Friday, August 12, 2011

TOUT LA HAUT ... AU NORD !

OU ALLER ?

Là haut, tout au nord de l’archipel des Philippines, au milieu du Babuyan Strait, la province de Batanes, en limite de l’Océan Pacific et de la Mer de Chine.

Dix îles, dix petites îles perdues dans le nord de la grande île de Luzon, dont elles sont séparées par 160 kilomètres.

 Taiwan, la petite Chine se trouvant à moins de 200 kilomètres, encore plus au nord de Batanes.

Aussi bien en termes de surface de terre que de population, il s’agit de la plus petite province des Philippines et seules les quatre plus grandes îles sont habitées. La population totale, recensée en 2007, était de 15.974 habitants répartis sur une surface de 219 kilomètres carrés.




Le langage est différent, les coutumes sont différentes, l’architecture surprend, le climat également, car il y fait nettement plus frais, souvent froid, pour moi tout du moins, en dessous de 25 º C … j’ai froid !
Des rochers, des falaises battues par les flots, lieu privilégié de passage des typhons, ces côtes sauvages font irrémédiablement penser à l’Irlande, l’Irlande sous les tropiques avec une touche de la Terre de Feu du Chili.


Pour se rendre à Basco, la capitale provinciale sur l’île de Batan, deux solutions s’offrent à vous, l’avion à partir de Manille, environ deux heures de vol ou la ‘’banca’’ à partir d’Appari, compter 24 heures de mer.


Le ‘’Yvatan’’, langage parlé par les locaux, est un joyeux mélange de Llocanos, d’Ybanag, d'Itawis et de divers dialectes du coin.


Batanes à un taux de criminalité de zéro. Cela fait des années que personne n’a été emprisonné pour un crime ou même un délit.
Les seules arrestations qui peuvent parfois arriver sont celles de pêcheurs illégaux ou perdus, qu’ils soient d’origines Vietnamienne ou chinoise.

La plupart du temps la police locale ne sait pas très bien quoi faire avec eux et une pièce spéciale est réservée pour ces ‘’cas’’ ; sur la porte est indiqué, en lettres peintes à la main : ‘’Basco Special Facility for Unlawful Immigrant Entry’’.




Le plus étrange Sari-Sari store (épicerie) de tout le pays se trouve à cet endroit … La boutique des ‘’gens honnêtes’’. Il n’y a personne pour vous servir, vous prenez ce que vous voulez et … payez en mettant l’argent dans un container, certainement une ancienne boîte de conserve qui a connu des jours meilleurs.


Il y a des mets à ne pas manquer, le crabe cuit dans son lait de noix de coco, un crabe qui ressemble à nos crabes araignées, les feuilles deTaro (ou Gabi) toujours dans du lait de coco, les homards, qui ressemblent plus à de grosses langoustes, le riz jaune le ‘’Arroz con Pollo’’ espagnol …

La maison traditionnelle Yvatan est construite avec des pierres jointes par de la chaux ou avec du corail, les murs ont une épaisseur de plus d’un mètre, les ouvertures sont minuscules et le toit est recouvert d’une haute herbe qui ressemble à notre chaume. J’ai vu des toits fais de pierres.
Les maisons plus récentes sont souvent, aux trois-quarts, enfouies dans le sol, tout ceci dans le but de se protéger des violents typhons, en moyenne 14 visitent ces îles chaque ann
ée et aucune montagne, aucune terre pour se protéger de leur fureur.


Ces îles possèdent de nombreux et anciens phares qui tous ont leurs histoires, souvent des histoires de naufrages, de navires désemparés, portés par des vagues monstrueuses et qui viennent se fracasser sur leurs côtes escarpées.


Batanes, située au milieu du détroit qui sépare les Philippines de Taiwan, a une position stratégique, ce fût le premier 
territoire philippin attaqué par les Japonais durant la seconde guerre mondiale. Les Américains y avaient une station radar qui guidait les chasseurs et bombardiers durant la guerre du Vietnam, de nos jours la place est toujours une voie de passage maritime très importante.        

Les nombreux récifs qui se trouvent autour de ces îles regorgent de coraux et de vie marine, à certains endroits l’on pourrait penser que l’on nage dans un aquarium ; l’eau y est d’une pureté cristalline et des poissons de toutes sortes, formes et espèces y foisonnent.


Du fait du climat plus frais qui baigne ces îles, l’on y trouve des élevages de moutons (pas uniquement des chèvres), mais aussi de bovidés, des vaches qui ressemblent à nos normandes, d’autres à des hollandaise, les vaches blanches et noires de ‘’Stone et Charden’’ 
(pour les connaisseurs uniquement, chanson à la c..).



Il n’y a pas de voiture sur Batanes … ou si peu, donc pas de taxis. Vous vous déplacez en tricycle ou avec les quelques jeepneys qui sillonnent les rares routes praticables. Pas d’embouteillages, de feux tricolores, la pollution est inconnue, tout du moins elle n’a pas encore fait son apparition.

Batanes a commencé à utiliser des lampes à pétrole il y a vingt ans et l’électricité a fait sa première apparition en 1998 !
Si vous arrivez à Basco vous pouvez vous installer au Brandon’s Resort, qui s’appelait auparavant Pension Ivatan, peut-être aurez-vous, comme moi, la chance de trouver l’ancien nom un peu partout, enseigne, menus, pancartes, indications diverses …

Pas  beaucoup de choix, une poignée d’hôtels et de Guesthouses.
Vous ne pouvez réserver en ligne, pas de confirmation possible, les joindre par téléphone et si c’est OK, quelqu’un vous attendra à la descente de l'unique avion de la journée.

L’attraction journalière, l’avion qui arrive de Manille chaque matin ; ils sont des centaines à venir au spectacle !  Pratiquement toute la ville, y compris le propriétaire de l’hôtel s’il attend des clients, se retrouvent à l’aéroport.

Basco Airport : IATA/BSO – ICAO/RPUO
                        291 ft. AMSL Piste 06/24 1.250 m, asphalte.

En 2008, 25.423 passagers transportés et 716 mouvements.
Contrôleur ATC … la planque !


De l’aéroport au Resort … deux minutes et vous êtes installé en face d’un copieux petit déjeuner. Brandon’s a le seul restaurant de la place … so, Brandon ou rien !
Mais la nourriture est (était ?) de bonne qualité et à des prix corrects.
Attention tout de même que la cuisine est de tendance Yvatan. Pas de MacDo, pas de ham ou Chesseburgers !


Les chambres, sont situées sur une colline qui domine la ville, il vous en coutera une cinquantaine de marches d’effort pour y accéder.



Basco et les îles sont réellement magnifiques … c’est incontestable. La vie y est simple, la beauté de la nature et l’hospitalité de la population y sont magiques.
Un autre monde, une autre époque … pour combien de temps encore ?

Ici,  pas de Hey Joe, du plus simple pêcheur au plus ancien de la place, tous vont vous considérer et vous traiter avec respect, tous vont vous sourire lorsque vous allez les croiser dans la rue

La ville est propre, pas de trace de pollution, une sorte de style de vie idyllique qu’il est difficile de trouver autre part. Se faire des amis ici est naturel, pas forcé, des gens simples qui savent comment se comporter avec leurs voisins et les quelques rares visiteurs qui osent s’aventurer dans ces terres encore inconnues, méconnues … mais pour combien de temps ?  
Batanes est une place spéciale, une fois que les choses auront changé, la magie sera perdue et elle sera perdue à jamais.
Et le changement dans ces îles est pour demain, il y a de nombreux projets de tourisme de masse sur les tables, de Mega-Resorts qui flottent dans les bureaux d’études.

Quelques photos seront des centaines de fois plus explicites que ce que je pourrais écrire durant des décennies.



Visitez ces îles avant qu’elles ne deviennent, comme beaucoup d’autres …
La Réunion, Maurice, les Seychelles, les Maldives, Samui, Sipadan, Boracay, la Guadeloupe, la Martinique, les Saintes, Saint-Barth, Saint-Vincent, la Dominique … et tellement d’autres connues ou moins connues … qui ont toutes perdu … pour moi tout du moins, le charme de leurs tendres années.


Ne vous inquiétez tout de même pas trop pour nous, avec 7.107 îles, avons encore beaucoup à découvrir.
J’en ai encore quelques centaines d’îles … à vous faire découvrir.











Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d’habitude sont les bienvenus.

Retrouvez-moi sur :
Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.


Prendre sa retraite aux Philippines,
Pourquoi ?
7107 îles, plus de 36.000 kilomètres de côtes,
   des  milliers de plages de sable blanc, le soleil toute l’année ;
des montagnes qui culminent à plus de 3.000 mètres,
la jungle, les forêts, des paysages grandioses.

Une population chaleureuse et accueillante, des tribus colorées.
Un excellent service de santé à un prix abordable. Le coût de la vie,
   un des plus bas au monde ; de nombreux avantages offerts aux retraités,
pas d’impôts ni de taxes.

      Rendez-vous sur la page livres pour en savoir plus.




Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,





S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.


Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’



Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’



 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines









Post a Comment