Tuesday, June 3, 2014

L'ALIMENTATION ... PLUS SAINE AUX PHILIPPINES ?

Sur le point de terminer l’écriture d’un livre destiné à ceux qui souhaitent prendre leur retraite sur l’archipel, je refaisais le point sur les avantages que nous avons ici, par rapport à ce que nous pouvons trouver en France et plus généralement en Europe.


Il m’est remonté à la mémoire un certain nombre de scandales alimentaires.

L’eau dans les filets de dinde, le cheval dans les lasagnes au bœuf, poulets et œufs à la dioxine, la fièvre aphteuse du mouton, la grippe aviaire ou grippe du poulet, la listeria avec la Panga du Vietnam, E-coli des palourdes de Turquie, lait chinois à la mélanine, le saumon nourrit de cochonneries, puis à nouveau E-coli sur les concombres, les tomates, les salades et les steaks hachés,  les farines animales et l’épisode de la vache folle, et encore…  on ne vous dit certainement pas tout.

L’opacité de l’industrie porcine, mais elle n’est pas la seule, tous ces colorants, ces saveurs artificielles et conservateurs que l’on retrouve un peu partout dans ce que l’on mange dans l’hexagone.

Macdo, qui a pratiquement interdit à ses employés de consommer ses propres produits, où en est-on arrivé ?

Le mauvais comportement des agro-industriels n’est plus à démontrer.
Les pesticides, les herbicides, les engrais, les antibiotiques, les organismes génétiquement modifiés ou OGM, les hormones, les viandes lavées au chlore et tous ces produits chimiques, dont vous n’avez même pas idée, qui se retrouvent dans votre assiette et donc qui vont se retrouver dans votre organisme.

Les grandes industries agroalimentaires, ces multinationales qui monopolisent le marché de l’alimentation n’ont qu’un but, produire plus, donc vendre encore et toujours plus afin de faire encore et toujours plus de profits. Avec des produits de qualité de plus en plus médiocre.


La santé du genre humain, ils n’en ont strictement rien à faire, à la limite ils vont s’entendre avec l’industrie pharmaceutique.  Nous détruisons les organismes et  l’industrie pharmaceutique va se charger de réparer, en partie tout du moins, les dégâts occasionnés.

Cholestérol, diabètes, obésité… parfois provoqués par ce que vous mangez en provenance de l’industrie agroalimentaire et qui va être corrigé, parfois soigné au prix fort par l’industrie pharmaceutique.

Donc, pour résumer, on vous fait avaler de la merde, mais surtout le plus grave, on vous fait avaler des produits qui sont nocifs pour votre organisme. On vous tue à petit feu.

Vous allez me dire qu’il est possible d’acheter des produits bio… oui, c’est vrai, dans une certaine mesure, mais êtes-vous absolument  sûr que ces produits sont réellement bio ? De plus ils sont chers et comme les revenus ont une forte tendance à la baisse !

Donc il ne va bientôt plus rester que les milliardaires qui pourront se nourrir d’une façon correcte,  le peuple lui… pourra crever. Je lisais récemment : ‘’La France a faim et se rabat sur les produits de 2ème et 3ème catégorie’’

Les terres cultivables européennes sont devenues des déserts où plus rien ne pousse sans l’apport de produits chimiques extérieurs. La rentabilité à outrance a rendu nos terres arides.
Il est loin le temps du paysan qui fumait son champ avec le fumier des bovins.

Ce tas de fumier, fait de paille et de bouses, qui grossissait en face de l’étable et qui attirait invariablement la volaille de la ferme.  Volaille  qui grattait et grattait encore, à la recherche de ces petits vers roses qui grouillaient entre paille et bouses. 


Vous devez vous demander où je souhaite en venir ?

Simple, ici aux Philippines, sur l’archipel, la majorité des fruits et légumes que nous achetons n’ont reçu aucun produit chimique ! Les mangues qui ont été données à mes enfants hier  soir par un de mes ‘’Kompadre’’ n’ont reçues aucun traitement. Les tomates, choux, salades et autres légumes qui sont cultivés dans les montagnes des environs, n’ont jamais connu un seul produit chimique.

Je suis d’accord avec vous les, choux fleurs donnent parfois l’impression d’avoir été cultivés à proximité de Tchernobyl. Mains ils sont sains.

Les poissons et calmars, que nous achetons aux pêcheurs lors de leur retour à terre, sont frais, naturels, souvent encore  vivants. Idem en ce qui concerne ceux achetés au marché, plus chers, car ils sont passés par deux intermédiaires, le grossiste qui achète la pêche et la vendeuse à  l’étale. Des produits naturels et qui n’ont pas traîné des heures. 

Les poulets proviennent de quelques petits éleveurs locaux ; ils sont tués dans la nuit, ébouillantés, plumés et se retrouvent au marché aux premières heures de la matinée. Le bœuf que l’on trouve sur l’étale du boucher est de la vachette qui, hier encore, paissait en bordure d’une rizière.

Pas de plats préparés, pas de plats surgelés, pas de rupture de la chaîne du froid, nous savons ce que nous avons dans notre assiette. Parfois nous achetons du thon ou des sardines en boîtes pour faire un sandwich, mais c’est relativement rare ou alors pour les chats. 

Aucun légume en conserve, la sauce et le concentré de tomate sont en emballages plastique, mais généralement nous les préparons nous-mêmes, avec des produits frais. 

Et dans les rizières me direz-vous ?
C’est certain, ils utilisent des pesticides, mais en quantité très limitée, ce qui explique, en partie tout du moins, le faible rendement à l’hectare des rizières philippines.

Mais regardez attentivement ce qui se passe dans ces rizières. Avez-vous vu  ces centaines de canards parqués dans des filets ? Ils mangent les escargots d’eau ainsi que quelques herbes, algues, insectes et vers qui se trouvent dans ces rizières. En échange, leurs déjections fument le terrain à riz. Avez-vous remarqué, lorsque le riz est déjà haut, toutes ces femmes courbées dans les rizières. Elles désherbent, elles enlèvent à la main les mauvaises herbes, un herbicide on ne peut plus naturel.

Pratiquement toutes les études concernant les huiles sont bidonnées, car payées par l’industrie agroalimentaire.

L’huile de coco est certainement une des meilleures huiles que l’on peut trouver sur le marché, mais elle ne rapporte pas suffisamment et l’industrie internationale de l’agroalimentaire n’en a pas le monopole,  aussi a-t-il fallu la discréditer.

Pas de beurre ou très peu, pas de plats en sauce, beaucoup de riz, des produits frais, une alimentation à base de légumes et de fruits, tout cela fait que nous mangeons certainement  plus sainement que la majorité des gens qui vivent en occident.


Donc, aux  avantages déjà connus de vivre sur l’archipel, j’ajouterai  une alimentation plus saine.


Et là, il y a quelques jours, je suis tombé sur une information qui m’a laissé pantois ; de l’huile de moteur dans les huiles destinées à faire des mayonnaises et c’est légalisé (autorisé tout du moins) par Bruxelles.

40.000 tonnes d’huile de tournesol ukrainienne coupée au lubrifiant pour moteur ont été distribuées en Europe, d'après des révélations du «Canard enchaîné». Des produits alimentaires fabriqués à partir de cette huile n’auraient pas été retirées du marché, officiellement «en l’absence de toxicité aiguë»

L'histoire commence le 21 avril quand le groupe Saipol, maison mère des mayonnaises Lesieur, informe la Répression des fraudes que des escrocs leur ont livrés une cargaison de 40.000 tonnes d'huile de tournesol ukrainienne coupées avec 280 tonnes d’huile de moteur.

Dès le 26 avril, des produits sont enlevés des rayons, l’enseigne Carrefour admet par exemple en avoir retiré pas moins de 200. Mais la Répression des fraudes a publié le 7 mai une note très peu rassurante révélée par le «Canard Enchaîné»: «Le blocage des produits ayant moins de 10% d’huile de tournesol contaminée est levé depuis le 2 mai, ceux contenants plus de 10% sont soumis au blocage et retrait».


Autrement dit, les industriels et les distributeurs peuvent continuer à vendre les produits contaminés, tant qu’ils contiennent moins de 10% d’huile contaminée. Motif invoqué par la Répression des fraudes: «l’absence de toxicité aiguë». La Commission européenne, qui est à l’origine de la décision, explique au «Canard enchaîné» que l’huile de moteur incriminée n’est pas si dangereuse que ça: un homme de 60 kg peut en ingurgiter jusqu’à 1,2 gramme par jour sans risque. Pas sûr que les consommateurs européens soient rassurés.


Quelques autres informations au sujet de la nourriture future que vous pourriez, que vous allez, pouvoir bientôt déguster : des œufs qui ne proviendraient pas de poules, mais qui seraient reconstitués, idem pour les viandes  et l’on parle de produits alimentaires qui seraient fabriqués par des photocopieuses 3D !

Tout cela au nom du profit, au nom du profit exclusif de ces multinationales, principalement américaines, nous allons y arriver, tout du moins vous allez y arriver, à manger des Soylen.

Si vous vivez aux Philippines vous avez également la possibilité de faire un petit jardin potager  pour y cultiver vos légumes. La très grande majorité des arbres fruitiers ne sont pas traités ici. Un bananier donne un régime au bout d’un an et tout pousse, de plus tout au long de l’année.

Mais n’achetez jamais des produits de Dôle ou de Del Monte, ces grandes multinationales qui sont principalement installées dans le sud du pays.

J’avais déjà abordé ce sujet, mais sous une forme un peu différente, dans les billets :




Qu'en pensez-vous ?


Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d’habitude sont les bienvenus.


www.touretvoyagesauxphilippines.blogspot.com

Chaque jeudi de 18 à 20 h, 12 à 14 h  en Europe sur Yahoo Messenger :
Pseudo < dtesteil >

Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.


Prendre sa retraite aux Philippines,
Pourquoi ?
7107 îles, plus de 36.000 kilomètres 
de côtes,des  milliers de plages de sable blanc, 
le soleil toute l’année ; des montagnes qui culminent 
à plus de 3.000 mètres,la jungle, les forêts, 
des paysages grandioses.
Une population chaleureuse et accueillante, 
des tribus colorées.Un excellent service de santé 
à un prix abordable. Le coût de la vie,un des plus bas 
au monde; de nombreux avantages offerts aux retraités,
pas d’impôts ni de taxes.
                           

Plus d'information sur la page ''livres''.


Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,


S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.

Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’



Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’



 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines




1 comment:

Jean Moirano said...

Bonjour et merci beaucoup pour cette article très intéressant sur un sujet o combien important!
Jean.