Wednesday, September 10, 2014

PREMIÈRES IMPRESSIONS ... DE VOYAGEURS !

Sept aspects des Philippines que les voyageurs sont surpris de découvrir lors de leur premier séjour sur l’archipel.


La vérité est que lorsque l’on en vient à parler de tourisme international, les Philippines ne bénéficient pas de l’image idyllique dont bénéficient ses proches voisins comme la Thaïlande ou le Vietnam.

La faute peut-être à sa position un peu isolée, entre Océan Pacifique et Mer de Chine, loin du continent, sans aucune frontière terrestre avec un autre pays.  Nous sommes du mauvais côté de la Mer de Chine diront certains ! 
Cela coûte plus en temps et en argent pour venir ici, c’est sûrement ce qui fait que nous sommes moins connus que nos autres voisins du Sud-est asiatique.

Pour savoir vraiment quelles étaient les premières impressions et réflexions des nouveaux arrivants, j’ai recueilli une dizaine de témoignages de voyageurs qui sont récemment passés à Ternate.

Bon et moins bon, voici ce qui m’a été dit.
Cela apportera sûrement des réponses à ceux qui se posent la  question de savoir s’ils doivent venir ou non visiter ce magnifique pays.


 1) - Les plages.

Des plages extraordinaires, à vous couper le souffle et ce sur l’ensemble de l’archipel. Quelles soient de sable blanc, ce sable composé de débris de corail et de coquillages, ou alors faites de sable rose, jaune, beige, ocre, gris, parfois noir, si la plage se trouve à proximité d’un volcan.



La plupart des visiteurs s’attendaient bien évidemment à voir des plages, mais ils n’avaient aucune idée de leur nombre ni de leur beauté. « Les Philippines ont les plus belles plages au monde » m’a dit une personne qui revenait d’un voyage dans la région de Barton sur l’île de Palawan.
« Lorsque je montre les photos de plages à mes amis, ils ne peuvent le croire et pourtant elles sont bien réelles. » 


2) - Les Philippines ne sont pas une destination touristique, tout du moins pas encore !

Boracay est désormais connue dans le monde entier et les images de cette îles minuscule sont à jamais gravées dans nos mémoires. Ces hordes de touristes traversant le pays pour se rendre sur l’île la plus connue de l’archipel.

Mais en dehors de Boracay, tout ce que l’archipel peut offrir demeure encore caché, dissimulé, non spolié, loin des regards, loin des foules de touristes…  qui aux Philippines ne sont pas encore arrivées.

« Je m’attendais à ce que le pays soit moins développé que la Thaïlande et quelque part, effectivement l’archipel est moins développé que la majorité de ses voisins. »
« Je m’y trouvais durant la basse saison et c’est sûr, je n’ai pas envie que d’autres découvrent combien ce pays est merveilleux, je ne souhaite pas qu’il soit envahi par le tourisme. »

« Habituellement, dans des pays comme la Thaïlande ou le Vietnam, vous rencontrez de nombreux étrangers sacs au dos lorsque vous prenez un bus ou un bateau ; aux Philippines, lorsque vous montez dans un bus ou un bateau… vous ne rencontrez que des locaux. » 



3) – Les Philippines ne sont pas aussi données que ses voisins.

Il faut dire que durant des décennies le pays a avant tout cherché à attirer le touriste de haut de gamme, celui qui descend dans les hôtels cinq étoiles, qui joue au casino, le touriste qui dépense sans compter.

Les autorités de l’époque ne voulaient surtout pas d’un tourisme de masse comme en Thaïlande.  
Pas de sexe-tourisme, ni de touristes sacs aux dos.

Depuis, la réussite de la Thaïlande en termes de revenus touristiques a quelque peu modifié les mentalités locales. Mais c’est vrai,  les hébergements bon marché, comme ceux que l’on peut trouver en Thaïlande ou au Vietnam, sont encore rares aux Philippines. Les resorts où l’on peut passer une nuit pour 250 ou 300 pesos se font encore attendre.  Même pour la plus modeste des ‘’Nipa hutte’’, il faut plutôt se baser sur une moyenne de 1.000 à 1.500 pesos. 

Le concept motel, chambre chez l’habitant et autres formes d’hébergement bon marché, n’existe pas encore aux Philippines. Même si l’on constate un léger mieux ces derniers temps, le concept semblerait vouloir se développer.

« J’avais entendu dire que les Philippines étaient une destination peu chère, mais je n’ai pas trouvé cela aussi donné que ça ! » « C’est plus cher que je le pensais, même en basse saison ! Mais peut-être est-ce du fait que je compare avec les prix que je payais en Chine. »

Les locations de maisons et appartements ainsi que les transports sont abordables et nous pouvons dire peu chers. Par contre, les augmentations de l’alimentaire et des boissons sont incessantes.


De ce fait, effectivement le pays est, dans une certaine mesure, légértement plus cher que le Vietnam, le Cambodge ou la Thaïlande. 


4) – Les Philippines sont très occidentalisées.

De cela j’en ai longuement parlé, en insistant bien sur le fait que, sous un léger vernis se trouvait une culture profondément différente que celle que l’on croit voir au premier abord. 
Quelqu’un me disait : « La langue anglaise, des églises à la place des temples, des fast-foods partout, des films d’Hollywood,  c’est à la fois rigolo et triste. »
Oui, mais ceci n’est que la vision que peut en retirer un voyageur qui ne fait que passer.
En grattant un peu, la réalité est toute autre.

Un Américain m’a dit :
« Les Philippines sont un des rares pays où l’on peut se dire américain avec fierté ». « Les gens sont excités lorsqu’ils apprennent que je viens des Etats-Unis, ils me posent énormément de questions, sont amicaux et heureux de savoir combien j’apprécie leur pays. » Oui, encore une illusion. Ce dernier ne s’est jamais trouvé dans une de ces manifestations violemment antiaméricaines qui éclatent plus ou moins régulièrement au pays des 7.107 îles.

« Ce qui m’a le plus surpris ici, c’est que tout le monde parle couramment anglais.»
Personnellement j’aurais tendance à dire que c’est de moins en moins vrai.

« Je m’attendais à me sentir aux Philippines comme dans le reste de l’Asie du Sud-est, mais c’est totalement différent ; ceci doit très certainement être en relation avec la colonisation espagnole et la religion. »


5) – La langue anglaise est largement pratiquée.

Comme déjà dit, je trouve que c’est de moins en moins vrai.

De plus il ne s’agit pas vraiment d’anglais ni d’américain ; en soixante-dix ans le langage basé sur l’anglais a évolué en suivant sa propre voie, pour devenir ce que nous nommons le ‘’philglish’’. 

Il y a encore une dizaine d’année, la grande majorité des films, y compris des cartoons, étaient en versions originales, la plupart du temps en anglais. Depuis, ces films et autres dessins animés sont désormais doublés et diffusés en Tagalog.

Le Tagalog, ou le Cebuano / Bisaya, sont désormais les langues les plus utilisées dans les émissions de télévision.

Et comme la télévision joue un grand rôle dans la vie du Philippin, automatiquement la pratique de la langue anglaise s’en ressent. De très nombreux jeunes, par manque de moyens financiers des parents, ne vont pas à l’école, ou quittent celle-ci très jeunes. Comme une partie de l’éducation s’effectue dans la langue, un peu déformée de Shakespeare, leur connaissance de cette langue est quasiment nulle.

Leur connaissance se limite souvent à « Hey Joe, wats ur name, were u com from ? » et c’est à peu près tout. Ce qui risque de leur poser problème dans quelques temps. Et, ici à Ternate, nous vivons à seulement une cinquantaine de kilomètres de la capitale !


Pourtant, comme me le faisait remarquer une des personnes que j’interrogeais, l’anglais est une des langues officielles de la République des Philippines. Néanmoins, il est exact de dire que l’anglais est bien plus largement compris et parlé qu’en Thaïlande ou au Vietnam. Mais je ne suis pas certain, si le système ne change pas, qu’il en sera de même d’ici une ou deux générations.


6) – Un peuple heureux, amical et très famille.

Les Philippins sont naturellement des gens heureux. Ils sont hospitaliers et souvent donnent plus à leurs invités qu’ils ne gardent pour eux même. La famille compte énormément et ils sont toujours souriants, même durant les pires épreuves.

La multiplication des personnes allant travailler à l’étranger, ceux que l’on appel les OFW pour Overseas Filipino Workers, contribue grandement à la dégradation de ce sens de la famille. Ce sens de la famille qui était, il n’y a encore pas si longtemps, une des caractéristiques principales, sinon la base de la culture philippine.

Familles séparées, brisées, enfants abandonnés ou livrés très jeunes à eux-mêmes, naissances hors mariage, voire hors de la cellule familiale, sont désormais des choses courantes aux Philippines. Enfants élevés par les grands parents, par des oncles ou tantes, voire par des cousins… une triste réalité.

« De manille à Mindanao, partout où nous sommes passés, les gens étaient attentionnés, plein de gentillesse, toujours prêt à nous aider ; nous avons vraiment l’impression d’avoir compris aux Philippines ce que voulait réellement dire gentillesse et générosité. »

« Quelque chose d’autre qui nous a surpris a été le bonheur naturel des personnes rencontrées. »
« Les gens sont également très gentils en Thaïlande et en Indonésie, mais le peuple philippin est le plus amical de tous. »



« L’esprit famille, comme celui de la communauté, est incroyablement fort et toujours présent. »
«  C’est une sensation qui est partout présente. »


7) – Le pays est sûr.

Et c’est souvent ce qui choque le plus le nouvel arrivant !
Alors qu’on lui avait annoncé Verdun, doublé de Guadalcanal, avec une touche du Chicago de la prohibition et une pointe du Cartel de Cali, le voici arrivé dans un pays calme et tranquille. Il se promène du nord au sud, visite d’est en ouest, à pied, à moto, en tricycle ou en bus et rien… il se sent en toute sécurité, en compagnie de philippin toujours souriants. Je le dis et le répète, aux Philippines ce qui est le plus dangereux c’est la Pinay, la femme philippine.

Dans la mesure du possible, surtout si vous êtes seul, évitez tout de même la Péninsule de Zamboanga, l’île de Basilan, l’archipel de Sulu et dans une moindre mesure la Région Autonome des Muslims de Mindanao  (ARMM).  Ce qui représente un très faible pourcentage du territoire de l’archipel. C’est une zone qui, malgré les derniers accords de paix, demeure un peu anarchique et où des bandes, plus proches du grand banditisme que d’une quelconque idéologie, peuvent encore sévir.

Plusieurs raisons au fait que l’on pense dangerosité lorsque l’on évoque les Philippines.

Premièrement, les médias internationaux qui ne parlent des Philippines que lorsqu’il y a un massacre, un typhon ou autre désastre, voire un combat entre l’armée et quelques rebelles, tout là-bas au sud.



Bien que les choses soient en train de changer et que de plus en plus de reportages présentent désormais le pays sous un jour nettement plus enchanteur.

« Les Philippines ont la réputation d’être un pays dangereux pour les voyageurs, ceci est tout simplement ridicule ! »

« La plus fausse des idées se situe au niveau de la sécurité. Ceci est la faute des médias qui nous parlent des troubles qui éclatent parfois dans le sud, sans en donner exactement l’ampleur et la portée. »

« Ils nous en parlent comme si c’était la totalité de l’archipel qui était à feu et à sang, alors que cela ne concerne que quelques dizaines de kilomètres carrés. »

Le grand Manille est une ville tentaculaire de plus de douze millions d’habitants. Comme dans toute grande ville il y a des crimes, mais c’est également vrai pour Paris, Rome ou Londres. Manille ne fait pas partie des cent premières villes considérées comme les plus dangereuses au monde, alors que plusieurs villes américaines apparaissent dans ce classement.

« Avant que je me rende aux Philippines, mes parents étaient extrêmement anxieux de savoir que je désirais m’y rendre ; comme de nombreuses personnes ils avaient entendu des histoires de crimes, de terrorisme, d’enlèvements et  de désastres naturels. »

« Je dois avouer que cela m’avait rendu quelque peu nerveux avant le départ ; mais il se trouve qu’en fait, c’est la meilleure expérience qu’il m’ait été possible de faire dans un pays ».
« J’étais également un peu angoissé au sujet de la sécurité avant de venir pour la première fois. »


« Aujourd’hui, cinq ans plus tard, je peux dire que je sens en total sécurité sur l’archipel. Le pays est même devenu ma seconde patrie. Je n’ai jamais eu de problèmes aux Philippines, je n’ai jamais été volé,  encore moins agressé. »

Jamais volé, si l’on veut, mais ne laissez tout de même pas votre portefeuille ou votre portable sans attention. L’évaporation est intense au pays des 7.107 îles. Il y a également des pickpockets dans le métro et les bus, mais… certainement moins qu’à Paris !

Un Néo-Zélandais m’a avoué, il y a quelques temps, qu’il se sentait moins en danger à marcher la nuit dans Manille qu’à faire la même chose un vendredi soir à Auckland.

Donc les Philippines dangereuses ? Un mythe plus qu’une réalité.


Cartons Balikbayan (en fret maritime) expéditions de France aux Philippines.

Clement Vu Ngoc       5 septembre 23:39
Je démarre concrètement une mini-association, tout-seul hehe, en proposant un service (gratos bien sur) de Fret sur les Phils. Je prépare votre carton pour les Phils (65 x45x55 cm), l'envoie en colissimo, à Eliza les ailes du Voyage à Paris, société de fret existant depuis des années. 

http://www.visit-philippines.fr/php/freight.php?lang=fr
Cout du colissimo selon le poids 15 à 20 euros. Paris-Manila : 65 euros. Délai 6 semaines environ.


Pour ceux intéressés, merci de me contacter, je vous donnerai les coordonnées de Clément.



Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d’habitude sont les bienvenus.

Chaque jeudi de 18 à 20 h, 12 à 14 h  en Europe sur Yahoo Messenger :
Pseudo < dtesteil >

Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.

Prendre sa retraite aux Philippines,
Pourquoi ?
7107 îles, plus de 36.000 kilomètres 
de côtes,des  milliers de plages de sable blanc, 
le soleil toute l’année ; des montagnes qui culminent 
à plus de 3.000 mètres,la jungle, les forêts, 
des paysages grandioses.
Une population chaleureuse et accueillante, 
des tribus colorées.Un excellent service de santé 
à un prix abordable. Le coût de la vie,un des plus bas 
au monde; de nombreux avantages offerts aux retraités,
pas d’impôts ni de taxes.
                           
Plus d'information sur la page ''livres''.


Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,


S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.

Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’



Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’



 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines






Post a Comment