Wednesday, January 22, 2014

CATASTROPHES AUX PHILIPPINES ... L'IMPACT ÉCONOMIQUE !

Il y a quelques semaines je me posais la question de savoir quel pourrait être l’impact économique  des deux désastres qu’a connu l’archipel en octobre et novembre 2013.

Après quelques recherches et  confirmant mon impression première, cet impact sera très limité.


Néanmoins, il reste un point sur lequel je m’interroge, quel sera l’impact de ces deux catastrophes sur le secteur touristique, sur le nombre de touristes qui viendront aux Philippines en 2014 ?

En effet, à la lecture de nombreux mails envoyés par les lecteurs de mes petits blogs, j’ai ressenti comme une  appréhension, une certaine peur à effectuer  un voyage pourtant prévu de longue date sur l’archipel.

Si effectivement le tremblement de terre de Bohol a touché une zone particulièrement touristique, plus spécialement les plages, les centres de plongée et les resorts de Panglao, le typhon Haiyan n’a affecté que des régions qui ne voient passer que peu de touristes.

Quel est le tour opérateur ou l’agence de voyage qui propose des séjours à Tacloban, Guiuan, Ormoc, Baley ou autres villes de Samar ou Leyte ? A ma connaissance aucun !

Toutes les personnes, les amis et copains que je connais et qui vivent sur ces endroits, y sont du fait de la famile de l'épouse. Pas de complexes touristiques, peu d'hôtels et de resorts destinés aux touristes étrangers. L'île de Siargao, l'île des surfeurs de la ''Cloud 9'', le centre touristique le plus proche. a été épargné.

Par contre les îles de Bantayan et de Malapascua ont été totalement ravagées.


A Bantayan, sur une trentaine de resorts qui se situaient à Santa fé, un seul était encore debout après le passage du Typhon. Plus rien à Malapascua !

Maintenant et comme je l’écrivais dans un autre billet, le Typhon a ravagé, d’est en ouest, une bande d’une centaine de kilomètres de large et ce, en passant plus sur la mer que sur des terres habitées.

Oui, les îles de Samar, de Leyte, le nord de l’île de Cebu, ainsi que le nord de celles de Negros et de Panay ont subi de lourds dégâts, mais il ne s’agit là que d’une infime partie de l’archipel.

L’archipel, qui s’étend sur plus de 1.800 kilomètres du nord au sud et sur plus de 1.000 kilomètres d’est en ouest, n’a été que peu affecté par le typhon ‘’Yolanda’’, son nom local.

J’ai presque honte à le dire, mais à Ternate, une petite ville de province qui se situe à 55 kilomètres au sud-ouest de la capitale Manille, rien ou presque rien. Un peu de vent et quelques pluies, sans plus, moins violent qu’un orage de mousson.

Du fait de l’étendue de l’archipel, il est toujours possible d’éviter un typhon, quitte à quelque peu modifier le planning initial.

Quel sera l'impact économique du typhon Haiyan qui vient de frapper les provinces centrales des Philippines en causant des dégâts considérables et le décès de 10.000 à 20.000 personnes ? Dans une étude publiée ce mardi matin, HSBC estime que cette catastrophe, qui intervient un mois après un fort tremblement de terre qui a frappé l'île de Cebu, « ne devrait pas ralentir la croissance » du pays.


Manille, principale zone économique du pays

Les régions frappées par le typhon, les îles de Leyte et de Visayas et le nord de celles de Cebu et de Negro ne constituent pas le cœur de la production industrielle du pays, principalement concentrée autour de la capitale, Manille. Cette métropole de quelques 21 millions d'habitants (soit 22 % de la population) concentre 35 % du PIB du pays.

Les principales ressources de ces régions sont l'agriculture et l'industrie agro-alimentaire liée au riz, à la canne à sucre au blé, à la noix de coco et à la pèche.


Des ravages estimés à 1,7 milliard d'euros

Selon HSBC, 3,5 % de la production philippine de canne à sucre serait détruite. L'ensemble de la perte de production pour ces quatre industries s'élèverait, d'après la banque britannique, à 324 millions de dollars américains, soit 0,2 % du PIB philippin. Mais les dégâts seront néanmoins bien plus importants.

Selon le gouvernement, le montant des pertes s'élèverait à 8 % de la richesse de la région. Si l'on prend en compte l'ensemble des régions touchées, le coût pour l'économie nationale serait de 1,4 % du PIB, soit environ 1,7 milliard d'euros. Un chiffre loin d'être négligeable (à l'échelle de la France, il s'agirait de 28 milliards d'euros).


Marges de manœuvre

Néanmoins, les équipes de HSBC estiment que l'économie philippine pourra surmonter l'épreuve. Ils insistent notamment sur les marges de manœuvre dont disposent le gouvernement et la banque centrale (Bangko Sentral Ng Pilipinas, BSP) pour redonner une impulsion à l'économie et favoriser la reconstruction.


Le gouvernement a d'ores et déjà annoncé le déblocage de 23 milliards de pesos, soit 391 millions d'euros. Et si la perte de la production agricole peut alimenter l'inflation, HSBC estime que cette dernière ne sortira pas du « corridor » de 3 à 5 % toléré par la BSP (l'inflation est aujourd'hui à 3,5 % par an). Du coup, « la BSP pourra conserver des taux bas pour soutenir l'activité », estime la banque.


Un modèle économique original pour l'Asie

De façon plus générale, les deux piliers de la croissance philippines, selon HSBC, «  la croissance démographique et une gestion financière de l'Etat solide » devrait permettre au pays de surmonter l'épreuve.

Les Philippines, comme l'Indonésie, basent en effet leur modèle économique, non pas sur les exportations, mais sur une forte consommation des ménages alimentée par une croissance démographique soutenue. Il y aujourd'hui 98 millions de Philippins, contre 74 millions voici quinze ans. Au premier trimestre 2013, le commerce extérieur a apporté une contribution négative à la croissance, ce qui n'a pas empêché le PIB philippin de croître de 7,8 % sur un an.
Besoin d'investissements dans les infrastructures

En revanche, le drame du typhon Haiyan souligne le besoin urgent d'investissement dans les infrastructures.

Les Philippines, obsédées après la crise de 1997 par la gestion de sa dette, a sous-investi dans ce domaine. Avec une population en progression d'un tiers en quinze ans, les dépenses d'infrastructures ont reculé de 5,6 % du PIB à 3 % du PIB sur la même période.


Du coup, la population est beaucoup plus vulnérable aux phénomènes naturels catastrophiques. Le gouvernement a prévu de ramener le ratio à 5 % en 2016. Les ravages de Haiyan pourraient donc enfin faire comprendre aux dirigeants de l'archipel qu'une bonne gestion de la dette n'est pas toujours suffisante.

A première vue, la statistique est paradoxale : touchées par le meurtrier typhon Haiyan le 8 novembre dernier, les Philippines ont vu, le même mois, leurs exportations progresser de 18,9% par rapport à l'année précédente.

Plus de 6.000 morts, 2.000 disparus et pas de conséquence sur l'économie ? En novembre 2013, les Philippines ont exporté une valeur totale de 4,29 milliards de dollars (3,15 milliards d'euros), selon les données officielles, soit une augmentation de 18,9% par rapport à novembre 2012.

C'est la plus forte hausse des exportations depuis trois mois alors que le 8 novembre 2013, le pays avait été frappé par un violent typhon, Haiyan.

Les Philippines, qui fournissent environ 10% des services de fabrication de semi-conducteurs dans le monde (notamment pour les puces de téléphonie mobile et les micro-processeurs), ont aussi vu croître de 10% l'exportation de composants électroniques sur le mois de novembre, pour une valeur totale de 1,91 milliards de dollars (735 millions d'euros). 

C'est le troisième mois de hausse à deux chiffres, après +13,5% en octobre et +15,4% en septembre.


Un coût de 14 milliards de dollars ?

Ces chiffres contrastent spectaculairement avec les estimations de l'agence de notation Moody's, pour qui l'impact économique de Haiyan pourrait s'élever à 14 milliards de dollars. 

C'est que, malgré le drame humain - la tempête a fait plus de 6.000 morts, déplacé 4,4 millions de personne et privé, selon l'Organisation internationale du travail (OIT), cinq millions de personnes de moyen de subsistance , l'impact sur la florissante économie philippine a été limité.

C'est ce qu'affirmait fin novembre le Crédit suisse dans un rapport. Il estimait que "l'aire affectée représente une proportion relativement modeste du PIB, ce qui fait que l'impact général sur le PIB devrait être mineur et gérable".


Des régions épargnées

Les îles de Leyte et Samar, les plus touchées par le typhon, sont des régions principalement agricoles, dont les principaux secteurs productifs sont "la pêche, la culture du riz et la noix de coco", selon l'agence de presse belge Belga. Le secteur de la canne à sucre, qui représente une valeur de 1,6 milliards de dollars aux Philippines, a également souffert.

Mais les zones industrielles, notamment autour de la capitale Manille, ont été épargnées, expliquait de son côté l'institut d'étude Coe Rexecode, pour qui l'impact de Haiyan sur la croissance du pays "devrait être relativement modeste".


Entre 6 et 7% de croissance en 2013

Le Crédit suisse va dans le même sens, expliquant que "les exportations de produits agricoles vont être touchées, mais elles sont une fraction assez minime des exportations totales". En novembre, selon les statistiques officielles les exportations de composants électroniques ont représenté 44,6% de la valeur totale des exportations philippines.


Le pays, qui vise une croissance de son PIB comprise entre 6,5 et 7,5% en 2014, devrait atteindre la fourchette basse de son objectif pour 2013 : entre 6 et 7% de croissance. Et ce même si "la croissance annuelle des Philippines a ralenti à son plus bas depuis plus d'un an au troisième trimestre 2013", comme le note l'agence Reuters.

Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d’habitude sont les bienvenus.



Chaque jeudi de 18 à 20 h, 12 à 14 h  en Europe sur Yahoo Messenger :
Pseudo < dtesteil >

Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.

Prendre sa retraite aux Philippines,
Pourquoi ?
7107 îles, plus de 36.000 kilomètres 
de côtes,des  milliers de plages de sable blanc, 
le soleil toute l’année ; des montagnes qui culminent 
à plus de 3.000 mètres,la jungle, les forêts, 
des paysages grandioses.
Une population chaleureuse et accueillante, 
des tribus colorées.Un excellent service de santé 
à un prix abordable. Le coût de la vie,un des plus bas 
au monde; de nombreux avantages offerts aux retraités,
pas d’impôts ni de taxes.
                           
Plus d'information sur la page ''livres''.


Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,


S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.

Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’



Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’



 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines

Post a Comment