Wednesday, October 27, 2010

ELECTIONS ... LOCALES

Le 30 mai dernier les Philippins ont voté pour élire leurs principaux représentants ainsi que leur nouveau Président.
Demain 25 octobre, ils vont retourner aux urnes pour élire leur représentants locaux. Non pas leur Maire et leurs conseillers municipaux, non … chacun va aller voter dans son ‘’Barangay’’, aussi nommé village, pour élire son Kapitano, ses Kagawads et ses Tanods.

Le pays est ainsi divisé en quelques 42.000 villages ou barangays qui vont tous avoir leur chef : le Kapitano. Si l’on fait une moyenne cela nous donne un peu plus de 2.400 habitants par barangays. Mais tous ne sont pas égaux, il y a des petits et des grands villages. Les Kagawads sont les aides directs du Kapitano et ils sont au minimum deux, un Investigador et un Konsehal. Les Tanods pouvant être, un peu, considérés comme des policiers (non armés, du moins en théorie), non pas municipaux, mais du village.

Le barangay, la plus petite entité administrative des Philippines, que l’on pourrait comparer à la commune française.

Vous allez me demander : « à quoi servent tous ces gens ? ».
Ces élus, qui assurent une permanence de 24/24 h dans le barangay hall, sont là pour régler, en général à l’amiable, les petits problèmes de la vie quotidienne.
Un différent entre voisins, une bagarre entre jeunes, des chiens en liberté, un peu de circulation quand il y a un embouteillage, la circulation les jours de marché. On les voit aussi à chaque enterrement, précédent et suivant le convoi, alternant la circulation. De temps en temps ils effectuent une patrouille de nuit pour voir si tout est calme, si personne ne sème le trouble. Ils sont pour la plupart habillés d’un tee shirt noir avec Tanod et le nom du barangay inscrits dans le dos et sont généralement armés d’un simple bâton. A leur charge également de faire respecter le couvre-feu lorsqu’il est en vigueur pour les mineurs. Le barangay à également un rôle de police, surveiller la population, qui fait quoi, les allées et venues et délivre des documents comme le certificat de résidence et le barangay clearence.

Prenons un exemple simple. Votre voisin vient d’installer une nouvelle clôture et, d’après vous, d’après les documents en votre possession, il empiète sur votre propriété.
Vous vous rendez au Barangay hall, vous exposez le motif de votre visite et votre plainte sera éventuellement (s’il y a un Kagawad présent) enregistrée par écrit. L’Investigador va se déplacer, venir constater, regarder les documents, interroger les deux parties séparément et vous donner une convocation afin de passer devant le Kapitano pour régler le litige. Le Kapitano va écouter les arguments des deux parties, consulter ses Kagawads et en fonction des résultats de l’enquête, non pas rendre un jugement, mais une décision, qui en réalité a valeur de jugement
Vous êtes dans votre droit, le voisin empiète effectivement sur votre propriété, le Kapitano va lui demander de démonter la clôture et de remettre le terrain dans l’état dans lequel il se trouvait avant la poses de la clôture. Simple. Pas d’avocat, pas de procès, c’est simple et rapide. Bien évidemment, il y a possibilité de contester la décision et d’aller devant une Cour, mais en général les décisions du Kapitano sont acceptées par la très grande majorité.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il n’y a pas spécialement de favoritisme, je veux dire par là que nous, les étrangers, ne sommes pas systématiquement les mauvais, les coupables, les fautifs. Je ne suis pas le seul à le penser et à le dire, dans la très grande majorité des cas, le système est tout à fait ‘’Fairplay’’.
Quelquefois, au grand dam de certains locaux qui pensaient qu’étant Filipino ils avaient automatiquement raison face à un étranger.

Mon conseil pourrait être le suivant : être et rester en bon terme avec son Kapitano est primordial pour celui (ou celle) qui veut couler des jours heureux au pays des 7.107 îles.
Se heurter au Kapitano … peut vous rendre la vie très difficile, car il a le pouvoir local.
En effet, selon le système légal, les trois branches du gouvernement, exécutif, législatif et judiciaire sont sous la responsabilité du chef de village. Il peut passer des ordonnances et faire arrêter des gens. Il y a une cellule dans le Barangay Hall !
Nous avons 12 barangays à Ternate qui est une ville de plus ou moins 24.000 habitants et nous nous trouvons dans la moyenne d’un barangay pour 2.000 habitants.

Le mauvais côté des élections aux Philippines.

Au moins 25 personnes ont été tuées (abattues) dans des violences en relation avec les élections au niveau des barangays. La police a renforcé la sécurité pour les élections du lundi 25 qui va voir les Philippins voter pour leurs ‘’district chairmen et council members’’, noms officiels dans les documents en langue anglaise.
La police a enregistré, à ce jour, 25 tués et 10 blessés dans des incidents en relation avec les élections, ceci depuis le 25 septembre, date d’ouverture de la campagne électorale. Le chef de la police ajoute que ses forces sont en alerte maximale depuis samedi et que tout est mis en œuvre pour assurer l’ordre et d’honnêtes et paisibles élections.

Les élections aux Philippines sont souvent ternies par des violences, quelques politiciens locaux n’hésitant pas à faire abattre leurs rivaux.

Selon la police, il y a eu au moins 25 personnes tuées et plus de 40 autres blessées durant les dernières élections locales en 2007 et au moins 28 autres personnes tuées dans la campagne présidentielle de 2010. Sans tenir compte des 57 tués par un clan très puissant dans la partie sud du Pays en novembre dernier.

Expériences, critiques et commentaires sont les bienvenus.


Superbes villas à louer sur Puerto Galera (2 X 5 chambres), calme, tranquille et reposant, vue imprenable sur la baie, piscines, plage, plongée, pêche …
Me contacter : dtesteil737@yahoo.com.ph
Post a Comment