Tuesday, November 10, 2009

MIRINAE, SANTI


Ternate vendredi 30 Octobre 2009, 20H00.

Il commence à pluvioter, temps de rentrer à la maison, deux kilomètres, peut-être trois ou quatre minutes. La nuit est noire, pas un souffle de vent. Une ''Banca'' pétaradante, sans lumière, de retour de la baie, remonte la rivière. Comment font-t-ils pour trouver leur chemin ?

Une voix, amplifiée par un mégaphone, éclate dans le silence recouvré après le passage de la Banca. Le véhicule du ''Barangay de Bucana'' qui passe et informe la population locale que la Province est placée sous alerte No3. Le typhon ''Mirinae'' (nom local Santi) arrive avec des vents de 100 à 180 Km/h. Les personnes qui vivent en bord de mer doivent se préparer à évacuer.

Exceptionnellement l'annonce est faite en Filipino et en Anglais. Clin d'œil à mon ami Allan, sujet de sa Gracieuse Majesté ? Chez lequel je me trouve, et qui ne se sent guère concerné. Son habitation se trouve au flanc d'une colline à au moins 20 mètres au dessus du niveau de la mer.

Sur le chemin du retour je croise quelques familles qui, chargées de leurs maigres effets, évacuent pour un lieu plus en hauteur. Où vont-ils dans le noir ? Savent-ils seulement où ils vont ? Parents, amis, relations ?

L'entraide, principalement parmi les plus pauvres, est quelque chose de naturel aux Philippines. Les récents événements de ces dernières semaines ont montré que certains n'hésitent pas à sacrifier leur vie pour en sauver d'autres.

Ternate, le même jour, 22H00. Il pleut, modérément, mais il pleut. Santi arrive mais toujours pas un souffle de vent.

Le 31 Octobre, 01H00.
La pluie qui crépite sur le toit me réveille. Toujours pas de vent, je me rendors.

A 04H30, le ventilateur s'arrête, coupure d'électricité. ''Meralco'', la compagnie locale d'électricité, par mesure de précaution, stoppe la distribution de courant. Procédure normale au passage d'un typhon. Danger, les moustiques vont attaquer, vont m'attaquer et ils sont particulièrement agressifs.

De 05H00 à 07H00, le vent souffle de plus en plus fort, rafales en provenance du secteur Nord, la pluie redouble. Mais nous avons connu dans le passé des conditions plus sévères. Aujourd'hui le vent ne dépasse pas les 100/120Km/h et la pluie autorise une visibilité horizontale de 300 à 400 mètres.

A partir de 07H00, en quelques minutes, la pluie diminue d'intensité, le plafond remonte, le vent tombe et la luminosité revient. La pluie cesse et les gents sortent retournant à leurs occupations. Erreur, nous sommes dans l'œil du typhon, le vent se remet à souffler en provenance du Sud et c'est à nouveau le déluge.

La pluie cesse totalement vers 10H00, vers 10H30 un petit coin de ciel bleu apparait.

Bien que située en plein sur le passage du centre du typhon, la ville de Ternate n'a pratiquement pas eu à souffrir de ''Mirinae''.

Quelques centaines de bananiers sont couchés, alignés sur le sol, petites branches et débris jonchent les rues.
Une vingtaine de maisons de ''San José'' n'ont plus de toits ni de fenêtres. Ce quartier situé au Nord de la ville, en bordure de la baie de Manille a été victime d'un ''Buhawi'', une sorte de tornade locale.

La catastrophe reste à venir. Elle arrivera en début de soirée sous la forme d'un incendie spectaculaire, en plein centre ville, qui réduira en cendres une quinzaine d'habitations. 
Privés d'électricité, avec la nuit qui tombe, les plus pauvres s'éclairent à la bougie, souvent des bougies de mauvaise qualité qui peuvent facilement mettre le feu, si l'on ne prend pas de précaution. Résultat, quinze maisons sont parties en fumée.


Post a Comment