Saturday, June 5, 2010

RESPECTONS LA CULTURE


Comme vous le savez, si vous suivez régulièrement ce blog, j’ai entamé en janvier dernier ma treizième année d’’’expat’’ aux Philippines.

Au fil du temps j’ai été amené à me familiariser avec la culture des philippines, je devrais dire les cultures, mais dans ce post, je ne vais parler que de la culture du philippin traditionnel, celui qui est de religion catholique, qui mange du riz, qui parle anglais plus ou moins bien, qui s’habille d’un jean ou d’un short avec un tee-shirt, en fait la majorité de la population.

Je ne vais pas parler des cultures indigènes, des peuples Moro ou des groupes ethniques du pays qui sont de cultures sensiblement différentes, il en est de même pour la haute société philippine qui peu à peu a perdu ses racines.

Pendant ces années de vie aux Philippines, je me suis de plus en plus habitué et senti plus à l’aise avec la culture locale et les coutumes. Oh, cela prend du temps, aucun doute là-dessus et je ne veux pas dire par là que je me suis assimilé. Non, je fais avec et cela d’autant mieux que je comprends maintenant le pourquoi et le comment de certaines de ces coutumes qui sont partie de la culture du pays.

A l’intérieur de la maison nous vivons plus ou moins comme nous pourrions le faire en France et les règles qui s’appliquent sont à, quelques différences près, les mêmes.


A l’extérieur il en va autrement et ce sont, dans la majorité des cas, les règles philippines qui prévalent, tout du moins je m’efforce de faire en sorte que cela soit respecté par ma famille.

Quand une personne arrive dans ma maison, elle arrive dans la maison d’un Français, quelqu’un qui n’est pas Philippin et elle doit s’attendre à ce que cela soit différent.

Ce n’est pas la maison de Juan Maceda de la Cruz.

Chaque pièce a sa propre fonction, le salon, la salle à manger, les chambres … l’agencement, la décoration, la fonctionnalité, tout est plus ou moins différent. Les heures des repas sont fixes comme l’heure du lever et du coucher.

Du fait de mes nombreux ajustements, j’autorise parfois quelques dérogations au titre de la culture locale. Comme par exemple, la ‘’mérienda du matin et celle de l’après-midi, qui correspondent en gros à notre casse-croûte et aux quatre heures de mon enfance.

Mon style de vie et également quelque peu différent de celui que je pourrais avoir en France. Tout d’abord, le temps, ou la notion du temps, n’a pas l’importance du temps en occident. Il est impossible, ici, d’avoir un planning qui pourra être suivi.


Entre les gens avec qui vous aviez rendez-vous, qui pour une raison ou une autre sont absents, sans vous prévenir bien évidemment, ceux qui sont en retard, ici un retard d’une ou deux heures n’est rien, ceux qui vont vous entretenir de toutes sortes de choses, sauf celles qui vous intéressent réellement, qui vont poser des questions sur votre famille, la vie en France …

Vous aviez prévu une demi-heure pour ce rendez-vous et après deux heures, vous n’avez toujours pas abordé le sujet qui est le motif de votre visite.

Lors de votre arrivée dans des bureaux, privés ou publics, la première chose que l’on va faire c’est de vous proposer un café le matin et une boisson fraiche en après-midi, à chaque fois accompagnés de snacks de différentes sortes.

Et c’est là où je veux en venir, le rapport du Philippin avec la nourriture.

Comme expliqué dans un précédent post, le philippin moyen mange au moins cinq fois par jour et grignote tout le temps. Partout où vous vous rendez aux Philippines, si les gens sont en train de manger, ils vont vous proposer de partager leur repas.

Même s’ils ne vous connaissent pas et qu’ils vous voient passer dans la rue, ils vont vous appeler pour ‘’Kain tayo ‘’.


Si des hommes sont réunis sous un ‘’kobo’’(sorte de petite hutte locale) ou le porche d’une maison pour boire quelques bouteilles d’alcool, ils vont vous inviter pour ‘’one shoot’’ ou plusieurs si vous les connaissez.

La tradition pour boire est quelque peu spéciale. Pour les alcools forts du type rhum, gin ou copies plus ou moins éloignées du ‘’brandy’’, un seul verre est utilisé, un verre qui tourne généralement dans le sens des aiguilles d’une montre.

Votre voisin de droite a terminé son ‘’shoot’’ cul sec, le verre est à vous avec la bouteille. Remplissez votre verre et ‘’tagay’’, cul sec. Un verre d’eau fraiche vous est aussitôt offert pour aider à faire passer l’alcool.

Ce qui fait que dans de nombreuses maisons amies, je disposais de mon propre verre, j'avais pris la précaution d'imposer mon propre verre, celi que j'avais apporté et qi ne servait que pour moi.

C’est également une tradition des Philippines, boire des alcools forts, mais que l’on fait suivre par un verre d’eau fraiche.

Le tout étant, bien évidemment accompagné de ‘’pulutan’’, les snacks locaux.

Installé avec des amis sous un parasol dans votre jardin pour l’apéritif, vous viendrait-il à l’idée d’ héler les passants pour les inviter à se joindre à vous ? Même si vous les connaissez de vue ?

Variantes pour les boissons, la bière que l’on transvase dans un pichet avec de la glace, car la plupart du temps elle n’est pas fraiche et le mélange de gin avec une boisson du type ‘’Tang’’, poudre que l’on dilue dans de l’eau.

Récemment, un de mes amis anglais, fraichement arrivé, faisait construire non loin de là et avait embauché quelques travailleurs locaux. Mon ami étant pressé de terminer sa construction avant les premières pluies, les travailleurs commençaient tôt le matin pour finir tard le soir.

Un jour, en fin de matinée, les travailleurs étant affamés, la femme de ménage leur a fait cuire un peu de riz et du poisson séché. En apprenant cela, mon ami s’est mis dans une colère noire, hurlant qu’il n’avait pas à nourrir ces travailleurs qui n’avaient même pas terminé leur travail, qui étaient en retard sur le planning et qui étaient payés.

Mauvaise réaction, très, très mauvaise réaction. La meilleure réaction pour perdre ses ouvriers et ne jamais en retrouver d’autres.

Si vous avez des employés, vous avez la responsabilité, dans une certaine mesure, de les nourrir.


C’est une partie de la culture philippine, si vous avez un invité, même s’il s’agit d’un ouvrier, vous êtes sensé offrir une boisson et/ou un peu de nourriture. Même s’il ne s’agit que d’un café.

Je vois l’exemple de mon épouse, quand nous sommes à table si quelqu’un se présente à la maison, pour quelque motif que ce soit, les premiers mots sont : « voulez-vous manger avec nous ?».

 Si la réponse est négative, elle va offrir une boisson. Cette coutume est valable quelle que soit la personne qui vient chez vous. Je dois avouer que c’est quelque chose que j’ai difficulté à appliquer.

Vous viendrait-il à l’idée d’inviter à partager votre repas des étrangers tels que la personne qui vient réparer votre internet, le plombier ou l’électricien qui font quelques réparations dans votre maison, la vendeuse de légumes qui est venue vous offrir ses produits ?

Souvenez vous, si vous avez un visiteur dans votre maison, n’oubliez pas de lui offrir une boisson et /ou quelques snacks. S’il est affamé, cela vous coutera juste quelques pesos pour lui donner un peu de nourriture et vous serez par là même plus respecté et cela facilitera grandement votre intégration. Vous aurez également plus d’amis et une vie plus agréable.


Les Philippines offrent le plus grand éventail de choix de coquillages, tous plus beaux les uns que les autres. Intéressé par la Conchology ? Contactez-moi par e-mail : coquillagesdesphilippines@yahoo.com


Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d’habitude sont les bienvenus.


Chaque jeudi de 18 à 20 h, 12 à 14 h  en Europe sur Yahoo Messenger :
Pseudo < dtesteil >

Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.

Prendre sa retraite aux Philippines,
Pourquoi ?
7107 îles, plus de 36.000 kilomètres 
de côtes,des  milliers de plages de sable blanc, 
le soleil toute l’année ; des montagnes qui culminent 
à plus de 3.000 mètres,la jungle, les forêts, 
des paysages grandioses.
Une population chaleureuse et accueillante, 
des tribus colorées.Un excellent service de santé 
à un prix abordable. Le coût de la vie,un des plus bas 
au monde; de nombreux avantages offerts aux retraités,
pas d’impôts ni de taxes.
                           
Plus d'information sur la page ''livres''.


Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,


S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.

Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’



Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’



 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines


Post a Comment