Friday, November 9, 2012

SE FAIRE SOIGNER ... AUX PHILIPPINES !


Puis-je me faire soigner dans de bonnes conditions aux Philippines ?

Une question que vous devez-être nombreux à vous poser.

Une question à laquelle il n’est pas facile de répondre avant que d’avoir vécu plusieurs années ici et d’avoir eu des expériences, qu’elles soient directes ou indirectes.


C’est également une question qui revient régulièrement dans les conversations entre nouveaux expatriés ou futurs expatriés.

Comment est le système de santé, le système de soins aux Philippines ?
Puis-je correctement me faire soigner en cas de problème de santé majeur, en cas d’accident  ?


Dans ma famille, rien de réellement sérieux n’est arrivé durant ces quinze dernières années. Mon épouse à néanmoins accouché cinq fois, dans la majorité des cas avec des problèmes de pression sanguine très élevée, des problèmes de cordon ombilical et autres petits problèmes qui peuvent arriver lors d’un accouchement. 

Par deux fois elle était à la limite de subir une césarienne, mais … à chaque fois elle a évité, de très peu, la fermeture éclair. 

A chaque fois, tout avait été prévu et préparé. Un chirurgien avec toute son équipe se tenait prêt dans une salle d’opération.

Petits problèmes de santé avec les enfants, comme avec les enfants du monde entier, mais nous avons d’excellents pédiatres.
Le coût d’une visite chez un pédiatre de province est de l’ordre de php 500.

L’aîné nous a fait une amibiase, problème résolu en quelques jours d’hôpital, c’est une infection très répandue aux Philippines et les toubibs connaissent bien. Puis une Dengue, à nouveau trois ou quatre jours d’hôpital. Plus une jambe cassée et quelques plaies et bosses ici et là.

André (11 ans) nous a également fait une amibiase, mais il a trouvé le moyen de doubler son amibiase d’une pneumonie. De nuit et un week-end s’il vous plait !

Le laboratoire de l’hôpital était ouvert dans la nuit du samedi, donc la dengue a été immédiatement diagnostiquée. Mais pas de radiologue le samedi à 23 heures. A huit heures du matin le dimanche, avec les radios, la pneumonie était diagnostiquée.
Je ne suis pas certain que cela aurait été aussi rapide dans l’hexagone.


J’ai subi deux petites interventions chirurgicales, des interventions mineures.

Un hameçon triple de Rapala dans un doigt de pied. Petit problème je supporte très difficilement certains anesthésiques. Aux urgences de l’hôpital un petit test qui s’avère négatif, pas de réaction. Opération réalisée par un chirurgien assisté de deux ou trois infirmières. Je n’ai absolument rien senti ! 

Prescription d’un analgésique léger et d’antibiotiques que nous achetons à la pharmacie de l’hôpital ouverte 24 / 24. Retour à la maison après moins de deux heures passées en transport et aux urgences. J’ai oublié l’injection antitétanique. Le coût de l’ordre de php 3.500.

Deuxième petit problème, je m’ouvre l’avant bras avec un ‘’bolo’’, blessure profonde qui nécessitera la réparation d’au moins une artère et la pose de onze points de suture. 

Malgré le garrot confectionné avec une cravate, le sang pisse et je demande d’être amené au plus poche hôpital, celui de Maragondon distant de deux kilomètres. Il s’agit d’un hôpital gouvernemental et il n’est pas très bien équipé. Pose d’une bouteille de dextrose, d’un garrot plus efficace, un petit cachet et en route pour notre hôpital habituel situé à une dizaine de kilomètres.

Opération plus longue, certainement plus difficile, avec cette fois-ci deux chirurgiens aux manettes, mais toujours aux urgences.

Ils y ont passé une bonne heure avant de me laisser entre les mains des infirmières qui les avaient assistés. Aucune séquelle si ce n’est que je possède une ou plusieurs veines en moins pour l’irrigation sanguine de ma main gauche. Coût, avec deux chirurgiens tout de même, de l’ordre de 6.000 pesos, € 120.


Si vous lisez mes posts vous vous souvenez certainement d’Harry et de son accident de motocyclette. Deux bobos sur son pied gauche se sont infectés et son pied est rouge et gonflé.

Sans rendez-vous, alors qu’il ne s’agit pas réellement d’une urgence, il est pris aussitôt en charge. Nettoyage de la plaie, diagnostique d’un toubib, prescription médicale, antibiotiques et … roulez jeunesse.

Bon, il ne s’agit là que de petits bobos ou de maladies classiques au pays des 7.107 îles, voyons maintenant ce qui se passe avec des problèmes de santé plus sérieux.


Il y a quelques années un ami américain qui vit à Général Santos, une ville moyenne située au sud de l’île de Mindanao, fait une attaque cérébrale.
Il ne se rend pas compte de ce qui lui arrive et pense qu’il s’agit d’une grippe.

Il va rester ainsi trois jours avant que d’être transporté à l’hôpital en ambulance
Il est arrivé à l’hôpital totalement inconscient et ne se rappelle toujours pas très bien de ce qui lui est arrivé ! Il est resté six jours en chambre de soins intensifs, branché de partout et avec tous les appareils nécessaires à son état.

Exceptionnellement, sur sa demande, son épouse a été autorisée à rester à ses côtés durant son séjour en Intensive Care Unit. Après avoir quitté la ‘’ICU’’ il a été transféré dans une suite privée. 
Au total il a passé deux semaines dans cet hôpital, semaines durant lesquelles il a subi de nombreux examens, entres autres IRM et tests sanguins.

 Trois docteurs, les meilleurs de la région dans leurs spécialités, se sont occupés de lui durant ces deux semaines.  

Donc les meilleurs docteurs, les meilleurs soins, les meilleurs médicaments disponibles à l’époque, des infirmières nombreuses et amicales, etc. Cela devrait coûter cher tout cela, surtout avec six jours passés en soins intensifs.

Le coût total autour de $ 5.000, soit environ € 3.800 !

Comme il me disait : « aux States je ne sais même pas si j’aurais pu passer une seule nuit dans une suite pour ce prix, encore moins une nuit dans une chambre de soins intensifs ». 

La meilleure chose qu’il faut retenir au sujet de cette hospitalisation, n’est pas une question de prix, mais le fait qu’il lui ait été dispensé les meilleurs soins possibles. Il n’aurait pas eu mieux dans sont pays d’origine que sont les Etats-Unis.

Il est une chose à laquelle nous devons penser quand nous nous mettons entre les mains des personnels hospitaliers de ce pays. Nombreux sont les docteurs et les infirmières, qui sont recrutés et qui émigrent dans le monde entier, plus particulièrement aux USA et en Europe.

Ce qui veut sans aucun doute dire que ces personnes sont particulièrement bien formées et qu’elles savent ce qu’elles font.

De mon expérience et de celles de mes amis, il ressort qu’il y a des excellents matériels de disponibles, que les soins dispensés sont de très bonne qualité, que les médicaments sont disponibles et que le personnel est beaucoup plus proche du malade qu’il peut l’être dans les pays occidentaux.

Vous n’êtes pas le malade de la chambre 108, vous êtes Monsieur ou Madame untel, les personnels discutent avec vous et apparaissent comme beaucoup plus humains.

Il y a je pense deux raisons à cela : la gentillesse naturelle et le sens de la famille élargie du Philippin ; deuxièmement les personnels sont en surnombre et pas du tout stressés, ils ont le temps de s’occuper des patients sur un plan plus humain.

Une infirmière diplômée est payée moins de € 300, pour huit heures de travail par jour et ce six jours sur sept !

Aussi, il m’est possible de tout à fait vous rassurer, vous n’avez pas à vous inquiéter au sujet de la possibilité de bien être soigné aux pays des 7.107 îles.

Il se peut, c’est même sûr, certaines opérations ou traitements spéciaux ne peuvent être effectués ici. 

Dans ce cas vous avez toujours la possibilité, soit de vous rendre à Hong-Kong (moins de deux heures d’avion), soit de retourner vous faire soigner ou opérer dans votre pays d’origine.

En cas d’urgence, cela s’est vu, le nécessaire est fait ici afin que le patient puisse être transporté et rapatrié dans les meilleures conditions.


Les hôpitaux gouvernementaux sont souvent mal équipés et manquent un peu de tout.
A éviter dans la mesure du possible.

Pour les nouveaux arrivés je leur conseille de se renseigner auprès de la communauté des expats, ceci afin de savoir quel est l’hôpital privé et de qualité le plus proche de leur domicile. 

Sauf à être perdu sur une île totalement isolée, il y a toujours un hôpital correct à moins d’une heure de route. Toutes les villes de quelque importance en possèdent au moins un.

Pour Naïc, à dix kilomètres (15 minutes) de mon domicile, nous avons le San Lorenzo-Ruiz hospital.

En deuxième choix, le Doctors hospital … ils sont l’un à côté de l’autre.

Deux hôpitaux réputés de Manille, le San Luke’s Hospital, cher, aussi cher qu’en occident et le Makati Medical Center. Mais il y en a de très nombreux autres, certains sont spécialisés, à voir en fonction de votre problème de santé. Foie, cœur, reins, cancer, etc.

Un anglais que je connais a récemment fait une attaque cardiaque. Il a été emmené au San Luke’s ; trois jours en observation avec quelques examens … je me suis laissé dire que la note s’élevait à php. 500.000, € 10.000 ! Quand je vous disais que … 


Comme il parle et lit le français, il y a de grandes chances pour qu’il se reconnaisse ; n’est-ce pas ‘’Shon’’ ?



Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d'habitude sont les bienvenus.









Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 
Chercher Trouver et Marier une Pinay,


S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.

Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.
Plus d’information sur la page ‘’livres’’






Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 



Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’








 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines







Post a Comment