Saturday, October 19, 2013

AJUSTEMENTS ... CULTURELS !

Et oui, ajustements culturels.
Ou comment s’ajuster à la culture locale.

Cela va faire dix-sept ans que je vis aux Philippines et malgré toutes ces années j’apprends encore de nouvelles choses sur la culture locale. Pas tous les jours bien évidemment, mais cela m’arrive encore souvent. Lorsque je suis arrivé et que je me suis installé, tout ou presque me semblait différent. Aujourd’hui, après plus de seize années passées ici, je me suis 
passablement accoutumé à la plupart des choses et pourtant, il y en a qui parfois me surprennent encore.


J’aurais tendance à dire qu’au départ nous sommes tous des humains et ce en dépit de nos différences.

Si effectivement nous avons de nombreuses choses qui sont différentes entre nous, nous avons également de nombreuses choses en commun, des choses que nous partageons.
Néanmoins, et à bien y réfléchir, il est probable que la plupart des choses faites par des personnes différentes sont en fait pratiquement les mêmes que celles que nous faisons, elles sont similaires tout du moins.

Le but est souvent le même, c’est la façon d’atteindre ce but qui diffère.

Mais ce qui fait la différence quand vous installez dans un nouvel endroit et c’est encore plus vrai si ce nouvel endroit se trouve à l’autre bout de la planète, ce sont les choses qui sont réellement différentes, celles qui vont vous marquer en premier. Ce ne sont pas celles qui vont forcement vous choquer le plus.


Ce qui en fait provoque de telles différences c’est la culture.

La culture c’est la façon dont nous faisons les choses. Cette façon que les gens autour de nous nous ont montré ;  comment les choses doivent être faites, la manière que nous avons apprise ou copiée.



En philosophie le mot culture désigne ce qui est différent de la nature, ce qui est de l’ordre de l’acquis et non de l’inné. Mais c’est au niveau sociologique que je vous parle de culture, ce qui est commun à un groupe d’individus, ce qui le soude.

Nous sommes un produit de la culture dans laquelle nous avons grandi. C’est du fait de l’influence des autres, à travers l’observation de comment les autres font les choses, de ce qui nous a été enseigné, que nous avons appris comment faire les choses, comment les choses doivent être faites et nous imitons ou nous copions la façon dont nous voyons ou avons vu les autres faire les choses.

Quand nous arrivons dans un nouvel endroit, plus particulièrement si celui-ci est éloigné du lieu de nos origines, nous remarquons que les gens font les choses différemment de la façon dont nous faisons les mêmes choses. Ce qui ne veut pas dire que la façon dont ces gens font une chose est mauvaise, ou que notre façon de faire soit mauvaise. Nous faisons les choses différemment voilà tout.


Pour prendre un exemple simple, observez la façon dont un Philippin lasse ses chaussures.
La façon de faire le nœud et je précise le même nœud, est tout à fait différente. Le résultat est le même, mais la façon d‘y arriver est différente. Il s’agit d’un exemple simple, qui ne porte pas à conséquence, nous arrivons au même résultat. Ce qui n’est pas toujours le cas.

Un deuxième exemple, encore simple. Regardez comment les Philippins épluchent les légumes, des pommes de terre pour vous donner une idée. Alors que nous épluchons en tenant le couteau entre le pouce et l’indexe et que nous dirigeons le couteau vers nous en tirant pour éplucher, le Philippin va pratiquement faire la même chose, mais en poussant. J’ai essayé, j’ai failli me blesser.

Et c’est pratiquement la même chose pour tout ce qu’ils font ; ils font tout comme nous et pourtant pas comme nous. Tout comme nous ils mangent, ils dorment, ils conduisent, ils travaillent, ils pensent, ils réfléchissent, ils écrivent, ils lisent, etc. oui comme nous et pourtant pas comme nous !

Ce qui fait que pour nous l’adaptation est souvent impossible et les ajustements peuvent être difficiles.



Partant du principe que la langue est probablement, dans les sociétés humaines, ce qui permet le mieux de véhiculer une culture, tant orale qu’écrite, je ne peux que vous conseiller d’apprendre, au moins les rudiments de la langue parlée dans la province dans laquelle vous résidez.

Cela devrait vous permettre de mieux appréhender la culture locale.


Il y a quelque chose qui fait que pour moi la culture est un sujet important à étudier, c’est la façon dont cette culture va influencer ma famille. Mes enfants sont des ‘’Mestizos’’, un mélange d’Occident et d’Asie, de France et de Philippines.

Il m’a été possible de remarquer que même s’ils n’ont jamais vécu en France, ils ont tout de même été imprégnés d’une partie de la culture occidentale, ils ne sont pas complètement Filipino.

Le fait de vivre avec moi, dans une habitation où je me suis efforcé de conserver une part de ma culture, y est certainement pour quelque chose. Nous nous disons bonjour le matin, bonsoir avant d’aller se coucher et nous nous embrassons ; il y a des couteaux sur la table, du pain, du fromage, des salades, de nombreux plats sont d’inspiration française ou européenne, etc.



Refermer une porte après l’avoir ouverte, frapper à la porte de notre chambre avant d’entrer après une réponse favorable, attendre que les adultes aient commencé à manger avant d’attaquer la nourriture lorsque l’on se met à table, ne pas crier pour appeler quelqu’un, mais se rendre auprès de cette personne, ne pas interrompre une discussion de grandes personnes, etc.    

Aussi regarder comment leur culture personnelle se mélange avec les deux est souvent d’un grand intérêt. A la maison il y a des règles à respecter et une certaine forme de discipline qui n’est absolument pas philippine. Ce qui fait que lorsque les plus grands invitent des copains, copines à la maison, mes enfants se trouvent obligés d’expliquer certaines règles à leurs amis.

On ne fait pas n’importe quoi à la Pinoy chez moi !

En dehors de la maison ils auraient plutôt tendance à suivre le style philippin, mais parfois j’ai remarqué que cela heurte ce que je leur ai inculqué. Ils ne sont plus tout à fait comme les autres enfants, mais cela ne semble pas leur poser de problèmes particuliers dans leur vie au quotidien.

Une différence culturelle importante est la façon de dormir. Il n’est pas rare, je dirais même que cela est commun, pour ne pas dire la norme, de voir plusieurs générations dormir dans la même pièce, voire dans le même lit. C’est encore plus vrai avec les enfants qui adorent dormir ensemble, dans la même pièce, souvent dans le même lit. 


Si des cousins dorment sous le même toit, ils vont rejoindre le groupe de dormeurs, cela semble être la norme ici. Ce peut-être une question de place, mais ce n’est pas toujours le cas.

En Occident les choses ne se passent pas de la même façon. Les parents ont leur chambre et il en est généralement de même pour les enfants, chacun sa chambre. Parfois deux garçons ou deux filles, par manque de pièces suffisantes peuvent partager une chambre. Néanmoins, ce que nous recherchons tous en général, c’est d’avoir notre propre chambre, nous sommes très individualistes à ce niveau.

Pas aux Philippines où même si le nombre de chambres est suffisant, les enfants vont avoir tendance à se regrouper.

Une autre différence se retrouve quand il y a un bébé. Certains couples ont une chambre contigüe pour le bébé dans laquelle se trouve le berceau. Nous n’avons jamais mis nos enfants dans un berceau dans une chambre séparée, mais dans notre chambre, le long de notre lit.
Dans la société philippine le bébé dort normalement dans le lit des parents et ceci peut durer des années. Il n’est pas rare qu’un ou deux enfants de cinq six ans continuent à dormir dans le lit des parents. 

Bonjour l’intimité !


Il nous est arrivé de garder nos bébés dans notre lit, mais pendant quelques semaines seulement … j’ai toujours eu peur de les écraser. Puis le berceau du côté de mon épouse et elle s’en occupait durant la nuit. A un âge qui a varié entre un et deux ans, les enfants dans leurs chambres. Pas tous seuls, ils ont toujours cherché à se regrouper. Une forme d’instinct en quelque sorte.

Nous avons trois chatons à la maison et les enfants me font penser à ces trois chatons, ils dorment les uns contre les autres et sont perdus s’ils se sentent seuls. 

Nos deux petits derniers, Louis et Sebastian, quatre et six ans, ne peuvent dormir l’un sans l’autre. Si l’un s’endort sur le sofa seul, il va rapidement se réveiller et aller retrouver son frère. Les autres ont fait la même chose quand ils étaient plus jeunes.

Si maintenant les deux filles dorment dans deux lits jumeaux dans une chambre, les trois garçons partagent un lit superposé dans une autre chambre. Les deux plus petits dans le double lit du dessous, André dans le lit simple qui se trouve au-dessus. Le plus âgé, de plus en plus souvent absent, utilisant maintenant le sofa du salon quand il daigne rentrer.

Mais il n’est pas rare de retrouver les cinq installés ensemble sur la partie basse du lit superposé pour faire la sieste ou regarder la télévision. Ils semblent adorer cela et la mère leur tient souvent compagnie.


Ils semblent tous aimer cela, collé les uns contre les autres, plus ou moins assoupis avec la télévision en bruit de fond. Parfois c’est une sœur de mon épouse qui arrive avec son bébé et qui se joint au groupe pour faire la sieste.

Moi qui ne supporte pas que l’on me touche quand je dors !

Ce qui sera intéressant, c’est de voir s’ils vont rechercher à avoir leur propre chambre une fois qu’ils seront plus grands. 

Maintenant il me reste à vous souhaiter de bien vous ajuster.


Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d’habitude sont les bienvenus.


Chaque jeudi de 18 à 20 h, 12 à 14 h  en Europe sur Yahoo Messenger :
Pseudo < dtesteil737 >

Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.


Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,





S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.


Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’





Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’




 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines





Post a Comment