Sunday, September 22, 2013

LAS CASAS FILIPINAS, BAGAC !

Voyageons à travers le temps et retrouvons nous durant la période de la colonisation espagnole.

Grace à l’heureuse initiative d’un homme  il est maintenant possible, pour les jeunes générations, de découvrir à travers trente maisons et immeubles ce qu’était l’architecture philippine durant la colonisation espagnole.



Trente maisons qui ont existé et que l’on retrouve, restaurées et parfaitement entretenues, dans un parc de 400 hectares qui se situe à deux heures et demie de route de Manille.

Dans le  resort de ‘’Las Casas Filipinas de Acuzar’’ à Bagac Bataan, il vous est possible de découvrir  trente maisons et buildings qui ont été sélectionnés en fonction de leurs caractéristiques historiques, culturelles et architecturales.

Venus de différents endroits de l’archipel, ces bâtiments ont été démontés, reconstruits et restaurés avant d’être proposés à la vue et à la visite des touristes.

Plus besoin de machine à remonter le temps pour découvrir ces merveilles du temps passé.
Merci à José ‘’Gerry’’ Acuzar pour son heureuse initiative. 

Nul besoin d'une machine à remonter le temps pour avoir une idée de la façon dont vivaient ceux que l'on appelait ''principalia'', la noblesse locale du temps de la colonisation espagnole.



Il vous est maintenant possible de vivre, pour un week end ou plus, comme l'on vivait à cette époque.

A deux heures et demie de route de Manille se trouve le parc de villégiature de ''Las Casas Filipinas de Acuzar, une trentaine de maisons et bâtiments de l'époque espagnole, restaurés et parfaitement entretenus.

Larges avenues pavées, promenades à pied ou en calèche, vous permettrons de découvrir le style architectural des demeures philippines des dernières décennies de la colonisation.

Si la construction a débuté en 2003, ce n'est qu'en 2010 que le parc, sur une surface de 400 hectares, a été ouvert au public.

C'est le promoteur de la société ''New San Jose Builders'', Jose ''Gerry'' Acuzar qui a lui-même choisi 30 vieilles maisons et des bâtiments coloniaux. Le choix de ces vieilles demeures et bâtiments coloniaux, tous venus de différents endroits de l'archipel, s'est effectué en fonction de critères historiques, culturelles et architecturaux.



Parmi les demeures espagnoles reconstruites sur le site de Bagac se trouve la villa Jaen.
Cette maison était autrefois la demeure du premier maire de la ville de Jaen dans la province de la ''Nueva Ecija''. 

Casa Luna, construite en 1850, était la propriété de la famille de Novicio dans ce qui était alors la ville de Namacpacan, devenue de nos jours la municipalité de Luna à La Union. 

Casa Lubao, construite en 1920 était la demeure de la famille Arastia Vitug de Lubao dans la province de Pampanga.
A l'origine construite pour le stockage du riz et du sucre, elle servit également de garnison aux troupes japonaises durant la seconde guerre mondiale.

Contrairement aux autres structures de Las Casa Filipinas, qui ont toutes été démontées et reconstruites, Casa Mexico a été érigée d'après une photographie, en utilisant des matériaux de récupération trouvés un peu partout sur l'archipel.
Cette propriété se trouvait autrefois à Mexico, dans la province de Pampanga.


Casa Quiapo, comme son nom l'indique, se trouvait dans le district de Quiapo dans le vieux Manille et en bordure de la rue Hidalgo. Elle a été le premier campus de l'Université des beaux-arts philippins, dont le premier recteur fût le propriétaire de la maison de maître.

Si les visiteurs peuvent séjourner, pour une ou plusieurs nuits, dans une de ces demeures coloniales, ils peuvent également faire le choix de l'hôtel qui se trouve Paseo de Escolta, une rue bordée de batiments qui imitent les anciennes structures commerciales du vieux Manille. 

Las Casas Filipinas de Acuzar se présentent comme un ''Musée vivant des coutumes et traditions philippines''.

L'on y retrouve également l'ambiance qui existait à cette époque.

L'on trouve également deux restaurants dans le complexe, un italien qui sert des pizzas plus que correctes et un restaurant filipino-espagnol, le Café Marivent, situé dans la station Casa Unisan. Un ancien manoir construit en 1839 pour la famille Maximo de la province de Quezon.

Le dîner, dans le restaurant Filipino-Spanish, est animé par un duo qui donne la sérénade aux convives.



Une promenade après le dîner, dans les jardins éclairés de lumières tamisées, offre un excellent moyen de se détendre, tout en continuant à profiter de l'ambiance coloniale.

Pour se rendre à Bagac, à partir de Manille suivre la ‘’Bataan Provincial Expressway‘’ et en sortir à ‘’l’Exit 60’’. Bagac est une municipalité de troisième classe, d’une surface de 231 kilomètres carrés et qui fait face à la mer. 

Environ 25.000 personnes vivent à Bagac répartis dans 14 barangays.

Bagac est également l’endroit où a été érigée une tour de 27 mètres de haut. 
Un monument symbolisant le renouveau de l’amitié entre le Japon et les Philippines, après les exactions commises par l’armée impériale japonaise durant la seconde guerre mondiale.

Cette tour, construite par Rissho Kosei Kai, un organisme bouddhiste japonaise, a été inaugurée le 8 avril 1975. Elle se situe à deux cents mètres de l’endroit où a commencé la ‘’Marche de la mort de Bataan’’.

Si l’on ne peut qu’applaudir à l’initiative de José ‘’Gerry’’ Acuzar, il faut tout de même reconnaître qu’il n’est pas possible, loin de là, à la grande majorité des Philippins de se rendre à Bagac afin d’y contempler ce que l’on peut considérer comme leur patrimoine, leur l’héritage national.


ll s’agit d’une initiative privée et, en plus du prix du trajet pour se rendre à Bagac, il vous faudra payer l’entrée fixée à plus de 600 pesos par visiteur … pas donné à tous les Philippins de pouvoir visiter ‘’Las Casas Filipinas de Acuzar’’, quant à y séjourner …

Pour les restaurants, compter 1000 pesos par convive (sans les vins et alcools).
Au niveau des chambres, les prix se situent autour de 4.000 à 4.500 pesos à l’hôtel (pour deux personnes).  Ajouter les petits déjeuners, 295 pesos net.

Dans les Casas comptez :
-       Casa San-Miguel, 6 chambres, maximum douze personnes, entre 38 et 45.000 pesos.
-       Casa Meycauayan, 5 chambres, maximum 10 personnes, entre 30 et 35.000 pesos,
-       Casa Jaen, 5 chambres, maximum 10 personnes, entre 25 et 30.000 pesos,
-       Casa Binondo 2, 3 chambres, maximum 6 personnes, entre 17 à 21.000 pesos,
-       Casa Binondo 1, 4 chambres, maximum 8 personnes, entre 23 à 28.000 pesos,


-       Casa Baliug, 2 chambres, maximum 4 personnes, entre 15 et 18.000 pesos.

Toutes les demeures sont décorées et meublées d’époque, c’est propre et parfaitement entretenu ; le personnel est aux petits soins. Petite précision, les chambres sont climatisées et il y a la télévision.

Sont inclus dans le prix de locations des Casa :
Le breakfast,
L’utilisation de la piscine et de la plage,
Le ‘’Walking héritage Tour’’,
La possibilité de faire du café et du Thé,
Une carte guide de l’environnement,
Tous les services et taxes.

Les prix ne sont donnés qu’à titre indicatif, je ne suis pas une agence de voyage et ces mêmes prix varient en fonction de la saison et des jours, semaine ou week-end.

La plupart des Philippins ne connaissent absolument rien de l’histoire de leur pays.
La quasi totalité des œuvres d’art, que ce soit en architecture, en poterie, en bijouterie, mobilier, peinture, sculpture, etc. sont entre les mains de personnes privées.



Toutes ces merveilles sont gardées dans des musées privés ou soigneusement rangées dans des coffres et des tiroirs. Bien peu y ont accès, bien peu ont eu la chance de contempler ces témoignages d’un passé fort mal connu.

Le seul autre endroit, à ma connaissance, où il est possible de visiter un ensemble de demeures datant de la colonisation espagnole, se trouve être la ville de Vigan où toute une rue a été préservée.

Vous remarquerez que la majorité de ces habitations comportent un rez-de-chaussée de pierre et le premier étage de bois avec de grandes ouvertures ; ceci pour la fraîcheur relative offerte par ce matériau.



Expériences, critiques et commentaires, comme d’habitude sont les bienvenus.


Chaque jeudi de 18 à 20 h, 12 à 14 h  en Europe sur Yahoo Messenger :
Pseudo < dtesteil737 >

Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.


Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,





S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.


Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’





Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’




 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines





Post a Comment