Saturday, December 1, 2012

LE HAVANA CAFÉ À MAKATI ... MANILLE !


Café Havana pour trouver des Pros, des semi-Pros, mais également des jeunes femmes ‘’normales’’.


Ce petit poste est avant tout destiné à ceux qui n’aiment pas, ou qui n’apprécient pas, les jeunes filles et femmes que l’on trouve dans les bars, à tous ceux qui souhaitent trouver une compagne qui ne soit ni danseuse, ni Go-go, encore moins GRO ou semi-professionnelle.

A tous ceux qui souhaiteraient avoir l’impression de rencontrer, tout à fait fortuitement, une compagne qu’ils pourraient emmener dîner, sans pour autant perdre trop de temps.

Pour cela, je vous propose aujourd’hui de découvrir un autre quartier de Manille, pour être plus précis une autre partie de Makati, une partie de Makati opposée à Burgos Street.

En fait un quartier huppé, une sorte de ceinture composée de plusieurs centres commerciaux au cœur de la ville de Manille. Ce que l’on nomme ici ‘’Greenbelt’’, des centres commerciaux reliés les uns aux autres et qui se nomment Glorietta un à cinq, plus quelques galeries marchandes et il nous faut ajouter le SM Ayala.

Vous pouvez me croire, il serait difficile de trouver quelque chose d’équivalent en France, c’est immense, grandiose, bien décoré et vous y trouverez absolument de tout.

Toutes les grandes marques de luxe sont présentes et ce dans des boutiques qui pourraient faire honte à celles situées sur l’Avenue des Champs Elysées.
Pour n’en citer que quelques-unes, Rolex, Lagerfeld, Vuitton, Armani, Cartier, Vacheron Constantin, Dior, Gucci, etc. Elles sont venues, elles sont toutes là !


Comment s’y rendre ?

La meilleure solution, si vous ne connaissez pas, est de prendre un taxi : ‘’Greenbelt entrance 3, New Word Hôtel’’, qui se situe donc à Makati.

En demandant à un bon chauffeur de taxi, celui-ci vous déposera directement en face de l’entrée Nº 3, un moins bon peut vous descendre en face du New Word.
Dans ce cas traversez la rue en direction du grand complexe de ‘’boutiques’’ qui se trouve en face avec des panneaux indiquant Greenbelt 3.

Il faut alors entrer dans le building, continuer tout droit, passer des portes, tout en restant au rez-de chaussée, jusqu’à ce que vous arriviez sur une place et voyez sur votre droite une foule de filles et quelques garçons assis à des tables surmontées de larges parasols.

Vous êtes maintenant sur une petite place plantée de cocotiers dont la partie sud est occupée par de nombreuses tables et chaises abritées par de larges parasols. Heureusement, car la dernière fois il pleuvait. 

Si vous avez quelques doutes, demandez aux gardes de sécurité où se trouve le Café Havana
Sur les parasols sont inscrits les noms des établissements, donc vous ne devriez pas vous tromper.

C’est  autour des tables du Café Havana que se trouvent les jeunes femmes à la recherche de ‘’compagnons’’. A proximité se trouvent Starbuck’s, le café Breton et le Seattle Coffee, il y  a également quelques filles (freelancers) dans ces quatre endroits, qui en fait n’en font qu’un.

Pour être plus précis, c’est principalement autour des tables qui se situent à l’extérieur du Café Havana et des autres que se trouvent la plupart de ces jeunes filles.

Les vendredis et samedis soirs sont les meilleurs moments. Certaines nuits, en semaine, peuvent être relativement calmes, bien qu’il y ait toujours quelques pros à cet endroit.
Attention que les filles qui se trouvent là avant 21 h sont généralement des filles normales, les Pros ou semi-Pros ne commencent à arriver que vers 22 h.

Il arrive parfois, souvent même, que des occasionnelles viennent se mêler à la bagarre, elles peuvent être à la recherche d’un peu d’argent pour boucler une fin du mois difficile. Deux sœurs ou deux copines à la recherche d’un peu d’exotisme sont également des possibilités pour un dîner sérieux.

Aux alentours de une heure, voire deux heures du matin, les choses commencent à se calmer, pour ne pas dire mourir.  En général les filles vont à la plus proche disco si elles n’ont pas trouvé de compagnon au Havana. Par exemple le Icon Disco qui se trouve non loin de là, à l’hôtel Intercontinental.

Il y a un dancing à l’intérieur du Café Havana, mais peu de freelancers à l’intérieur, plutôt des filles normales. Disons que les filles Pros, semi-Pros et autres se trouvent à 95 % assises aux tables ou à déambuler autour de la place.

Installez-vous à une table, vous n’allez pas tarder à être approché.
Attendez qu’une jolie, qu’une qui vous plaise s’approche, refusez gentiment, tout en souriant et en restant amicale, celles qui ne vous conviendraient pas.

Vous êtes très certainement observé par des jeunes femmes installées aux autres tables.

Si vous renvoyez, celles qui viennent vous solliciter, d’une manière trop brusque, cela risque de ne pas inciter les autres à venir à votre table tenter leur chance.


Les Pros et autres du Café Havana demandent ou tout du moins attendent plus que les filles du MBC, l’ancien LA Café d’Ermita. Elles sont plus sophistiquées, elles sont moins directes, elles font moins ‘’pros’’ dans leur façon d’agir.

Pour les anciens qui ont connu, elles sont un peu à comparer à ce que l’on trouvait au premier étage du MBC, du temps ou il fallait payer un supplément pour avoir accès à cet endroit, le coin des Kor.

Il faut savoir que nombre de ces filles fréquentent, en fonction des opportunités, les deux établissements et ce qui est remarquable, c’est que leur façon de se comporter s’adapte parfaitement à l’endroit dans lequel elles se trouvent.

Si vous êtes à votre table à l’extérieur et qu’une ou plusieurs filles vous demandent si elles peuvent s’asseoir avec vous, vous avez affaire à des Pros. Une jeunes fille ‘’plus sage’’, si elle est intéressée, préférera s’asseoir à proximité afin de vous lancer des regards.

Les Pros, bien évidemment, vous jetterons des regards de plus de cent mètres, avant que de venir directement à votre table. 

Normalement ces jeunes femmes ne parlent pas argent. Les prostituées le font, mais ces filles prétendent toutes ne pas être des prostituées.

Vous les amenez à votre hôtel ou à votre résidence pour une invitation à dîner ; dîner complet avec hors-d’œuvre, entrée, plat de résistance, salade, fromage et dessert, voire plus si vous êtes un gros mangeur et le lendemain matin vous glissez 1.500 / 2.000 pesos dans son sac à main, en prenant bien soin qu’elle voit votre geste.

Personnellement j’aurai tendance à conseiller de demander discrètement, de façon détournée, avant que de bouger le petit doigt, combien elle espère le lendemain matin.

En effet, si vous avez affaire à une Pro, une pure et dure, que de plus elle sente en vous un petit nouveau, une herbe tendre en quelque sorte, elle est capable de vous demande 4.000, 5.000 ou plus, quitte à faire un scandale. 
1.500 / 2.000 est un maximum, n’oubliez pas que les salaires aux Philippines tournent autour de 350 / 500 pesos par jour (ceci sur Manille, c’est largement inférieur en province).

Si l’on compare, le MBC semble plus hard que le Café Habana, ce qui n’est pas aussi vrai que cela apparait au premier abord. Néanmoins, il est indéniable que les filles qui se trouvent au Havana sont généralement plus sophistiquées que celle du MBC.

Les Starbucks et Seattle, qui se trouvent à proximité, méritent également une petite visite.
De jour, pratiquement pas d’action, mais parfois … il y a quelques filles qui pêchent à la traîne.
C’est à partir de 22 heures que les choses sérieuses commencent réellement.

Attention aux Ladyboys qui habituellement se trouvent quelque peu en retrait du Café Havana.
Si vous ressortez seul de cet endroit, il y a de fortes chances pour qu’ils vous approchent.

Maintenant vous n’avez pas eu de chance à votre table, rien d’intéressant n’est venu à votre rencontre. Levez vous, éloignez-vous quelque peu des tables, arrêtez-vous sous un des réverbères, il y a de grandes chances qu’une ou plusieurs filles vous approchent dans les secondes qui vont suivre.

Cet endroit présente également l’avantage de se trouver à quelques mètres du complexe commercial. De nombreuses et souvent jolies vendeuses y travaillent.

Comme elles sont généralement embauchées pour quelques mois, le turnover est important, le renouvellement y est permanent. Un excellent terrain de chasse et sans risque.

Vous êtes quelqu’un d’extrêmement timide … aucun problème, si vous êtes normalement constitué, ce sont-elles qui vont faire le premier pas, engager la conversation sous le prétexte d’essayer de vous vendre ceci ou cela.

Maintenant, si vous êtes vraiment très, très  timide, évitez de vous balader dans les rayons de lingeries fines, vous pourriez vous trouver embarrassé.

Dans ce même quartier de Makati il existe d’autres endroits où il est possible de faire des rencontres intéressantes, mais ces dernières sont plus fortuites, il faut bien connaitre avant que de s’aventurer, il y a des jours avec et des jours sans.

Une bonne technique pourrait consister en une arrivée vers 16 / 17 heures, suivie d’une petite visite des boutiques et supermarchés des Malls, histoire de récupérer quelques numéros de téléphones et peut-être d’obtenir un ou deux rendez-vous. Puis vous vous laissez glisser doucement en direction du Havana café dans le but évident de vous réhydrater.

Là, un petit coup d’œil à ce qui se passe autour, mine de rien et tout en restant discret, ici mieux vaut jouer le blasé que l’affamé. Ne vous inquiétez pas vous avez encore le temps de récupérer quelques autres numéros de téléphone, voire de commencer à préparer votre soirée.

Il faut savoir que les jeunes femmes qui travaillent comme vendeuses ne terminent que vers 21 ou 22 heures, donc vous avez le temps. 

A partir de ce moment il va sérieusement falloir songer à vous organiser d’une façon méthodique.

Vous allez enfiler, mais je vous conseille de le faire doucement, rendez-vous, dîners, soupers, petits déjeuners, etc. Si vous n’avez pas une bonne mémoire, je vous conseille de tout noter, vous éviterez les chevauchements, bien que, les doublons, les risques de chocs, d’entre-chocs et de contre-chocs.

Petit conseil d’ami : quand vous avez un nouveau numéro de téléphone, essayez de prendre une photo de la jeune personne (en général elles adorent) et dans votre netbook, vous joindrez la photo et le nom au numéro de téléphone obtenu, plus les renseignements nécessaires à un bon suivi de l’opération. Vous vous rendrez rapidement compte qu’à partir d’une douzaine, cela devient difficile à gérer.

Maintenant il ne me reste plus qu’à vous souhaiter bonne chasse … pardon, bonne chance !




Expériences, avis, critiques et commentaires sont comme d'habitude les bienvenus.








Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 
Chercher Trouver et Marier une Pinay,


S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.

Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.
Plus d’information sur la page ‘’livres’’






Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 



Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’








 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines


Post a Comment