Friday, December 2, 2016

UN NOUVEAU PONT ... À TERNATE !

Comme je vous l’ai dit à plusieurs reprises dans différents billets, les Philippines sont en plein « boum ».

Cela se caractérise, entre autres,  par la construction et la rénovation de nombreuses maisons particulières ;  par la création de villes nouvelles, véritables cités dortoirs, mais en demeures individuelles ; par la construction d’une pléthore de gratte-ciels dans la ville de Manille et de sa banlieue, ainsi et surtout par l’amélioration des infrastructures routières.

Ce qui veut dire passage des routes quatre voies en six ou huit voies et passage des deux voies, la majorité des routes locales, en quatre voies. En fait les deux voies supplémentaires vont surtout permettre aux Jeepneys, bus et tricycle de charger et décharger des passagers, mais également de se garer pour certains, sans empiéter sur les deux voies centrales réservées à la circulation.


Parfois des vendeurs ambulants vont s’installer sur ces deux nouvelles voies qui, bien que ne participant que peu à la circulation générale, la rendent cependant plus fluide.
En faisant attention que la voie soit libre, il vous sera ainsi possible de doubler un véhicule plus lent qui se traîne sur le milieu de la chaussée… par la droite.

Attention que, parfois, la voie la plus à droite peut être limitée en largeur par des arbres, voire des poteaux électriques qui n’ont pût être déplacés. Le ‘’Log Ban’’, ou interdiction de couper les arbres, vient parfois ainsi limiter la largeur des voies de droite. 


L’amélioration des infrastructures locales a pour principale conséquence d’offrir de nombreux emplois peu qualifiés  à toutes ces personnes qui se trouvaient privées d’emploi. L’État sous-traite à des contractors, véritables conglomérats, qui vont embaucher des entreprises contractuelles. Ces dernières vont alors embaucher des travailleurs locaux en fonction de leur charge de travail.

Nous avons ici une grosse entreprise, Cavdeal qui est le contractor principal, laquelle va sous traiter une partie des travaux annexes à la construction du pont et à l’élargissement de la route.
Construction des murets de protection, mise en place des systèmes de drainage et d’évacuation des eaux, remblaiement et aménagement des bas-côtés, etc.

Pour vous donner un exemple : une petite entreprise de terrassement / jardinier paysagiste, va être chargée de l’aménagement des bas côté. Cette petite entreprise, dotée d’un camion benne, va aller chercher pierres et graviers dans une carrière à proximité et les amener sur le chantier.


Mais il s’agit d’une petite entreprise, trois ou quatre employés au maximum et lui faut aménager plus de cinq cents mètres de bas-côtés ; il va donc lui falloir recruter temporairement des ouvriers.

Et tout est fait à la main. Les pierres sont transportées une à une, le ciment mixé au sable sur la chaussée, l’eau tirée d’un puits qui se trouve à une centaine de mètres, les pierres taillées à la masse, le ciment transporté dans des seaux qui passent de mains en mains, etc. Beaucoup de main d’œuvre et très peu de mécanisation.

J’ai vu des ouvriers qui, alors qu’ils se rendaient au terminal des bus pour rejoindre leur chantier, être arrêtés par le chef de la petite entreprise. Celui-ci leur proposant alors quelques dizaines de pesos de plus que ce qu’ils gagnaient pour travailler pour lui !  
Gros avantage pour celui qui est embauché localement, pas de transport à payer.
Quand on sait que le transport représente plus du quart du salaire journalier, l’on comprend que certains puissent se laisser tenter.


Mais Cavdeal va également employer des manœuvres en fonction de sa charge de travail et des impératifs de planning. Un retard dans le planning, dû par exemple à de fortes pluies, va avoir pour conséquence l’embauche de nombreux ouvriers peu ou pas qualifiés. Les renforcements des piliers du pont, faits de barres de fer soudées, sont fabriqués sur place, entièrement à la main et sur un bas-côté de la route.

Je ne suis pas persuadé que la circulation enregistrée sur cet axe nécessitait la construction d’un deuxième pont. Sauf peut-être durant certains week-ends, la circulation est des plus fluides sur la High Way de Ternate. Y aurait-il des projets d’urbanisation dans le secteur ?
La réouverture et l’agrandissement du complexe touristique de Puerto-Azul ? 


L’endroit est encore sauvage, la forêt préservée, les criques sont magnifiques et souvent inaccessibles, sauf par la mer et les plages sont désertes. Y aurait-il des changements en vue, des plans dans les cartons ?

Mais il faut avouer que le pont actuel est en piteux état, particulièrement en ce qui concerne sa chaussée.
Des trous y apparaissent régulièrement et il ne se passe pas une semaine sans que l’on voit s’affairer l’équipe d’entretien qui tente, tant bien que mal, de réparer les dégâts.


Quand je dis des trous, il s’agit réellement de trous et l’on peut voir l’eau de la rivière qui coule en dessous du maillage de barres de fer qui constitue l’armature principale de la chaussée. Des trous qui peuvent faire deux à trois mètres carrés et dans lesquels, plus particulièrement de nuit, viennent se fracasser les amortisseurs de nombreux véhicules.

Il faut dire que le seul avertissement prévenant de ce danger est le plus souvent constitué d’une branche d’arbre, avec son feuillage tout de même. Branche que l’on coince entre les barres de fer qui apparaissent là où il n’y a plus ni goudron, ni ciment. Et comme l’éclairage de la majorité des véhicules, quand cet éclairage existe, laisse grandement à désirer… une petite branche d’arbre au milieu de la chaussée, par une nuit bien noire et sous la pluie, je vous laisse imaginer. 

Il faut dire que ce pont, initialement limité à dix-sept tonnes par véhicule, a été porté à vingt tonnes et ce avec un panneau routier officiel. 


Mais sur ce pont passent des semi-remorques chargés de sable et de pierres. Un rapide calcul, donc approximatif, me laisse à penser que le chargement de certains camions dépasse largement les quarante tonnes. Comme ces camions roulent souvent en convoi, avec un espacement entre eux qui n’est que de quelques mètres, je vous laisse imaginer les contraintes subies par la structure du pont.

Tout a commencé il y a environ trois ans par une étude géologique du fond de la rivière, sondages et carottages étaient au programme. Un radeau de bambous, du petit matériel de forage installé sur cette barge improvisée et une dizaine de personnes, dont un géologue et des employés locaux.


Puis ce sont les géomètres qui se sont mis au travail, par équipes d’une dizaine de personnes ; deux qui travaillent et huit qui surveillent, c’est la norme ici.

J’aurais très certainement l’occasion de revenir sur la construction de ce pont ainsi que sur l’élargissement  de la route. En effet cela ne va pas être sans conséquences pour certains squatters et propriétaires dont les habitations se trouvent sur l’emplacement de la future route… élargie !



À tous et à toutes, je souhaite un excellent week-end.


Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d’habitude sont les bienvenus.

Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.

Prendre sa retraite aux Philippines,
Pourquoi ?
7107 îles, plus de 36.000 kilomètres 
de côtes,des  milliers de plages de sable blanc, 
le soleil toute l’année ; des montagnes qui culminent 
à plus de 3.000 mètres,la jungle, les forêts, 
des paysages grandioses.
Une population chaleureuse et accueillante, 
des tribus colorées.Un excellent service de santé 
à un prix abordable. Le coût de la vie,un des plus bas 
au monde; de nombreux avantages offerts aux retraités,
pas d’impôts ni de taxes.
                           
Plus d'information sur la page ''livres''.


Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,


S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.

Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’



Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’



 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines




Post a Comment