, la formation et la consommation des ménages. Cette dernière a toutefois ralenti cette année du fait de l’augmentation du prix des matières premières et donc des prix à la consommation.

Du côté de l’offre, le secteur des services a progressé de 6, 8 % en 2017 et de 7 % au premier trimestre 2018. Le secteur industriel a progressé de 7, 3 % en 2017 et de 7, 9 % en 2018.

Ces chiffres sont importants, ils montrent que le secteur industriel croit plus rapidement que le secteur des services. Cela prouve que la fabrication dans le pays est en expansion et que l’industrialisation est en bonne voie.
Par contre, la croissance du secteur agricole demeure faible, pour ne pas dire décevante, à 2, 4 % en 2017 et à 1, 5 % au premier semestre 2018.

Dans l’ensemble la croissance du PIB en 2017 a été supérieure à celle enregistrée en 2015 (6, 7 % contre 5, 8 %). La croissance moyenne durant l’Administration Aquino a été de 6, 3 %.

Du fait de la bonne tenue de l’économie, le revenu moyen per capita a considérablement augmenté, passant de 6.875 US$ en 2015 à 8.229 dollars en 2017. Soit une augmentation de revenu de près de 20 %.

De nombreuses entreprises françaises !

Les chiffres du chômage et du sous-emploi ce sont également améliorés.
L’amélioration de la situation du chômage dans le pays résulte en grande partie d’une augmentation des investissements directs étrangers et donc des emplois créés qui en découlent. Ces investissements étrangers (IDE) sont passés de 6, 64 milliards de dollars en 2015 à 10, 05 milliards en 2017.

L’investissement dans les infrastructures est à ce jour la pièce maitresse de l’administration Duterte.
Le ratio des dépenses d’infrastructure rapporté au PIB est passé de 4, 3 % en 2015 à 5, 3 % en 2017.
Il est à noter que c’est la première fois en cinquante ans que ce ratio est supérieur à 5 %.
Si le programme de l’administration Duterte est respecté, ce ratio devrait passer à plus de 7 % entre 2019 et 2022.

L’INFLATION

Malheureusement tout n’est pas si rose.

La forte croissance du PIB est grandement menacée par la poussée de l’inflation.
Le mois dernier, juin 2018, l’inflation a atteint 5, 2 %, portant la moyenne de cette dernière sur les six premiers mois à 4, 3 %. Rappelons qu’en 2015 l’inflation était négligeable, à hauteur de 1, 41 %.

Le mois de juin dernier était le quatrième mois consécutif qui voyait dépassées les prévisions de la Banque Centrale concernant l’inflation. Alors que cette dernière tablait sur une inflation, pour l’année 2018, se situant entre 2 et 4 % dans ses prévisions les plus pessimistes, nous savons que ces pourcentages seront dépassés.


L’augmentation de l’inflation résulte principalement de la mise en vigueur de la loi TRAIN, donc des hausses des taxes sur les produits pétroliers, les automobiles et autres moyens de transport, les boissons sucrées et alcoolisées, le tabac, l’éducation et les soins de santé, etc.

L’augmentation du prix des produits pétroliers induit automatiquement une hausse des produits manufacturés que les fabricants répercutent directement sur les prix aux consommateurs.
Augmentation du prix des transports et de la logistique, de l’électricité, de la nourriture et des boissons, des meubles et de l’électroménager, de l’éducation et des soins de santé, des véhicules, etc.

Afin de faire face à ces hausses de prix, les consommateurs vont puiser dans leur épargne.
Moins d’épargne, donc moins de fonds disponibles pour l’investissement, d’où un certain ralentissement de l’économie.

Une inflation élevée incite généralement les autorités monétaires à augmenter les taux d’intérêts ; d’où un argent plus cher (et plus rare dans certains cas) pour les emprunteurs.
Ce qui veut dire un argent plus cher pour les fabricants et fournisseurs de services ; ces derniers vont alors répercuter ces coûts supplémentaires sur les prix de vente aux consommateurs de leurs produits et services.

Les prêts hypothécaires et à la consommation deviendront également plus chers, ce qui risque de compliquer l’achat de maisons, de véhicules, de meubles et d’électroménager. 
Des taux d’intérêts élevés absorbent les liquidités sur le marché.
Cela freine les dépenses de consommation et entraine une baisse du PIB.

Pour les exportateurs, le coût élevé de l’argent, de l’électricité, du transport et de la logistique, érode leur compétitivité sur le marché mondial.
En réalité, une forte baisse des exportations philippines est déjà constatée.



Une inflation élevée provoque des fluctuations de taux de change.
La volatilité du peso affecte les exportations, les importations, les transactions commerciales et financières transfrontalières. Cela alimente également l’incertitude des entreprises.

Les investisseurs étrangers potentiels réfléchiront à deux fois avant d’investir dans un pays aux prix instables et à la monnaie erratique. 

Une inflation élevée a de nombreux effets toxiques qui peuvent atténuer, voire annuler, les avantages d’une croissance supérieure à 6 %.


UNE DETTE À LA HAUSSE

La dette croissante doit être une source d’inquiétude.
La dette publique est passée de 115, 6 milliards de dollars en 2015 à 129, 16 milliards de dollars à la fin 2017. En juillet dernier le gouvernement a annoncé son intention d’emprunter une somme de 22, 4 milliards de dollars (1.189 milliards de pesos), afin de financer son plan de dépense pour 2019.

Ceci en plus des 16, 75 milliards (888, 23milliards de pesos) qu’il empruntera cette année.
Le ratio dette publique / PIB était d’environ 41 % en 2015 et devrait augmenter d’au moins trois points en raison des emprunts de l’État. Cela est gérable, à la condition que balance commerciale et compte courants soient sains… le problème est que les deux se détériorent rapidement.

À la fin de 2017 le déficit commercial (Exportations moins importations) était de 28, 786 milliards de dollars, le plus fort enregistré par le pays. À la mi 2018, ce déficit était déjà de 15, 77 milliards de dollars, ce qui veut dire qu’il devrait dépasser les trente milliards cette année.
Ce qui en ferait un nouveau record.



Les importations progressent à pas de géant du fait des besoins de produits pétroliers, de combustibles minéraux, de fer et d’acier, utilisés dans le programme de développement des infrastructures du gouvernement Duterte.

Il y a eu également une forte augmentation des importations de machines, engins et équipements dans le cadre de ce programme.
Si ces équipements sont correctement maintenus (maintenance/entretien) dans le temps, ils demeureront productifs, ce qui est une excellente chose.

Toutefois, les exportations n’ont pas progressé à un rythme pouvant compenser la hausse de la facture des importations. En fait, les exportations ont baissé, passant de 28, 33 milliards de dollars au premier semestre 2017 à 26, 914 au premier semestre 2018. En fait de janvier à mai 2017 et 2018. Soit une diminution de 5 % en glissement annuel.

L’objectif du gouvernement, visant à accroitre les exportations, de neuf pour cent (9 %), n’est d’ores et déjà  plus réalisable, principalement du fait de produits manufacturés devenus non compétitifs.

Le déficit augmente aussi dans le compte courant du pays (PNB).
D’un excédent de 601 millions en 2015, il entre en territoire déficitaire en 2017 (- 2, 52 milliards de dollars). Il devrait s’aggraver en 2018 pour atteindre un montant de – 3, 1 milliards de dollars US.

Les envois de fonds des OFW (travailleurs philippins de l’étranger), les revenus tirés des IT-BPO, le tourisme et les investissements étrangers dans le pays ne suffisent plus à couvrir les besoins en devises.

Normalement l’on devrait assister (l’on peut s’attendre) à un affaiblissement du peso contre les principales devises.



Il n’y a pas de problème à accumuler des dettes… à la condition que l’on puisse rembourser !

Le problème est que les réserves internationales brutes (RIF)
se sont également détériorées.
GIR représente le montant des dépôts en devises, des obligations, de l’or et des Droits de Tirage Spéciaux (DTS), détenus par un pays.
D’un montant de 86, 12 milliards de dollars en septembre 2015, il est tombé à 80, 669 milliards de dollars à la fin 2017 et s’est effondré à 77, 68 milliards en mai 2018.
La chute est brutale.

Les Philippines sont encore loin d’une crise de la dette ; mais la hausse de la dette, conjuguée à une érosion du compte courant et des réserves en devises, peut être source d’inquiétude.


ET APRÈS, QUEL FUTUR ?

La Présidence Ramos a vu l’essor de l’industrie électronique ; l’époque du Président Arroyo a été marquée par le développement du secteur IT-BPO ; l’administration Aquino a inauguré la reprise du secteur manufacturier et des partenariats Public / privé.

Trois ans après son arrivée au pouvoir, l’on ne sait toujours pas quel secteur le gouvernement Duterte à l’intention de promouvoir ! Quel secteur, industriel, commercial, de service, financier ou autre, il entend développer.



Attention que le développement des infrastructures n’est pas une industrie ; les infrastructures ne sont qu’un catalyseur de l’industrie.

La nécessité de développer de nouvelles industries est plus urgente que jamais, dans la mesure ou la plupart des sources de devises sont menacées.
Dans le secteur IT-BPO, l’arrivée de l’intelligence Artificielle (IA) remplacera très bientôt l’externalisation de nombreux métiers basés sur la voix. Ce sont ainsi des millions d’emplois qui vont disparaitre.

Rien qu’aux Philippines, ce sont plus de 1, 3 millions de personnes qui étaient employées dans ce secteur d’activité en 2017. De plus, avec des salaires dépassant largement le salaire moyen local, c’est une classe moyenne qui était en train d’émerger. Il se pourrait que ce secteur atteigne un pic de 1, 7 millions d’employés en 2018 / 2019, avant que de rapidement décliner.

Remplacé par quoi ?

 Dans le secteur de l’électronique, l’apparition de nouvelles générations de circuits intégrés et de semi-conducteurs rend obsolètes nombre d’entreprises locales impliquées dans ce secteur.

Faute d’attirer de nouvelles compagnies à la pointe de la technologie, par des incitations fiscales et des facilités d’implantation, ainsi que d’offrir des possibilités de modernisation aux entreprises déjà  implantées sur place, les revenus actuels de 32 milliards de dollars vont très certainement fortement diminuer.

Pour faire court, il semble nécessaire et impératif que les Philippines développent rapidement de nouveaux secteurs porteurs à l’exportation.
Certains « experts » ont suggéré que les Philippines pourraient être compétitives dans les secteurs agro-industriels, la construction navale, les appareils ménagers et les produits chimiques.


Ventes de motocyclettes 2016 et 2017

Pour résumer, le Departement of Trade and Industry (DTI) doit redoubler d’effort pour développer ces industries. Le pays a besoin de nouvelles sources de devises et il en a besoin maintenant, ne serais-ce que pour demeurer économiquement solide.

Malheureusement, le Président Duterte, lors de son discours sur l’état de la nation, discours prononcé le 23 juillet dernier, n’a donné aucune indication sur un possible développement de ces nouvelles industries.

Tout juste la possibilité de la création d’un fond spécial destiné à la filière ‘’noix de coco’’.



À tous je souhaite une excellente semaine, que la Force vous accompagne.

Avis, critiques et commentaires, comme d'habitude sont les bienvenus.

Retrouvez-moi sur :

ME CONTACTER POUR

COMMANDER MES LIVRES :
VAN AÉROPORT et TRANSPORT SUR LUZON,
LOCATION MAISON / CONDOMINIUM À TERNATE :
TERRAINS À VENDRE :
CIRCUITS TOURISTIQUES SUR MESURE :
PÊCHE / PÊCHE PROMENADE EN MER :
ÉTUDES ET PRÉ-ÉTUDES DE MARCHÉ :
CRÉATION DE SOCIÉTÉ / JOINT-VENTURE / PARTNERSHIP :
ENQUÊTE, CONTRÔLE ET SURVEILLANCE :
STAGE D’ADAPTATION À L’EXPATRIATION EN IMMERSION : (NEW)
POSER  DES QUESTIONS EN RELATION AVEC LES PHILIPPINES.

                        UN SEUL MAIL : asiatribart@gmail.com 

Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.

Prendre sa retraite aux Philippines,
Pourquoi ?
7107 îles, plus de 36.000 kilomètres de côtes,
   des  milliers de plages de sable blanc, le soleil toute l’année ;
des montagnes qui culminent à près de 3.000 mètres,
la jungle, les forêts, des paysages grandioses.

Une population chaleureuse et accueillante, des tribus colorées.
Un excellent service de santé à un prix abordable. Le coût de la vie,
   un des plus bas au monde ; de nombreux avantages offerts aux retraités,
pas d’impôts ni de taxes.

      Rendez-vous sur la page livres pour en savoir plus.


Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,





S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.


Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’



Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’

  EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

 Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines