Monday, September 9, 2013

LA CRISE EST-ELLE FINIE ?

La crise est finie, la crise est derrière nous, nous sentons la reprise … mais nous allons encore et plus que jamais vous ponctionner. Nous allons chercher l’argent là où il se trouve, là où il y en a encore un peu. Bien évidemment certaines des informations que je vous donne ici ne sont reprises par aucun des médias français.



En lisant bien ces médias français il était tout de même possible d’apprendre que les déductions d’impôts pour enfants scolarisés ou à l’université allaient être supprimées.

L’on apprenait également que deux villes de la banlieue parisienne appliquaient le couvre-feu à partir de 20 heures ! (Villeneuve-Saint-Georges et Saint-Denis, info du Parisien)


Mais pour les inédites, commençons par les Polonais, qui font très fort.

Le ministre des Finances polonais a pris l’argent des cotisations des retraités, cotisations qui sont gérées par des assureurs privés comme Allianz, Aviva, Axa, Generali, Ing et va s’en servir pour rembourser la dette souveraine polonaise ; afin de faire baisser le pourcentage d’endettement du pays !

Les assureurs qui avaient placé ces fonds de pensions en Bons du Trésor se font purement et simplement braquer par le gouvernement polonais. 

Annoncé par le premier Ministre Donald Tusk : ‘’la Pologne va prendre et annuler les Bons du Trésor détenus et managés par le secteur privé’’. Si ce n’est pas encore de la nationalisation, c’est en tout cas du vol pur et simple.


Bercy n’est pas en reste avec une nouvelle idée de génie.

Bercy a décidé de taxer les salariés dont la complémentaire santé est payée en partie par l’employeur.




C’est nouveau, ça vient de sortir, cette partie payée par l’employeur est désormais considérée comme un avantage en nature. Un Sénateur PS n’avait-il pas annoncé dans une émission télévisée « On ira chercher l’argent partout où il faut », pour une fois le PS tient parole.

N’avez-vous pas tous vu des hausses sur vos feuilles d’impôts ?
Des retraités qui n’étaient pas imposés ces dernières années le sont désormais.
Trois cents euros par-ci, trois cents cinquante par là, le pire c’est qu’à mon avis cela ne va pas servir à grand-chose. Boucher un seul trou d’une passoire n’empêche pas le ‘’liquide’’ de s’écouler. 

Comme de plus le fond de la passoire se fissure de plus en plus et que les trous s’agrandissent … reculer pour mieux sauter.

Les saisies par les Douanes d’argent liquide aux frontières est en augmentation de + 515 % au 1er trimestre. Les saisies d’argent liquide par les Douanes explosent (le Parisien).

Les Français semblent ne plus faire confiance aux banques de l’hexagone ou ont peur de se faire braquer.


A Chypre, mais vous le savez, les comptes privés ont été rasés.
Cet été l’Espagne a braqué les fonds de sa sécurité sociale pour payer le service de la dette (les intérêts). Le pays est également en train de vendre une partie du patrimoine national à des intérêts privés. Mais dans trois mois, Madrid va braquer quoi pour rembourser ?

Vendre le patrimoine national pose plusieurs problèmes.
Le premier, de quel droit une infime minorité s’autorise-t-elle de vendre ce qui appartient à l’ensemble des citoyens ?
Le second, c’est un peu comme vendre le fond de commerce, avec quoi va-t-on travailler ?
Troisièmement, l’on vend un bien, dans le cas d’un aéroport par exemple, qui apportait un service public à l’usager au prix de X ; une entreprise privée, qui se doit de faire des bénéfices, va vendre le même service à l’usager au prix de X + m (sa marge).

C’est un peu de la banquise qui chaque semaine s’écroule dans la mer, des icebergs qui partent doucement à la dérive en fondant peu à peu.

Dans le Figaro l’on pouvait tout de même lire que : ‘’le gouvernement cherche 2,5 milliards d’euros de taxes supplémentaires sur les entreprises.’’ L’idée serait de remplacer l’IFA (l’imposition forfaitaire annuelle) et la C3S pour les remplacer par un nouvel impôt qui rapporterait plus.


Depuis le 1er juillet, en vertu de la loi sur la sécurisation de l’emploi, le coût de certains CDD a été surenchéri pour les employeurs, via une majoration des cotisations d’assurance chômage.
Tout ceci doit sûrement faire partie de la panoplie des aides aux entreprises, dans l’allégement de leurs charges très certainement.

Un petit tour en Grèce où les entreprises du nord du pays ne paient plus leurs employés.
Voir le site ‘’keeptalkinggreece’’ Six entreprises sur dix ne paient plus leurs employés ou alors avec de trois à seize mois de retard !

Le chômage atteint 36 % dans la région de Thessalonique, tandis qu’il dépasse 40 % à Evros en bordure de la frontière Turque.

A yiannista, le commerce est pratiquement mort. Les Grecs traversent la frontière et vont faire leurs courses en Bulgarie. Il y a encore quelques années c’était l’inverse qui se passait. Le chômage culmine à 56 %. 

A Athènes, mais ce n’est pas exclusif à la capitale, les jeunes sont embauchés avec un mois d’essai, après ce mois ils sont virés sans toucher un centime et le travail au noir prolifère.
Tout le monde fuit les obligations de l’Etat pour économiser sur tout, en particulier sur les charges.

Donc TVA, impôts et autres taxes ne rentrent pas dans les caisses !



Deux banques slovènes vont être rayées de la carte.
Le gouvernement slovène a été obligé de donner pour un milliard d’euros de garanties souveraines à la Factor Banka et à la ProBanka afin que ces banques puissent rembourser les dépositaires.

Les banques locales slovènes sont engluées dans 7,5 milliards d’euros de ‘’bad loans’’.
Il se pourrait que la Slovénie suive la voie d’autres pays de la zone euro et soit obligée de demander une aide internationale dans les prochains mois.

Aux Etats-Unis, depuis le mois de janvier ce sont vingt banques régionales qui ont fait faillite.
Bank of America supprime 2100 postes.

Les personnes qui survivent avec des ‘’Food Stamps’’, des tickets alimentaires, sont de plus en plus nombreuses. Leur nombre était de 47,8 millions au mois de juin 2013, plus que la population totale de l’Espagne.

Au Kansas, 20.000 personnes se retrouvent sans aucun moyen de survie, les tickets alimentaires leur ont été supprimés du jour au lendemain. D’autres Etats préparent la même chose, supprimer 20 % des bénéficiaires de ce système.

La plupart des Jobs qui sont trouvés par les sans emplois américains sont des jobs à quart ou à mi-temps. Des serveuses, des barmen, des garçons de café, des caissières et des vendeuses.


Revenons en France.



Vous vous souvenez certainement de ce fait divers, qui se passait dans une province retirée des Philippines et où des gens peu scrupuleux avaient dérobé des rails de la voie de chemin de fer.

Ne soyez plus jaloux, cela arrive aussi en France !
Deux hommes ont été interpellés à Vitrolles en train de revendre des morceaux de rails qu’ils avaient dérobés sur les voies de chemin de fer de la SNCF (information de La Provence).

A quinze kilomètres de Marseille, la Gendarmerie donne l’ordre aux habitants de la prévenir dès qu’ils constatent des gens pas ‘’clairs’’ qui traînent dans les rues !

Les vols à main armée sont en augmentation de 49 % sur les six premiers mois de l’année 2013 comparé aux six premiers mois de 2012.

Les CDD sont en nette augmentation et représentent 82,4 % des embauches.

Ils sont 70.000 entrepreneurs à ne plus régler l’URSSAF, le RSI ou la MSA.
Sous le nom des ‘’Tondus’’ ils refusent de s’acquitter de leurs obligations.

Mais à part cela la crise est finie, elle est passée, elle est derrière nous, tout va très bien Madame la Marquise !


Les dirigeants du monde occidental ont l’urgent besoin de détourner l’attention des gens de tout le système qui va mal. Ils souhaitent frapper fort, quelque chose qui fasse peur, quelque chose d’assez puissant pour détourner les masses de leurs problèmes quotidiens.

En fin d’année 2012, c’est une opération contre l’Iran qui avait été envisagée.
Depuis le début de l’été, c’est au tour de la Syrie d’être la cible potentielle.

Un maximum de sujets pour cacher les problèmes majeurs.
Mais cela ne suffit plus. Les fumerolles qui nous cachaient partiellement le volcan sur le point d’entrer en éruption ne sont plus suffisantes pour nous distraire des problèmes quotidiens.
Le mariage pour tous, l’intervention au Mali, oublié tout cela, il faut désormais un écran de fumée plus épais.

Une bonne petite guerre qui embraserait tout le Moyen-Orient, une aubaine, l’effort de guerre demandé à tout un chacun. Avec des conséquences incalculables, l’on ne sait pas où peut nous entrainer ce genre d’intervention. Une fois le doigt pris dans l’engrenage il sera difficile de l’en sortir, ce sera au tour de la main, puis du bras, puis …

Oubliez vos petites misères, pensez à ceux qui souffrent, à ceux qui meurent sur le champ de bataille, de quoi vous plaignez-vous ?

Quelques belles cérémonies aux Invalides, des remises de médailles à titre posthume, des discours guerriers et enflammés, des images de guerre en veux-tu en voilà sur toutes nos chaînes TV.

Des analyses, des tables rondes, des déclarations, des meetings, vont se succéder 24 / 24 h, tout cela repris par la presse papier, pas le temps de respirer, pas le temps de vous laisser souffler, il faut vous enfumer.

Le chômage, la pauvreté, la précarité, les impôts, la dette … mais de quoi parlez-vous Monsieur ?
Nous sommes en guerre et il y a beaucoup plus important que ces broutilles ! Vous nous faites perdre du temps, nous avons d’autres chats à fouetter !  



Heureusement les peuples semblent commencer à prendre conscience de la réalité des choses.
Nos petits dictateurs ne semblent plus être en position de pouvoir lancer la petite gué-guerre ‘’enfumeuse’’ qu’ils souhaitaient mener il y a encore quelques jours. 

 
La France dépense 53 % de son PIB en dépenses publiques !

La richesse imaginée, supposée, de l’escroc, ne trompe qu’un temps, le temps que celui qui lui a prêté de l’argent se rende compte qu’il ne sera jamais remboursé.

Nous sommes au stade où celui qui prétend pouvoir rembourser, c’est l’Etat, lui qui ne produit rien d’autre que ce qu’il dérobe, et ce qu’il dérobe n’est plus disponible pour faire tourner la machine économique. Le remboursement asphyxie, c’est la raison profonde pour laquelle, à partir d’un certain ratio de dettes, la croissance ralentit, puis disparait.

Les taux zéro, l’argent gratuit, ne favorisent pas l’emploi, il le détruit; Pourquoi?
Parce que les firmes anciennes qui ont un coût du capital emprunté élevé, qui ont des échéances plus lourdes que celles qui ont un coût du capital emprunté récemment à coût réel nul, sont désavantagées, elles disparaissent peu à peu, s’étiolent, cessent d’être compétitives, elles disparaissent ou sont rachetées. 

Avec les taux zéro, on investit dans des productions moins consommatrices de main d’œuvre, on tue de l’emploi.

Les idiots qui croient que l’investissement neuf crée des emplois oublient de compter les emplois anciens qui sont détruits au passage.



De même le gonflement de la valeur des actions les porte à des niveaux qui obligent, pour être soutenus et justifiés, à toujours plus de productivité, toujours plus d’abandons de productions, toujours moins d’emplois. Les managers sont obligés de « deliver », délivrer la performance incluse dans le cours de bourse.

La politique monétaire américaine a déversé sur les économies émergentes des trillions et des trillions. Elle a inflaté leurs systèmes, favorisé la mauvaise allocation du capital, suscité des espoirs qui ne peuvent être honorés. Ces économies ont accumulé des réserves, autorisé des expansions désordonnées du crédit.

La Roupie indienne, la Lira turque, la rupiah indonésienne, le peso mexicain, le réal brésilien, les monnaies d’Europe de l’Est ont très lourdement chuté la semaine dernière. En début de semaine, on a noté des flux de sorties de capitaux considérables, il a fallu recourir à des swaps d’urgence pour faire face à la débandade. 

Dans ces pays, la transitivité négative s’est enclenchée, les cercles entre dévaluation de la monnaie, hausse des taux, hausse des produits importés, sorties de capitaux, sont devenus vicieux.


Dans nos économies dites développées, il est temps d’inventer un nouveau modèle, un modèle basé sur une croissance annuelle de 1 % au grand maximum. Il faudra se dire, nous devons faire avec cette croissance et non plus baser notre économie au jour le jour sur une future et hypothétique croissance de 3, 4 ou 5 %.


Pour l’instant les Philippines s’en sortent bien, les chiffres du Q2 sont très bons, mais n’oublions pas que le pays a aussi besoin de clients solvables pour écouler ses exportations.


Expériences, critiques et commentaires, comme d’habitude sont les bienvenus.


Chaque jeudi de 18 à 20 h, 12 à 14 h  en Europe sur Yahoo Messenger :
Pseudo < dtesteil737 >


Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.


Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,





S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.


Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’






Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’




 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines







Post a Comment