Friday, October 22, 2010

ESPECES ... EN DANGER (part 2)


Les : Mouse deer, Panay deer et Calamian deer,
Le Crocodile philippin,
Le Cacatoès philippin.

Dans la première partie de cette ‘’petite’’ série, je vous ai parlé d’un certain nombre d’espèces d’animaux sauvages en danger, animaux que l’on ne trouve qu’aux Philippines. Nous allons continuer dans cette voie et faire aujourd’hui connaissance avec les Deers (traduction Daims) et le Mouse Deer qui lui n’est pas un Daim, du Dugong aussi surnommé la vache des mers, du Tarsier qui est le plus petit (ou second plus petit pour certains) primate que l’on connait, du Tamaraw le buffle d’eau nain, du Crocodile de Mindoro et du Cacatoès philippin ou cacatoès à queue rouge qui est un volatile proche du perroquet.


Pour anecdote, ce n’est qu’en 2005 qu’a été filmé pour la première fois le Spotted Deer, dans la jungle des montagnes de Panay. L’expédition scientifique qui a ramené ces images, a par la même occasion découvert une nouvelle espèce de plante à fleurs et pas n’importe laquelle. Cette fleur, la Rafflessia lobata, a un diamètre de plus de 20 centimètres.

C’est une plante parasite qui est endémique aux Philippines et que l’on trouve exclusivement sur l’île de Panay, dans la jungle des montagnes des provinces d’Antique et d’Iloilo. Nom scientifique Rafflesia, du nom du Chef d’expédition qui fit la première découverte : Sir Thomas Stamford Raffles. (En fait c’est un Français, qui plusieurs années avant Raffles, a fait la découverte de cette ‘’fleur’’).

Le Mouse Deer des Philippines (Balabac Chevrotain)

Si nous faisons une traduction mot à mot, cela devrait s’appeler en français ‘’une Souris-Daim’’ ou un ‘’Daim-Souris’’. En réalité, ce petit animal que l’on trouve presque exclusivement sur l’île de Balabac, tout au sud de Palawan où il est nommé Pilandok, est un membre de la famille des chevrotains. En français petite chèvre.

Nom scientifique : Tragulus napu nigricans.

C’est un ruminant dont la taille maximale au garrot ne dépasse pas 40 centimètres.
Il est de couleur brun-noir avec des bandes blanches sur la gorge et la poitrine, les pattes sont longues et graciles (d’où je suppose son nom de mouse, souris), le dos est arrondi et couvert d’une fourrure marron sur une base blanche. Deux lignes sombres partent des oreilles, passent par les yeux et se terminent au niveau du museau qui est noir. Les mâles de cette espèce n’ont pas de cornes ou de bois, comme un vrai daim, mais ils ont développé des canines supérieures qui leur servent pour se protéger et défendre leur territoire.


C’est un animal nocturne et solitaire qui se nourrit de feuilles, de fleurs et autres végétation qu’il trouve dans l’épaisseur de la forêt. Dans la journée, il reste caché et évite tout mouvement susceptible de révéler sa présence. De ce fait il reste invisible pour la majorité des visiteurs et vous aurez, comme pour la plupart des animaux que je vous présente, besoin d’un excellent guide pour avoir la chance d’apercevoir quelques-uns de ces animaux rares.

Longtemps considéré comme une sous-espèce du Greater Mouse Deer (grand, plus grand Mouse Deer), sa taille est intermédiaire entre celle du Greater Mouse Deer et celle du Lesser Mouse Deer de la proche grande île de Bornéo.

Dans le folklore Philippin, le Mouse Deer à une place importante, place que l’on pourrait comparer à celle de notre ‘’Goupil’’.

Bien que protégée, l’espèce est sérieusement en danger ; du fait de la disparition de son habitat, du braconnage et des captures illégales. Totale inefficacité de la protection.

En dehors des Philippines, quelques spécimens sont en captivité dans le zoo de Wroclaw en Pologne.


petit groupe est maintenu en semi-captivité sur l’île de Calauit depuis 1992. Suite à des dommages causés à la clôture par un typhon, plusieurs individus se sont échappés de la réserve. Se sont-ils reproduits dans la nature de cette île du nord-est de Palawan ?

Le Panay Deer (Cervus Alfredi)

Un véritable daim, un des plus rares mammifères au monde et qui ne vit que dans les profondeurs de la forêt de Panay Island, dans les Visayas au centre de l’archipel.
Le Philippine Spotted Deer est considéré comme le daim le plus en danger d’extinction sur l’ensemble de la planète.

Egalement appelé Prince Alfred’s Rusa, le daim philippin tacheté, qui ne mesure que 80 centimètres au garrot a un poil modérément long qui recouvre son corps brun foncé tacheté de blanc. Sa principale caractéristique réside dans ces points blanc mélangés de jaune qui parsèment son dos et ses flancs.

Il est depuis très longtemps considéré comme une espèce en danger ce qui veut dire que l’espèce a été réduite à un tout petit nombre et que son habitat a été considérablement altéré et réduit.

Des milliers de daims tachetés vivaient dans la région de Panay au début du siècle. Sur une surface de prairies de plus de 5.000 km2, à proximité de la forêt originelle où il leur était possible de se réfugier. Ils se nourrissent de jeunes pousses d’herbe cogon, de feuilles et bourgeons des basses branches.

La population des daims de Panay à réellement commencé à décliner sous la pression de la chasse, de la méthode d’agriculture pratiquée et de la disparition de la forêt originelle par abattage légale et illégale des arbres de la forêt primaire.

Entre 1960 et 1970, la plupart des forêts du pays ont perdu leurs arbres.
Il y a moins de 70 ans, plus de la moitié du pays était couvert par la forêt primaire, soit approximativement 15 millions d’hectares de forêts.


En 1985, une étude faisait ressortir qu’un tout petit nombre de daims avaient été repérés dans un seul endroit isolé de la région de Panay. L’étude faisait ressortir que le daim avait disparu de 95 % de la surface qui faisait autrefois son territoire.

En 1990, la Negros Forest and Ecological Foundation recensait 13 daims vivant dans cet endroit. Suite à un programme de conservation mené intensivement, la population passait à 73 en décembre 1997 et devrait être de l’ordre de 200 à 300 individus de nos jours.


Mais la survie du Daim tacheté philippin ne doit pas uniquement reposer sur l’élevage en réserve et la relâche dans la nature. La recommandation est de créer un parc national où l’espèce puisse vivre et se reproduire en toute liberté, loin des chasseurs, des braconniers, des fermiers et des bûcherons.

Les personnes impliquées dans ce programme, Allemands, Français et Australiens et NFEF ont établi un projet pour assurer la survie du Daim de Panay et ils ont une seule idée en tête : créer ce parc national dans la partie nord-ouest de Panay, à la frontière d’Aklan et Antique, là où existe encore une portion de forêt originelle.


Le Calamian Deer, Axis Calamianensis (hog deer)

C’est également un véritable daim, mais je dirais un Mini Daim, un Daim ‘’nain’’ !
La taille d‘une chèvre … il me fait penser à certains dessins animés avec le Père Noël et son traîneau.


Son corps fait de 105 à 115 centimètres de long, sa hauteur au garrot est de 60 à 75 centimètres, sa queue à une longueur de 20 centimètres et son poids varie entre 35 et 50 kilogrammes.

Sa peau, couverte de poils courts, est de couleur beige à brun clair, qui va tourner au marron chez le mâle avec l’âge.
Il possède quelques marques distinctives comme une tache claire sous le museau, qui se transformera en barbichette chez le vieux mâle, une partie du museau blanc délimitée par une bande sombre, l’intérieur et le pourtour de la base des oreilles sont également de couleur blanche. La queue, courte et broussailleuse, est de couleur blanche dans sa partie inférieure. Ses pattes, de couleur plus foncée que le corps sont relativement longues pour un Hog Deer.


a particularité du Hog Deer, le daim sanglier, est d’avancer la tête baissée et d’avoir tendance à vouloir passer sous l’obstacle plutôt que de sauter par-dessus. Une autre particularité du Calamian Deer est que les petits ne portent aucune marque à la naissance ; leur couleur est uniforme sur l’ensemble du corps. Le mâle adulte porte des bois à trois ‘’ramifications’’.

C’est un animal endémique que l’on ne trouve que sur quelques îles situées au nord de Palawan. Il est absent de Coron Island et sa population a fortement diminuée sur les îles de Busuanga et Culion.

Durant les heures chaudes de la journée, il va rester caché dans un endroit frais et abrité, à dormir et se reposer. Il ne deviendra actif qu’à la tombée de la nuit pour aller se nourrir d’herbes, de feuillages, de fruits et de baies. Il est essentiellement solitaire, mais il peut, si les conditions d’alimentation le permettent, vivre en petites troupes disséminées dans les endroits les plus sauvages. Seul, au moindre bruit il se met à couvert et ne bouge plus. Alarmé, s’il se trouve en groupe, il émet une sorte de sifflement ou une sorte d’aboiement en signe d’avertissement.

Son habitat varie considérablement en surface, mais la moyenne tourne autour de 70 hectares.

Les mâles sont agressifs et peuvent devenir des ‘’solitaires’’ si la densité de population est faible ; dans ce cas ils marquent leur territoire avec leurs glandes secrétives. Les mâles se combattent durant le rut, mais il n’y a pas de harem, le mâle courtisant et défendant une seule femelle. Spécifité des hog deers, il n’y a pas d’appel du rut (brame).

La densité de population peut varier de 0,1 individu au km2 dans les vallées encaissées et pauvres en nourriture et monter jusqu’à 20 par km2 dans les prairies des plaines, là où la nourriture est abondante.

Comme pour les autres animaux sauvages des Philippines, l’habitat du Calamian Deer se restreint dangereusement et de plus il est chassé pour sa viande. En dehors de l’homme, son plus grand et principal prédateur, il peut également, surtout pour un jeune, être victime d’un prédateur naturel, le python ou l’aigle.

Toujours classifié comme espèce en danger, le risque d’extinction semble néanmoins s’éloigner avec la mise en place du programme de conservation du Calamian Deer. De plus un agrément existe entre le DNER (Department of Energy and Natural Ressources) et la Société zoologique de San Diego. Plusieurs couples de reproducteurs, laissés en semi-liberté dans le Parc National de San Diego assurent la survie de l’espèce.
De plus le système de protection mis en place au niveau des Philippines semble être efficace, le nombre de sujets recensés ayant considérablement augmenté ces dernières années.


Le Cacatoès Philippin, Philippine Cockatoo (Cacatua haematuropygia)

Les Philippines sont la demeure de quelques-uns des plus exotiques oiseaux de part le monde. On a recensé ces dernières années quelques 577 espèces d’oiseux sur l’ensemble de l’archipel philippin et l’on croit savoir que 185 de ces espèces ne se trouvent qu’aux Philippines. Malheureusement et tristement, ces espèces sont parmi les plus en danger au monde du fait de la déforestation et de la pression humaine.

Au moins 116 de ces espèces résidentes sont menacées d’extinction ou sont proche de cette menace d’extinction.
Une de ces espèces est le ‘’Kalangay’’ ou le Cacatoès Philippin, une espèce qui fait partie des Psittacidae, plus communément la famille des perroquets. Le Cacatoès possède une crête qui n’existe pas chez le perroquet.

C’est un oiseau qui vit au sommet des arbres de la jungle, qui niche dans un trou d’arbre (à 30 ou 40 mètres au-dessus du sol) et qui possède un puissant bec destiné à casser les noix, déterrer les racines et extraire les larves du bois.

Le Cacatoès peut vivre très longtemps, de 50 à 80 ans.

Aussi connu sous le nom de Cacatoès à queue rouge, c’est un des oiseaux préférés en cage, capable d’imiter la voix humaine.
Son plumage, à prédominance blanc, contraste dans les couleurs de la forêt et de ce fait le rend extrêmement visible et donc vulnérable.
Unique aux Philippines, c’est également le seul représentant des Cacatoès dans ce pays.

Un spécimen ordinaire mesure 33 centimètres pour un poids de 300 grammes, sa seule distinction étant cette tache rouge sous la queue. Il se nourrit de graines, de fruits sauvages, ou s’il se trouve dans une région de culture, de riz et de maïs.

En dehors de la saison de reproduction ils vivent en petits groupes au sommet de la forêt et visitent éventuellement les plus proches plantations. La femelle Kalangay pond généralement deux œufs qui vont éclore après 24 jours d’incubation.


Les nids se trouvent aux sommets des plus hauts arbres de la forêt ou aux sommets des cocotiers dans certaines petites îles autour de Palawan.

La population de kalangay a dramatiquement chuté de plus de 90 % durant les dernières décennies. La cause : c’est une des trois espèces sauvages les plus commercialisées au monde, avec le ‘’talking Mynah’’ (mainate) et le ‘’Blue Naped Parrot’’ (perroquet à nuque bleue). Les survivants ne se trouvent plus que sur l’île de Palawan.

Un grand nombre de Kalangays volaient au-dessus des Viayas et de Mindanao il y a moins de cinquante ans. Du fait, de la rapide déforestation, des chasseurs et des braconniers, la population de ces oiseaux a considérablement diminuée et l’on estime entre 1.000 et 4.000 individus leur nombre à ce jour. Tous se trouvent sur l’île de Palawan, plus particulièrement dans la région de St. Paul, de Pandanan Island et de El Nido.

Captures non régulées et commerce illégal de cette précieuse espèce demeurent incontrôlés. Un kalangay peut être acheté au marché aux oiseaux de Manille où le prix oscille autour de : US$ 500.

Encore et toujours, un animal qui ne se trouve nulle part ailleurs, risque de disparaitre à tout jamais !


Le Crocodile Philippin

Egalement nommé Mindoro Crocodile ou Philippine freshwater crocodile, cette petite espèce (C. mindorensis), qui ne dépasse pas trois mètres de long pour le mâle, la femelle étant plus petite, ne se trouve qu’aux Philippines.

Largement répandue sur l’ensemble de l’archipel il y a encore moins de cinquante ans, l’espèce a vu sa population dramatiquement chuter durant ces dernières décennies.

Elle est maintenant presque exclusivement cantonnée sur l’île de Mindoro où l’on comptait environ 1.000 sujets à la fin des années 90. Sa population serait à ce jour inférieur à 100 individus !


Si la cause de la réduction de population était initialement due à l’exploitation commerciale, la cause en est maintenant plus à la disparition de son territoire du fait de l’agriculture.

Il est considéré comme en très grand danger de disparition du fait de sa très petite population, de sa répartition limitée sur le territoire, de l’attitude des populations locales et d’un mauvais management des autorités locales.

Autrefois présent sur les îles de Busuanga, Jolo, Luzon, Masbate, Mindanao, Mindoro, Negros, Samar, il aurait totalement disparu de Jolo, Luzon, Masbate et Samar. Mais cela reste totalement invérifié. C’est une espèce exclusive d’eau douce que l’on ne trouve que dans ou près des lacs, étangs, rivières, ruisseaux et mares.

Le Crocodile philippin a une gueule relativement large pour un crocodile, des écailles (plaques) très épaisses sur la partie dorsale et il est d’une couleur brun doré qui va s’assombrir avec l’âge. Il n’est pas agressif, mais comme toutes ces bestioles je vous conseille de ne pas aller le chatouiller et faites très attention si c’est une femelle qui couve ses œufs. Un nid typique est une construction relativement simple de 1,5 mètre de diamètre et d’une hauteur de 50 centimètres dans laquelle la femelle dépose entre 7 et 20 œufs. Les bébés briseront leurs coquilles après une incubation de 85 jours.

En fait très peu de choses sont connues sur la vie et les mœurs de ce reptile.
Il a longtemps été considéré comme une sous-espèce du crocodile de Nouvelle Guinée (Crocodylus novaeguineae), jusqu’à une récente étude (ADN) qui le classe comme une espèce unique et à part. Il se nourrit de poissons, de crevettes, de rats et d’escargots d’eau.


Comme les autres crocodiles c’est un formidable prédateur, capable de s’attaquer à une petite antilope. Sa gueule est armée de 66 à 68 dents. Bonjour le dentiste !

En fait le dentiste est un oiseau qui, avec l’accord du patron crocodile, vient faire le nettoyage après le repas, durant la sieste.

De nouveau, nous nous trouvons face à une espèce en voie d’extinction, espèce sur laquelle nous ne connaissons pas grand-chose et qui risque de disparaitre avant d’avoir été étudiée.

L’action gouvernementale est quasi-nulle pour des mesures de conservation, tout repose sur deux ou trois initiatives privées du type élevage et relâche dans la nature. Mais ceci nécessite l’éducation des populations locales. Qui va s’en charger ?

Pour les populations locales, peu ou pas éduquées, tout ce qui a une valeur marchande ou qui peut être mangé doit être tué !


Dans un prochain épisode je vous présenterai le ‘’Dugong’’, le ‘’Tamaraw’’ et le ‘’Tarsier’’. Tous sont en danger. Leur survie pourrait provenir d’une arrivée ‘’massive’’ (oui, mais pas trop) de touristes intéressés par l’éco-tourisme.

A ce jour les populations locales ne comprennent pas très bien à quoi peut bien servir la conservation et la préservation de ces espèces.

Pour la plupart d’entre eux un Spotted Deer c’est de la viande sur pieds et ils ont le ventre vide … Le Philippine Cockatoo … quelques centaines de dollars … un an de salaire pour certains !

Maintenant, si les touristes arrivent, pas deux ou trois groupes de chercheurs et quelques professeurs de facultés, non … de véritables touristes, ceux qui vont payer pour voir ces merveilles, qui vont dépenser de l’argent, de bonnes devises, dans les hôtels, les restaurants, les transports, les souvenirs, etc.

Cela va générer des emplois stables pour ces populations locales, populations pas totalement idiotes et qui comprendront très rapidement où est leur intérêt.

Ceci pour le plus grand bénéfice de toutes ces espèces en voie de disparition !

Merci d'apporter vos connaissances afin de compléter ou de corriger ces informations,
Critiques, expériences et commentaires sont les bienvenus.

Superbes villas à louer sur Puerto Galera.

Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d’habitude sont les bienvenus.

Chaque jeudi de 18 à 20 h, 12 à 14 h  en Europe sur Yahoo Messenger :
Pseudo < dtesteil >

Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.

Prendre sa retraite aux Philippines,
Pourquoi ?
7107 îles, plus de 36.000 kilomètres 
de côtes,des  milliers de plages de sable blanc, 
le soleil toute l’année ; des montagnes qui culminent 
à plus de 3.000 mètres,la jungle, les forêts, 
des paysages grandioses.
Une population chaleureuse et accueillante, 
des tribus colorées.Un excellent service de santé 
à un prix abordable. Le coût de la vie,un des plus bas 
au monde; de nombreux avantages offerts aux retraités,
pas d’impôts ni de taxes.
                           
Plus d'information sur la page ''livres''.


Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,


S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.

Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’



Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’



 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines




Post a Comment