Thursday, May 25, 2017

HAMILO ET LES COVES DE NASUGBU !

Aujourd’hui je vais vous emmener dans la province voisine de Batangas, oui mais par la mer et nous irons jusqu’à la Papaya cove distante d’une trentaine de kilomètres de Ternate.

Nous allons descendre la rivière sur un peu moins de deux kilomètres cap au Nord, avant de virer à gauche au 260º et nous diriger vers l’île du Carabao. Nous passerons entre la côte et l’île, puis prendrons un cap au 225º en visant la plage d’Iba, la dernière limite de la partie Sud-est de la Baie de Manille.

L'itinéraire

Nous passerons entre la pointe extrême de la baie (Iba) et l’île de Limbones. Il y a là de nombreuses cavernes sous-marines avec des concrétions de calcaire spectaculaires, stalactites et stalagmites qui se sont formées lorsque ces cavernes se trouvaient au-dessus du niveau de la mer.

Passé Iba, c’est un cap moyen Sud que nous allons prendre, mais comme nous allons suivre la côte très découpée et sauvage de cette région, le cap va sans cesse changer. Nous allons faire le tour des nombreuses ‘’cove’’, criques en français, qui parsèment cette région dominée par le Pico de Loro, le Pic du perroquet qui culmine à sept cents mètres d’altitude.

Départ à sept heures tapantes par une belle matinée ensoleillée d’avril. Le soleil, déjà haut sur l’horizon, a vite fait de dissiper la fraîcheur relative de la nuit. Sur la droite, alors que nous descendons la rivière, défilent les maisons du quartier central de Ternate. L’église d’Agglipay, le clocher de l’église catholique, le petit port, puis nous arrivons sur San José avec ses parcs à huîtres qui encombrent les rives. Un peu plus loin, ce sont une centaine de barques de pêche qui sont en attente de leurs patrons ; elles ne devraient plus attendre longtemps. En y regardant bien, l’on s’aperçoit que certains patrons sont en train de préparer leurs filets.

Sortie de l'estuaire

Sortie de l’estuaire, attention aux bancs de sable, mais nous sommes à mi marée et il ne devrait pas y avoir de problème. Il faut maintenant viser la pointe extrême Est de l’île de Corregidor afin de trouver des eaux libres. 

La mer change de couleur, passant d’un bleu laiteux à un bleu plus soutenu, nous échappons aux bancs de sable et pouvons prendre un cap Ouest en visant la forteresse rocher de El Fraile. Un bloc de béton en forme de cuirassé, un des quatre forts qui protégeaient l’entrée de la Baie de Manille contre une invasion venant de la mer.  

Attention aux avancées rocheuses du Barangay Bucana, une tentative de mise en place de digues artificielles qui a fait long feu. La puissance des courants et les passages de typhons ont eu raison de cette initiative. Néanmoins, les blocs de roches qui s’avancent loin dans la mer sont là et bien là et mieux vaut passer au large.  

Nous passons les Beach Resorts de Del Rosario et du Ternate Beach, puis la petite anse de Delaroy, qu’une falaise sépare de la grande plage toujours déserte de Kamandag.

Comme nous avons pris bien au large et alors que nous nous trouvons en face du complexe touristique de Puerto Azul, il nous est possible de distinguer l’île du Carabao. Un fort, le Fort Frank creusé dans la roche, est installé sur cette île. Si les canons et autres obusiers ont disparus, il est possible ou plutôt il était possible de visiter les installations de ce fort. C’est désormais une zone militaire, dépendante du camp des Marines voisin et désormais interdite au public.

Du côté de Kayognok

Nous passons la grande plage de Kayognok, celle où nous avons l’habitude de nous rendre pour souvent y passer la nuit, puis après le promontoire, une haute corniche qui s’avance dans les flots,  nous arrivons à Kaylabné. 
Kaylabné, anciennement Marbela, un complexe touristique, fermé depuis deux ans, mais qui devrait rouvrir début 2018 avec une nouvelle direction. Après avoir dépassé une nouvelle corniche, nous apercevons le camp des Marines (Camp Gregorio Lim) et ses plages ouvertes au public ; mais aux dernières nouvelles… interdites aux étrangers ! Du fait des Conseillers et Instructeurs Américains qui se trouvent à cet endroit ?

Une autre pointe, nous passons entre l’île du Carabao et la côte et cap au Sud en direction de notre première ‘’Cove’’ de la province de Batangas. Il est huit heures, nous avons parcouru une vingtaine de kilomètres et nous naviguons en direction de Pantugan, notre première crique.

En fait, plus une baie qu’une crique, mais à chacun de se faire son opinion, les photographies sont là pour vous y aider. Nommée du nom du village dans laquelle se trouve cette crique,
bordée d’une longue plage de sable presque blanc en arc de cercle, cela aurait été l’un des lieux privilégiés d’un ancien Président. Il se murmure que, certaines nuits de pleine lune, il est possible de voir son fantôme arpenter la plage.

Pantugan, Baie, Crique ou Anse ?

Nous remontons au Nord-ouest et découvrons l’anse de Neela (Neela cove) et sa magnifique petite plage de sable blanc. Son nom est dérivé du mot sanscrit signifiant bleu, du fait de ses eaux cristal-bleu ; à cet endroit un navire de guerre japonais aurait été coulé durant la seconde guerre mondiale.

Puis la crique de Limbones qui, comme sa voisine Neela, est un endroit où se trouvent des épaves de la seconde guerre mondiale, mais également d’au moins un galion, jeté à la côte lors d’une violente tempête. 

Le petit village d’Iba, une douzaine d’habitations de pêcheurs, sa plage de sable blanc, attention quelques roches affleurent et rendent l’atterrissage difficile, faut ‘’connaître’’ comme dirait l’ami Ben. Iba signifiant l’extrémité, le bout, la dernière limite et c’est effectivement la dernière pointe à doubler avant que de quitter la Baie de Manille et d’entrer dans  la Mer de l’Ouest des Philippines.

Nous passons entre Iba et l’île de Limbones, un exercice que je ne ferais pas à marée basse, le passage est littéralement truffé d’écueils. Mais, nous sommes à mi-marée et en faisant un peu attention cela passe sans grande difficulté, néanmoins, par endroit nous devons avoir moins de cinquante centimètres d’eau sous la coque.

Bucanita Cove

Passé l’île de Limbones, que nous laissons sur notre droite, nous faisons environ cinq-cents mètres plein Ouest avant que de prendre un cap Sud en direction de la Dorado Cove.  Dorado Cove, le nom provient du fait que ce poisson, Coryphène ou Mahi-Mahi, mais appelé Dorado localement,  y était pêché en abondance.

Nous longeons un promontoire, passons entre une île minuscule et la côte, direction la  Arkaya Cove.

Du côté d'Arkaya Cove

Arkaya Cove, dont le nom est dérivé de deux mots sanskrit, ‘’Arka’’ et ‘’Yayu’’, qui signifient soleil et vent… mais il y a également des vagues. 

Encore une pointe qu’il nous faut doubler, une haute falaise qui tombe dans la mer, un endroit souvent battu  par de fortes vagues et nous arrivons dans la Balibago Cove. Balibago signifiant ‘’Petit demi-cercle’’ en Sanskrit et c’est vraiment la forme de la topographie de cette crique.


Balibago Cove, la pointe.

Il nous faut maintenant revenir plus au large avant de replonger vers la côte et de passer entre une île minuscule et la petite baie d’Etayo. Adrénaline garantie, le passage fait quelques dizaines de mètres de large, entre des falaises que j’estime à plus de cent mètres de part et d’autre.

Etayo, Nord et principale

Etayo voulant dire deux, il y a effectivement deux Coves, la Cove Nord et la Cove principale, plus au Sud.

Nous sortons de l’anse d’Etayo en prenant un cap Ouest, avant de replonger au Sud en direction de la Subli Cove. Passage encore un peu  difficile entre deux îles, mais nous avons fait le plus dur, nous arrivons maintenant à la Subli Cove.


Subli Cove

Subli Cove, dont le nom provient d’une danse locale, favorite des indigènes de l’endroit et exécutée durant les fêtes des villes et villages locaux. 

Puis nous arrivons à la Santelmo Cove ; les locaux, qui attestent de voir régulièrement des feux de Saint-Elme à chaque passage de typhon, le nom Santelmo à été donné à cette crique.
Nous passons encore une fois entre une île et la côte, mais cette fois sans montée trop forte d’adrénaline,  cap au Sud-sud-est. 


Le Hamilo Beach Resort

Nous laissons sur la gauche le Pico de Loro Cove, puis nous entrons  dans la  Papaya Cove, une baie qui  s’envase et qui sert de terminal pour quelques ferries qui desservent  le complexe touristique du Hamilo Resort. 

Baie qui, de plus offre  des installations de réparation et d’entretien pour yachts et voiliers de passage.

Papaya Cove

Si nous avons mis cinq heures pour faire le trajet Ternate / Papaya Cove, en flânant, le retour, sauf incident, devrait nous prendre moins de trois heures.

Pour ceux qui seraient intéressés par une expédition de ce genre, merci de bien vouloir me contacter :
ME CONTACTER POUR

COMMANDER MES LIVRES :
VAN AÉROPORT et TRANSPORT SUR LUZON,
LOCATION MAISON / CONDOMINIUM À TERNATE :
TERRAINS À VENDRE :
CIRCUITS TOURISTIQUES SUR MESURE :
PÊCHE / PÊCHE PROMENADE EN MER :
ÉTUDES ET PRÉ-ÉTUDES DE MARCHÉ :
CRÉATION DE SOCIÉTÉ / JOINT-VENTURE / PARTNERSHIP :
ENQUÊTE, CONTRÔLE ET SURVEILLANCE :
STAGE D’ADAPTATION À L’EXPATRIATION EN IMMERSION : (NEW)
                        UN SEUL MAIL : asiatribart@gmail.com


À tous et à toutes, je souhaite une excellente fin de semaine.
‘’Mabuhay’’ et à bientôt sur l’archipel du sourire. 

Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d’habitude sont les bienvenus.


Retrouvez-moi sur  :
Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.


Prendre sa retraite aux Philippines,
Pourquoi ?
7107 îles, plus de 36.000 kilomètres de côtes,
   des  milliers de plages de sable blanc, le soleil toute l’année ;
des montagnes qui culminent à près de 3.000 mètres,
la jungle, les forêts, des paysages grandioses.

Une population chaleureuse et accueillante, des tribus colorées.
Un excellent service de santé à un prix abordable. Le coût de la vie,
   un des plus bas au monde ; de nombreux avantages offerts aux retraités,
pas d’impôts ni de taxes.

      Rendez-vous sur la page livres pour en savoir plus.




Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,





S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.


Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’



Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’



 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines
Post a Comment