Sunday, April 8, 2012

UNE AUTRE RAISON ... DE VIVRE AUX PHILIPPINES !

Eh oui, il y a une autre bonne raison de venir vivre aux Philippines !

Il y a une autre fantastique raison de vivre aux Philippines, une raison dont je suis certain de ne jamais vous avoir parlé et pourtant …

Malgré tous les articles que j’ai écrits sur les bonnes raisons de vivre ou de venir aux pays des 7.107 îles, j’ai oublié celle-là. Pour de nombreux d’entre vous, certainement une des raisons que vous mettez dans le haut de votre liste.

Eh oui, la photographie  ou plutôt les photographies.
Il y en a des choses à photographier aux Philippines et pas spécialement besoin d’avoir un très bon appareil pour réussir de magnifiques photos.

Non,  je ne vous suggère  pas de venir vivre aux Philippines uniquement pour prendre des photos, non je veux dire que le fait de vivre sur l’archipel vous permet de bénéficier de cet avantage supplémentaire, prendre des photos qui peuvent être grandioses.

Il y en a des opportunités, il y en a des photos à prendre.

Mais au fond, vous n’avez pas besoin de vivre aux philippines, un simple voyage vous en donnera des occasions de shooter, il y a tant de choses à photographier au pays des 7.107 îles.

Le fait de vivre ici vous procurera bien entendu beaucoup plus de possibilités, mais un voyage de quelques semaines vous donnera de quoi rêver durant les longues nuits d’hiver.
Quand vous serez vieux, assis au coin du feu, dévidant et filant, disant … non ça s’est autre chose … regardant vos photos jaunies, en vous souvenant … comme j’étais bien à ce moment.


Pratiquement où que l’on regarde dans ce pays il y a quelque chose à photographier, souvent de quoi faire une ‘’grande’’ photo.

Essayons de faire un petit tour, totalement incomplet bien évidemment, des principaux sujets à photographier.

- Les gens, les enfants, les jeunes femmes offrent souvent de belles opportunités,
- Les scènes de bords de mer sont sans limites, avec plus de 36.000 kilomètres de côtes …
- Il y a de nombreux volcans, plusieurs sont en activité,
- Les costume traditionnel et les habits des tribus,
- La vie sauvage, ce ne sont pas les animaux qui manquent, les photographier …
- Les photographies sous-marines peuvent être particulièrement fantastiques,
- Les grottes cavernes, réseaux souterrains, nombreux sont ceux qui restent à découvrir,
- Les vendeurs de rue font souvent de grands sujets,
- Les églises innombrables, qui datent de la colonisation espagnole,
- Les couchers de soleil sont grandioses,
- Les chutes d’eau sont innombrables, peu photographiées, car souvent difficiles d’accès,


Les jeunes filles et femmes, les ‘’Pinay’’

La ‘’Pinay’’, la femme ou jeune fille philippine est généralement timide, réservée et relativement conservatrice.  La majorité d’entre elles sont flattées d’être prise en photo par un ‘’Kano’’, plus spécialement si elles sont deux ou plus.

Néanmoins, avant que de prendre votre photographie, assurez-vous bien de son consentement afin qu’il n’y ait pas d’ambigüité et montrez-lui la photo si vous avez un appareil digital (numérique).
Certaines pourraient subitement se trouver offensées et là … pas bon !

Egalement  un bon moyen pour les célibataires de faire des connaissances.



Les enfants.

Attention qu’il y a des pédophiles ‘’Kano’’ qui traînent aux Phils, ne vous faites pas confondre avec l’un d’entre eux.
Si vous allez dans un parc ou dans un endroit où se trouvent régulièrement des enfants et que vous souhaitiez les photographier, avoir une ‘’Pinay’’ avec-vous peut-être une bonne idée.

Ne soyons pas paranos, mais l’on peut se faire arrêter du simple fait d’être en présence de mineurs.
Le Philippin est une mère poule pour les enfants et certains prédateurs ne sont pas les bienvenus.


Les paysages côtiers

Sauf sur Luzon et Mindanao, il vous sera difficile, pour ne pas dire impossible, de vous trouver à plus d’une demi-heure d’une côte ! Disons une heure pour les quelques endroits aux routes difficiles.

Des plages à n’en plus finir ; des plages de sable blanc, mais également du jaune, du rose, du gris, du marron, du beige, du noir … et des côtes rocheuses, voir escarpées.
Avec 7.107 îles, plus de 36.000 kilomètres de côtes, quand on sait que les paysages changent et se modifient de l’aube au crépuscule … vous en avez des photos à prendre avant que d’épuiser le sujet.

De plus, si vous prenez également des photos à partir d’un bateau …


Les volcans

Il va y en avoir pour tout le monde et pour tous les goûts, des gros, des petits, des actifs, des inactifs et des potentiellement actifs.
D’après Wikipedia il y aurait 332 volcans aux Philippines ; dont 285 inactifs, 27 potentiellement actifs et 25 actifs. Donc vous allez pouvoir faire des photos de volcans, attention que certains vont être difficile d’accès, mais tout de même.

Attention, petite précision, mais qui a son importance : jusqu’à son éruption en 1991, le Pinatubo était considéré comme un volcan inactif, un volcan éteint !


Les costumes traditionnels aux Philippines

Peut-être parmi les plus intéressantes photographies à prendre.
Costumes des temps anciens, mais également costumes tribaux. Si la majorité d’entre eux peuvent être photographiés durant les festivals, certains sont encore portés par des membres de tribus situées dans des régions reculées. De belles expéditions et aventures en perspective.

Les festivals et les Fiestas

Les Philippines sont le pays des ‘’Fiestas’’.
Si Sinulog est reconnu comme le Père des festivals aux Philippines, l’on peut également rappeler que chaque ville, chaque barangay a son festival ou tout du moins sa Fiesta.

Les plus connus étant ceux de Davao, Cebu et d’Aklan.
Mais il y en a plein d'autres.

Il y a également de nombreuses processions religieuses durant lesquelles les Saints et les reliques locales sont ‘’trimballés’’ à travers les rues des villes. Le Black Nazareth de Quiapo par exemple qui voit des millions de fidèles affluer sur Manille, mais même le Santo-Niño de Ternate fait deux ou trois fois par an des processions à travers la ville et même sur la rivière !

Je lui souhaite de savoir nager (ils ne lui mettent pas de gilet de sauvetage !).
Que puis-je lui souhaiter d’autre ?
C’est pour lui l’occasion de sortir de sa réclusion, de se dépoussiérer un peu ou d’être dépoussiéré, de voir le soleil, peut-être un jour de prendre un bain.

Je pense qu’il serait possible à un photographe de vivre en vendant des reportages sur les festivals philippins. Ce n’est pas donné à tout le monde, mais cela doit être possible.

A Pampanga il y en a qui se font crucifier durant la semaine sainte. C’est à cette même période que l’on voit des pénitents encagoulés se flageller sur l’ensemble du territoire et le sang coule !

Des processions de ‘’banka’’ colorées sur les rivières, des combats de chevaux dans le sud, des combats de coqs un peu partout, le sport national philippin.

Sur la route de Naïc il y a une énorme pancarte qui indique la direction du ‘’Sport Complex’’. Intrigué par ce complexe sportif, j’ai un jour décidé de m’y rendre, quels genres de sports les Philippins pratiquent-ils dans cet endroit ? Et je suis tombé, sans me faire mal, sur un ‘’Cockpit’’, cette arène où se déroulent les combats de coqs.

 
Les animaux sauvages

Ils existent, ils sont là, maintenant les photographier est une autre histoire.

Les singes, les toucans, les bearcats, les crocodiles, les tamaraws, les tarsiers, les aigles, les pythons, les cobras, etc. Ces animaux que je vous ai présentés dans différents posts sur les animaux sauvages et endémiques, tous sont bien présents, les apercevoir et les photographier  … pas impossible, mais bon courage.

Mindanao, Panay et Palawan sont sûrement les meilleurs endroits pour découvrir les animaux sauvages.
Mais il y a également une vie marine avec principalement des dauphins, des requins-baleine, des tortues de mer, des Dugongs, des coraux, des poissons, des coquillages, des étoiles de mer, etc.
Les fleurs et les oiseaux offrent également de nombreuses possibilités de faire des photos.

Plus de six cents espèces d’oiseaux se trouvent aux Philippines, le paradis des ornithologues et les amoureux de fleurs et de plantes exotiques ne seront pas oubliés.


Les grottes, cavernes et gouffres

La plus longue rivière souterraine se trouve aux Philippines, sur l’île de Palawan, non loin de la ville de Barton. Plus de huit kilomètres sous terre et sur l’eau avec des concrétions de stalactites et de stalagmites impressionnantes.

Si la majorité des îles sont d’origine volcanique, elles sont sorties de la mer et pour la plupart d’entre elles, recouvertes de calcaire. De ce fait les grottes, les cavernes, les gouffres sont innombrables et nombreux sont les endroits encore inexplorés.

Attention tout de même que cela peut-être dangereux et que cela demande une bonne condition physique.

En dernier ressort et pour les plus difficiles, l’on estime que dix pour cent du territoire restent à découvrir ; les Stanley, les Livingston, levez vous et … marchez, nagez, volez si vous le pouvez et découvrez de nouveaux horizons, de nouvelles espèces, des tribus inconnues.   

Et puis il y a les opportunités, les rencontres fortuites, des choses, des gens, des personnages, des animaux, des fleurs, des plantes, que vous ne vous attendiez certainement pas à rencontrer et qui, subitement sont là devant-vous.

Je me souviens de ces gamins âgés de trois, peut-être quatre ans, fumant une feuille de tabac roulée en forme de cigare. Cela se passait dans le village d’une minuscule tribu d’un coin reculé du centre de Palawan. Intoxiqués dès le plus jeune âge ? L’explication m’en a été donnée quelques temps plus tard. Dans ce lieu sévissait une forme particulièrement virulente de la malaria et depuis des temps immémoriaux, les enfants fument le cigare dès leur plus tendre enfance … pour éloigner les moustiques.


Les vendeurs de rue

Sans vouloir ou peut-être sans pouvoir les nommer tous, nous pouvons les voir, le matin, l’après-midi, le soir et même la nuit, passer à pied dans les rues.

Le vendeur deTaho (prononcer tarrot ou ta-o) avec ses récipients inoxydables portés en balance  sur un plot de bambou ; celui de Pan de Sal tout chauds et de Donnuts ; la vendeuse de légumes avec sa bassine de plastique en équilibre sur la tête ; celle de shangaï, de lumpia ou de spaghettis ; l’après-midi, pour la mérienda l’on va vous proposer des ‘’Turon’’ ou des bananas Cui ; puis les vendeuses de Suman, Biko, Bibingka, Puto et autres spécialités de gâteaux à base de riz malakit et de noix de coco râpée, vont essayer de vous vendre leurs spécialités ; en fin d’après-midi, c’est celui qui ressemble au vendeur de Taho qui va klaxonner en passant dans votre rue, le vendeur de Puto at Kutsinta. Avez-vous remarqué que ses récipients sont plus petits que ceux du vendeur de Taho ?

La nuit verra l’apparition du vendeur de ‘’balut’’ et de celui de chicharon.

Une autre catégorie est composée des vendeurs de glaces.
Celui qui passe à pied avec sa clochette et qui va vous proposer des glaces à la noix de coco, celui de la marque Selecta qui passe avec son tricycle rouge et dont la musique inimitable se reconnait de loin.   

 Les vendeurs qui tout au long de la journée vont vous proposer des sandales ou des ceintures, des portefeuilles, des antennes de télévision, des outils, des torchons, des lampes, des bassines, des casseroles, des éponges, de la poudre à récurer, etc.

Ceux qui proposent des meubles en contreplaqué et qu’ils portent sur leurs dos, sans les portes tout de même. Ceux qui vendent des matelas en mousse, roulés et portés en bandoulière.
Les gamins qui passent en saison pour vous vendre des mangues vertes, une spécialité philippine avec le bagoong. Les vendeuses de bananes, celles d’ananas, d’avocats …

Puis il y a tous ceux qui ont une carriole ou un pedicab, une véritable petite échoppe ambulante.
Ils vont vendre des cacahuètes, du Buco, des boissons comme le Sago, du poulet rôti, du Lugao  …

Ceux qui font des gâteaux, des soupes comme le Sinigang na baboy, voir du Minudo ou un Kare-Kare …

Les vendeurs de Halo-Halo, cette sorte de glace exclusive et typique des Philippines, qui vous désaltérera durant les chaudes heures de l’été.

Et j’en oublie et j’en oublie …

Vous en aurez des photos à prendre !

  
Les églises

Héritage de la colonisation espagnole, les églises sont partout et souvent très anciennes.

Ces églises ont eu un rôle très important dans l'histoire des Philippines, non seulement en répandant le Christianisme dans l'archipel, mais aussi comme soutien essentiel de la politique coloniale espagnole, quand l'Eglise et l'Etat étaient indissociables.

Leur architecture unique reflétait non seulement l'adaptation de l'architecture espagnole / latino américaine à l'environnement local (en intégrant nottamment des motifs chinois), mais aussi l'influence politique de l'église.


Les plus anciennes ressemblent plus à des forteresses qu’à des églises et ont été pour une majorité, construite par les Jésuites et par les Augustins.

Les styles se côtoient et se mélangent joyeusement.

Si au départ l’on peut parler d’un style baroque et baroque-forteresse, l’on trouve également du rococo en passant par le flamboyant, le flamboyant-rococo, le flamboyant-rococo-baroque et le flamboyant-rococo-baroque-forteresse-antiséismique.


Et comme des églises il y en a partout … il y a des photos à prendre et de superbes balades à faire.


Levers et couchers de soleil


Des îles bordées de plages de sable blanc, montagneuses et sous les tropiques.
De ce fait les levers et couchers de soleil sont souvent spectaculaires et majestueux, particulièrement dans ces instants qui précédent l’apparition du soleil, il fait déjà jour, mais remarquez comme les couleurs sont plus chaudes.


Les chutes d’eau

Montagnes escarpées sous les tropiques, fortes précipitations, torrents puissants et chutes d’eau.
Des chutes d’eau, certaines spectaculaires, vous en trouverez partout, mais il vous faudra  marcher et souvent marcher longuement, avant que de pouvoir les contempler et les photographier.

La ville d’Iligan est considérée comme la cité des chutes d’eau. Plus de 24 sont recensées dans les environs de la ville.

Dans la province de Cebu, une courte liste nous donne : Kawasan, Mantayupan (Barili), Bon-bon, Carmen (celle-ci peut-être vue de la route), Tinisin Uwang.

Vous avez maintenant une petite idée de ce que vous allez pouvoir photographier sur l’archipel du sourire.

Cet article pourrait être beaucoup plus long, il pourrait facilement faire plusieurs centaines de pages. J’ai mis ce qui me semblait être les principaux sujets dignes d’intérêt, mais j’en ai oublié des centaines, je reviendrai peut-être un jour avec de nouvelles idées de photographies à prendre. 



Bien que cela ne soit pas la principale raison pour venir y vivre, j’estime néanmoins qu’il s’agit là d’un plus non négligeable à la vie d’un expat aux Philippines.



Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d’habitude sont les bienvenus.


Vous avez des questions à poser ?
N’hésitez surtout pas, j’y répondrai, dans la mesure de mes possibilités.




Retrouvez-moi sur :
<  www.expatauxphilippines.blogspot.com  >










Mon petit livre “101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 

Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Générer des revenus’’







OFFREZ-LUI UN CADEAU !Ce qui est fortement apprécié en ce moment :
Load pour son cellphone, P300 / P600 / P900 / P1.500 …
En Smart, Globe ou Sun Cellular
Elle peut ainsi vous parler pendant des dizaines de minutes et envoyer des centaines de messages,
Connexion Internet prépayée.
Consultez la page ‘’Offrez-lui un cadeau’’ !



  EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

  Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines






  
Post a Comment