Sunday, November 20, 2011

J'AIME ... MON KAPITANO !

LE BARANGAY CAPTAIN  …  LE POUVOIR !

J’ai déjà quelque peu défriché le terrain dans d’autres posts, mais je souhaiterais revenir sur le sujet, plus en détail, en vous donnant quelques exemples.

Il y a deux catégories de personnes qu’il ne faut pas irriter aux Philippines, des personnes qu’il est préférable de ne pas chatouiller si vous souhaitez vivre tranquillement et rester parmi nous.


Dans la première catégorie, les personnels de l’Immigration, nous y reviendrons dans un prochain post, dans la seconde les ‘’Barangay Captains’’.

Il est de bon ton, lorsque vous arriver dans un nouveau Barangay, d’aller trouver votre Captain et de vous présenter à lui. Encore mieux est d’arriver avec votre ‘’Pinay’’, si vous avez la chance d’être marié à une Filipina et de vous faire accompagner d’une bouteille ou deux d’Imperador, de Fundador, voir de Gin. Bouteilles qui peuvent être offertes avec quelques chocolats ou autres friandises particulièrement appréciées des locaux.

N’oubliez pas, nous sommes dans le pays du Pasalubong et les petits cadeaux entretiennent l’amitié, aplanissent le terrain et facilitent grandement les discussions.

Une convocation de votre Barangay Captain est une invitation que vous ne pouvez refuser. En prenant la précaution d’aller vous présenter dès votre arrivée, comme je vous l’ai suggéré, cela va grandement faciliter vos relations avec ce personnage qui, ne l’oubliez pas, a pratiquement tous les pouvoirs dans  les limites de son Barangay.


Le Barangay, cela correspond un peu à notre quartier, donc le Barangay Captain, c’est le chef de quartier.
Il est officiellement élu par les gens du quartier, payé par le Gouvernement et ne rend des comptes qu’au maire (Mayor).

Il est responsable du maintien de l’ordre et du bien-être des gens qui vivent au sein de son Barangay, avec tout de même une petite différence … il détient un pouvoir immense au sein de ce même Barangay ! Il détient en fait tous les pouvoirs, le législatif, l’exécutif et le judiciaire.

Il peut pondre des ordonnances, vous juger, vous condamner et vous emprisonner.
Il est juge, jury et fait exécuter les décisions qu’il a prises dans le cadre de disputes locales. Il a effectivement toujours le dernier mot en ce qui concerne ses décisions.


Même si, officiellement il n’a pas formellement de pouvoir légal, si une décision du Barangay Captain est rendue contre vous et que vous souhaitez contester cette décision devant un juge, la première chose que va faire le juge est de prendre connaissance du rapport du Captain. Et aux yeux du juge ce rapport pèse lourd.


De plus et je vous demande de bien vous imprégner de ce qui suit, le Barangay Captain, votre Barangay Captain, peut vous rendre la vie impossible, il peut faire de votre vie une chose misérable, si jamais vous veniez à figurer sur sa liste noire.

Cela peut aller d’une ordonnance interdisant votre rue à la circulation, bonjour pour rentrer la voiture au garage, en passant par des taxes spéciales pour vous, le retrait d’une business licence (l’autorisation nécessaire pour faire du business), un harassement de la police, ils vous arrêtent à chaque coin de rue, etc.
Si vous en arrivez à ce stade, une seule solution … la fuite et vous trouvez un nouveau Barangay, en suivant mes recommandations cette fois.


Donc, s’il y a une personne que les étrangers qui viennent s’installer aux Philippines doivent connaitre, c’est bien leur Barangay Captain. Il faut dire que la grande majorité des Barangay Captains prennent leur rôle très au sérieux et qu’ils restent fairplay dans leur prise de décision concernant la résolution de disputent.

J’ai été convoqué une bonne dizaine de fois au Barangay Hall, le bureau du Barangay Captain, principalement dans les premières années qui ont suivi notre arrivée à Ternate. Ne pas oublier que si je suis un ‘’Foreigner’’ (étranger), mon épouse, originaire de Davao, est également une étrangère, sous l’appellation de ‘’stranger’’ en anglais.  

Chaque fois des locaux qui pensaient tirer avantage de nous, qui pensaient que natifs de la ville et avec leurs connexions, ils allaient pouvoir profiter de nous, ils allaient pouvoir profiter du ‘’Kano’’, faire payer la skine taxe, sous des prétextes futiles ou fallacieux.

Je n’ai jamais perdu une seule des affaires portées devant le Barangay Captain.


Quelquesfois ce n’est pas facile de garder son calme, mais c’est absolument nécessaire et indispensable. N’oubliez pas que nous sommes en Asie … perdre son calme et son sang froid sont des signes de faiblesse.
Ne parlez que quand vous y êtes invité par le Captain, n’interrompez pas votre opposant quand il fournit ses explications, votre tour viendra et vous aurez l’occasion de donner votre version des choses et d’apporter des preuves. 

Restez calme, Kool, tranquille, impassible, serein, à l’aise, sans émotion … pensez à la SanMig bien fraiche qui vous attend à la maison.


Je vous donne en exemple et en primeur, ma première convocation au Barangay hall.

Notre Land Lord, le propriétaire de l’appartement que nous louions, nous fait convoquer au Barangay Hall au prétexte que nous n’avons pas payé trois mois de loyer … mais il y a six mois. 

Nous sommes en décembre et il affirme que nous n’avons pas payé les loyers d’avril, de mai et de juin !
Je me présente, accompagné de mon épouse au jour et à l’heure indiquée sur la convocation. Mon Land Lord ne se présente pas.

Deuxième convocation, une dizaine de jours plus tard, au même motif.
A l’heure pour la convocation, nous sommes à l’intérieur du Barangay hall où se trouve déjà notre Land Lord et son épouse, en grande discussion avec le Barangay Captain.


Nous nous asseyons et le Captain m’annonce officiellement que mon Land Lord m’accuse de ne pas avoir payé le prix de la location pour les mois d’avril, de mai et de juin de l’année en cours. Ce à quoi je réponds que nous avons bien payé les trois mois en question et que je trouve étonnant que cela soit six mois après les soi-disant faits que le Land Lord vienne réclamer.

Discussion en Chevacano entre l’épouse du Land Lord et le Captain. S’entretenant en Chavacano, la femme du Land Lord pense que ni mon épouse ni moi ne pouvons comprendre. Pas de chance, je parle un peu espagnol et le Chavacano n’est autre que de l’espagnol simplifié, donc je comprends à demi-mots. Elle rentre des Etats-Unis où elle vient de passer un an et en faisant les comptes elle s’est aperçue que les trois mois de loyer manquaient à l’appel.

Le problème, à notre niveau tout du moins, sera rapidement réglé. Je sors de mes documents les trois reçus des mois d’avril, de mai et de juin, signés par le Land Lord et l’affaire est close au niveau du Barangay Captain.

Ce qui s’est passé, c’est que le Land Lord avait une petite amie et qu’il avait détourné quelques fonds ici et là afin de la payer, pensant que comme tous les Philippins nous ne gardions les reçus que quelques mois …
L’épouse du Land Lord vit depuis aux Etats-Unis, le couple est séparé.


Bien entendu, avons loué une autre maison aussi vite que possible, avec également quelques autres petits problèmes que nous avons réglé de la même façon.

L’on vient parfois me chercher lorsqu’il y a un différent entre un étranger et un Philippin, non seulement à Ternate, mais également dans les villes avoisinantes. Je suis devenu une sorte de médiateur … non rémunéré.
Bruit avec des vidéoke, menaces, connexions électriques illégales, etc.


Mabuhay au pays des 7.107 îles.

Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d’habitude sont les bienvenus.


Chaque jeudi de 18 à 20 h, 12 à 14 h  en Europe sur Yahoo Messenger :
Pseudo < dtesteil >

Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.


Prendre sa retraite aux Philippines,
Pourquoi ?
7107 îles, plus de 36.000 kilomètres 
de côtes,des  milliers de plages de sable blanc, 
le soleil toute l’année ; des montagnes qui culminent 
à plus de 3.000 mètres,la jungle, les forêts, 
des paysages grandioses.
Une population chaleureuse et accueillante, 
des tribus colorées.Un excellent service de santé 
à un prix abordable. Le coût de la vie,un des plus bas 
au monde; de nombreux avantages offerts aux retraités,
pas d’impôts ni de taxes.
                           

Plus d'information sur la page ''livres''.


Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,


S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.

Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’



Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’



 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines

Post a Comment