Saturday, October 10, 2015

SEA TEST .... POUR LA BANGKA ARAIGNÉE !

Ça y est, la chose est faite, la Bangka araignée désormais m’appartient.


L’acte de vente a été signé, la somme convenue payée, ceci devant témoins qui ont contresigné les documents, comme cela se pratique aux Philippines, la vente est donc parfaite…

Il va de soi qu’avant la signature et ma contre proposition d’achat, j’ai demandé un essai en mer, un sea-test dirons nous. Ceci afin de savoir comment se comporte non seulement la barque, mais également son moteur.
La semaine dernière j’ai donc demandé à Pet, mon copain allemand de passer à la maison à 09 h 30.
C’est un spécialiste des moteurs diesel et comme je n’y connais pas grand-chose à ce genre d’engin, je pense qu’il pourrait m’être de quelque utilité.

Pile à l’heure le Pet, il faut dire que je lui ai proposé le petit-déjeuner et comme il est toujours affamé du fait de sa radinerie légendaire… Café, œufs au plat, jus d’orange et une banane pour terminer, le voilà rassasié et plein d’énergie pour le sea-test en Baie de Manille. La mer, il n’aime pas trop le Pet, il faut dire que notre dernière sortie en mer, avec mon ancienne Bangka, ne s’est pas très bien passée pour lui. Du fait d’un fort vent sur la Baie, j’avais replié le ‘’Bimini’’, ce qui fait qu’il a attrapé un coup de soleil. Et le soleil, sa peau claire de teuton n’apprécie  pas spécialement.


Mais cette fois-ci il est paré ; comme les demoiselles asiatiques le Kaiser a apporté sa petite ombrelle !
Discussion avec le toujours propriétaire de la Bangka, auquel je demande de nous emmener à Kayoknog, une anse qui se situe à une quinzaine de kilomètres de Ternate, un secteur que je connais parfaitement.  Je lui donne quelque argent afin d’acheter la gazoline, ou plutôt le diesel, nous montons à bord plus ou moins acrobatiquement et le ‘’Kaiser s’installe sous son ombrelle, à un emplacement qui se situe juste devant le ‘’poste de pilotage’’ et qui forme un siège parfait.

Les amarres sont larguées, Camilo, le toujours propriétaire, fait reculer la Bangka à l’aide d’une longue perche. Il remonte l’ancre et se penche sur le moteur. Pour ce qui est du démarrage du petit diesel, au lanceur à main. Il enroule la corde autour de l’axe moteur sur sa partie avant, tire fortement d’un mouvement ferme et sec sur la corde et… dans un nuage de fumée noire et d’un bruit d’enfer le moteur prend vie, du premier coup et moi, j’évite de respirer pendant plusieurs secondes. 

Va falloir songer à régler l’engin, les nuages de fumées noires je n’aime pas trop, mes poumons encore moins. Du travail en perspective pour le ‘’Kaiser’’.


Nous sommes dans la partie terminale de la rivière, non loin de l’estuaire, un petit kilomètre et il va nous falloir passer entre l’île du Balut  ou Isla de Balot et le centre-ville de Ternate. Les maisons qui se trouvent au bord de l’eau ont toutes un agrandissement, une pièce montée sur pilotis qui avance sur la rivière. La majorité d’entre elles offrent la possibilité d’accéder à cette pièce annexe à partir d’une petite barque.

Il faut suivre le lit de la rivière, car il y a des hauts fonds, des endroits où se sont accumulés débris et alluvions.

Puis il nous faut passer la barre de sable qui bouge en fonction du temps et des saisons ; une certaine connaissance de l’endroit est nécessaire afin de sortir dans des conditions de sécurité maximale.
De plus un rapide calcul me donne un tirant d’eau pour cette Bangka qui devrait avoisiner les soixante centimètres.

Oh, l’arbre mort sur la gauche s’est légèrement déplacé, néanmoins il donne une bonne indication pour l’entrée et la sortie de la rivière. Là attention, des vagues se croisent sur un haut fond, elles atteignent plus d’un mètre et il nous faut passer au large. Puis nous appuyons sur la gauche avec en point de mire la pointe Est de l’île de Corregidor. À la pointe de Bucana, il y a de cela une quinzaine d’années, des digues ont été mises en place.

Sous la force des vagues et des courants ces digues, longues de plusieurs centaines de mètres, se sont disloquées et il faut passer bien au large.

Ça y est, nous sommes sortis de l’estuaire et la hauteur d’eau doit maintenant avoisiner les cinq à six mètres.
Cap à l’Ouest, direct sur la dernière falaise, celle qui nous cache encore l’île du Carabao.


Laissons Bucana sur la Gauche, puis la longue plage Del Rosario et du Ternate Beach Resort, l’anse du Roy Marcus, quelques falaises et nous pouvons contempler la plage en demi lune de Kamandag.

Passons la pointe Est et rocheuse du complexe de Puerto Azul, là où se trouvent de propriétés de luxe, la plage et  les résidences d’Ocean Villas, le quai en partie détruit, la plage du Kaysubic Beach Resort, une corniche escarpée qui s’avance loin en mer, puis une anse profonde où se cache le petit resort du Paniman Beach.

À nouveau une corniche escarpée et étroite s’avançant comme un doigt dans la mer et là, sur notre gauche, l’anse étroite de Kayoknog, également nommée Beck’s plage. C’est ma plage préférée de cette partie de la Baie.


Elle se situe tout au fond d’une anse profonde, bien protégée par de hautes falaises survolées par les aigles pêcheurs qui nichent dans les cimes des arbres de la forêt qui couvrent les hauteurs.
Plage de sable blanc, idéale pour les enfants dans la mesure où l’on y a pied sur plus d’une centaine de mètres et que ce n’est que du sable. De marée basse à mi-marée, ce sont plusieurs terrains de football de sable blanc qui se découvrent.

De plus, mise à part quelques pêcheurs qui viennent parfois y manger ou effectuer quelques réparations, il n’y a personne. Néanmoins, avec une largeur qui doit avoisiner les cinq cents mètres, il devrait y avoir suffisamment de place pour quelques personnes sans avoir à se marcher sur les pieds. Nous y avons passé plusieurs nuits du temps de mes anciennes Bangkas, un temps qui en fait n’est pas si ancien. Nous y avons même passé involontairement une nuit, avec chien et enfants, mais ceci fera certainement l’objet d’un prochain billet.  

Ayant pitié pour le ‘’Kaiser’’, qui se cramponne de la main gauche au mat et qui tient son ombrelle de la main droite, je demande au pilote de faire demi-tour et de mettre le cap sur Ternate. Nous n’accosterons pas aujourd’hui à Kayoknog, mais, croyez-moi, ce n’est que partie remise.


La mer est calme, pas ou peu de vent, par contre le soleil tape, il est onze heures quinze à ma montre.
Pas de mer hachée comme elle l’est souvent dans la Baie, aujourd’hui seules de longues vagues qui nous viennent de la Mer de l’Ouest des Philippines font doucement tanguer la Bangka. Une journée pour capitaine de pédalo. Mer de face à l’aller et dans les fesses au retour.

La Bangka semble stable, bien qu’elle soit encore équipée de ses guirlandes, qui de nuit la font ressembler à un sapin de Noël. La sorte de Cabestan servant remonter les filets se trouvent toujours à bord. Quelques centaines de kilos qui devraient alléger la bête et la faire courir un peu plus vite.

Notre vitesse, selon mon estimation et confirmée par le ‘’Kaiser’’, doit avoisiner les huit à dix nœuds, à savoir quatorze à dix-huit kilomètres heure. Ceci avec un moteur qui doit tourner aux environs de deux mille cinq cents tours, soit aux deux tiers de sa puissance maximale.

Nous repassons Bucana, qui se trouve maintenant sur notre droite, puis l’arbre mort, le lit de la rivière et nous sommes maintenant entre l’île du Balut et la ville. Notre emplacement sur la droite, l’ancre est jetée, le moteur stoppé et nous profitons du silence. En fait le moteur est bruyant pour ceux qui se situent à l’arrière, juste devant celui-ci il nous était possible de converser sans avoir à forcer la voix.


Nous sommes partis à 10 h 30, il est maintenant 11 h 50 et nous estimons la consommation…
Environ 1, 3 litre pour 01 h 20, ce qui nous donne du un litre à l’heure, de plus en diesel !
Bon, excellent, un litre et demi pour Kayoknog, de plus de diesel, en lieu et place de quatre litres d’essence avec mon ancienne Bangka. Disons cinquante pesos de diesel contre cent soixante à deux cents pesos d’essence.

Excellente nouvelle qui ravie le ‘’Kaiser’’, radin (Koripot), comme il en existe peu.

La ‘’Bangka’’ est maintenant en maintenance. Quelques modifications à apporter, comme passavants, indispensables pour moi, changement du blower, mise en place d’un réservoir de diesel conforme, fermetures diverses, réglages du moteur, etc. sans oublier un peu d’Epoxy ici et là et beaucoup de peinture.

À bientôt pour des nouvelles de la’Bangka’’Araignée.   
                                                                               
Pour suivre l’itinéraire de ce ‘’Sea-Test’’ vous pouvez aller sur :
https://www.google.com.ph/maps/place/Ternate,+Cavite/@14.2688781,120.6147359,25048m/data=!3m2!1e3!4b1!4m2!3m1!1s0x33bd88eb3db27623:0xd1c8c9869bcfabec!6m1!1e1

Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d’habitude sont les bienvenus.

Retrouvez-moi sur :
Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.


Prendre sa retraite aux Philippines,
Pourquoi ?
7107 îles, plus de 36.000 kilomètres de côtes,
   des  milliers de plages de sable blanc, le soleil toute l’année ;
des montagnes qui culminent à plus de 3.000 mètres,
la jungle, les forêts, des paysages grandioses.

Une population chaleureuse et accueillante, des tribus colorées.
Un excellent service de santé à un prix abordable. Le coût de la vie,
   un des plus bas au monde ; de nombreux avantages offerts aux retraités,
pas d’impôts ni de taxes.

      Rendez-vous sur la page livres pour en savoir plus.




Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,





S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.


Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’



Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’



 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines



No comments: