Tuesday, February 14, 2012

FAUSSES IDÉES ... ET IDÉES FAUSSES !

Il y a un certain nombre d’affirmations dans le domaine des affaires, de l’investissement et de l’économie des Philippines sur lesquelles je souhaiterais revenir plus en détail.

Ceci afin de rectifier certaines erreurs par trop souvent commises du fait d’une mauvaise connaissance du pays ou d’une incompréhension des informations et des chiffres diffusés ici ou là !

Peut-être cela pourra-t-il servir à ceux qui voudraient nous rejoindre et qui hésitent encore, du fait d’informations erronées ou d’idées fausses qui sont largement répandues par les médias.

Premièrement les Philippines sont un pays pauvre ! Vrai ou faux ?
La vérité est que l’économie des Philippines se place en 46ème   position de l’ensemble des économies mondiales, ce qui la met pratiquement dans le premier quart des plus fortes économies. A la queue de ce premier quart, je vous le concède, mais tout de même.

Le budget du Gouvernement, en milliards de US$ pour 2011, se répartissait ainsi (pour les principaux postes) :

-  Education, le plus gros poste et de loin         4, 573                             30,86 %   du budget,
-  Travaux publics et routes                               2, 439                             16,46 %        
-  La Défense                                                     2,309                              15, 58 %        
-  Intérieur et Gouvernements locaux                1, 945                             13, 13 %       
-  Agriculture                                                      0, 832                               5, 61 %                             -  Affaires sociales                                             0, 756                               5, 11 %      
-  Santé                                                              0, 734                               4, 96 %      
-  Transport et Communications                        0, 712                               4, 81 %      
-  Universités et Collèges                                   0, 516                               3, 48 %   
   
Donc, comme vous pouvez le constater, le gouvernement  a de l’argent.

Je suis d’accord avec vous il y a de la corruption et l’argent n’est pas toujours au mieux utilisé, mais il est là et il est dépensé dans l’économie locale.

La croissance de l’économie en 2010, les derniers chiffres disponibles, a été de 7, 6 %.
Nous sommes loin des croissances affichées par les pays d’Europe ou par les Etats-Unis durant la même période !

Je suis d’accord avec vous, il y a un niveau important de pauvreté aux Philippines, mais c’est plus un problème de répartition de la richesse qu’un manque de richesse.

Il y a de la pauvreté c’est indéniable, nous le constatons tous les jours et je ne l’ai jamais caché, le dénonçant souvent ; Mais il y a aussi de l’argent !

Toujours en 2010, le PIB per capita était de $ 2.310.
Maintenant, si l’on tient compte de l’équivalent en terme de pouvoir d’achat, ce même PIB per capita grimpe de près de 25 % à $ 3.737.

Un peso fort, une économie en relativement bonne santé, des fondamentaux qui tiennent la route font que : oui, les gens d’ici ont des revenus nettement inférieurs à ceux des Européens ou des Américains, mais leurs revenus augmentent rapidement et régulièrement.


Les Philippines un pays pauvre ?
Je réponds faux !

Rien n’est fabriqué aux Philippines, il n’y a pas d’usines !

L’économie philippine est encore à plus de 30 % basée sur l’agriculture ;
Néanmoins, ces deux dernières décennies ont vu ce secteur fortement chuter (en pourcentage) dans l’économie locale, passant de plus de 50 % à un peu plus de 30 % de nos jours et toujours en déclin.

Ce qui ne veut pas dire que le pays produit moins, en termes de quantité,  de produits agricoles. Cela veut dire que certains secteurs de l’économie progressent plus vite que lui.

Les services, mais également le secteur manufacturier, plus particulièrement les pièces détachées automobiles, les composants électroniques et les circuits intégrés.

Honda, Ford, Mitsubishi, Isuzu, Intel, Texas Instrument, Nokia, Ericson … toutes ces sociétés ont des usines de fabrication dans le pays.

Les Philippines sont le premier fabriquant au monde de câblages pour les systèmes de freinage, le second fabriquant mondial de microprocesseurs.
Le secteur économique philippin subit un profond changement, le pays passant rapidement d’une économie dominée par l’agriculture à une économie industrialisée.

Donc c’est faux, les Philippines s’industrialisent rapidement.

Les étrangers ne peuvent pas posséder de business ici.
La vérité est entre les deux, vrai et faux.

Il y a sur le net de nombreuses personnes qui régulièrement se plaignent de ne pouvoir monter leur affaire aux pays des 7.107 îles et là je pense qu’il y a confusion.

Ce sont des personnes qui parlent uniquement de petites affaires, pas de multinationales ou de compagnies capables de largement investir dans le pays.


Oui, les Philippines n’encouragent pas l’ouverture de petites affaires par des étrangers, le pays n’est pas intéressé par vos € 7.000 ou 8.000 en investissement.

Ce qui est recherché et attendu ce sont des investissements supérieurs à €150.000 ($ 500.000 par le passé) et qui emploient plus de 50 travailleurs. Dans ce cas la loi prévoit de très sérieux avantages et la possibilité pour les étrangers d’être à 100 % propriétaires de leurs sociétés.

Les petits, voire tout petits business, possédés  par des étrangers sont considérés comme volant des opportunités aux Philippins. Peut être allez-vous employer une ou plusieurs personnes, mais en tant que propriétaire étranger d’une petite affaire, vous allez automatiquement entrer en compétition avec les locaux.

De plus il y a tellement d’étrangers qui manquent d’idées, qu’au départ nombreux sont ceux qui se lancent dans les secteurs suivants : Sari-sari stores, mini restaurants, jeepneys, internet cafés … un manque total d’imagination. Et dans ces secteurs vous entrez automatiquement en compétition avec les locaux et ils risquent de ne pas vous faire de cadeaux.

De plus ce genre de business ne génère que de petits bénéfices et n’apporte absolument rien à l’économie locale. Donc la majorité des étrangers qui se plaignent de ne pas pouvoir posséder leur propre business aux Philippines ne parlent que de toutes petites affaires, en général un complément à une retraite qui est un peu juste.


D’un autre côté, des compagnies comme Intel qui emploient des milliers de personnes et qui exportent la quasi-totalité de leurs productions sont les bienvenues. Ce type d’investissement est très bien vu et le Département du Commerce et de l’Industrie (DTI) a mis en place de nombreux programmes afin d’encourager ce genre d’investissement.

Les investissements directs dans le secteur manufacturier se sont élevés à php 121,8 milliards en 2009, dont php 26 milliards dans les services et la finance, principalement dans les Call Centers et les entreprises de BPO.

Pour les petites entreprises il y a des exceptions et certaines peuvent bénéficier d’avantages accordés par le gouvernement philippin ; a la condition d’utiliser une technologie de pointe ou d’exporter la production à plus de 70 %. 
La plupart de ces entreprises doivent être situées dans les Zones Economiques spéciales pour bénéficier de certains avantages comme exemption de taxes, entrée des équipements et des matières premières en Duty Free, etc.

La liste du DTI fait plus de 80 pages, c’est relativement complexe, cela demande une bonne connaissance des procédures locales et pas mal de recherches.

Donc vrai et faux, mais ne vous attendez pas à une aide du gouvernement pour monter votre Sari-sari store sous le nom de votre épouse,  par contre si vous vous décidez à vous lancer dans la fabrication de confiture de mangue et que vous exportez à plus de 70 % …


Les Philippines sont plus un pays importateur qu’un pays exportateur !
La vérité est qu’il y a un déficit de la balance commerciale, mais il est petit.

Si l’on reprend les chiffres de 2009, les Philippines ont exporté US$ 37,9 milliards de marchandises et ont importé pour  $ 45,4 milliards. Donc un déficit de la balance commerciale de US$ 7,5 milliards. En 2010 il n’était plus que de US$ 804 millions.

Les principaux postes d’importation concernent l’énergie (pétrole), des produits finis de consommation, des véhicules et de l’électronique.

Dans l’ordre, les exportations ont été les suivantes : des composants électroniques, des pièces automobiles, du cuivre, du textile, du coprah et des fruits.

Un point particulier sur lequel j’aimerais insister, les OFW.
Je considère que le premier poste d’exportation des Philippines est sa main d’œuvre, ces 12 millions de OFW, ces 12 millions de Philippins qui travaillent à l’étranger.

Quels sont les principaux secteurs dans lesquels les étrangers investissent ?
- Fabrication industrielle 84,5 %,
- Finance et immobilier 6,5 %,
- Secteur de l’eau, adduction, distribution … 3,1 %,
- Agriculture 2,7 %.

Les importations philippines proviennent des Etats-Unis et du Japon (12 % pour chacun de ces pays), de la Chine, de Singapour et de l’Europe (9 % chacun), Taïwan 5 %.
Où vont les exportations : principalement sur le Japon et les Etats-Unis (34 %), presque 8 % sur la Chine, 7 % pour Hong Kong.


Donc un pays plus importateur qu’exportateur ?
Pas vraiment, surtout si l’on tient compte des OFW.


L’économie philippine repose sur l’aide internationale !

C’est incorrect. Si des Agences comme le PAM, l’USAID interviennent aux Philippines, elles le font dans le cadre de projets spécifiques.

La dette extérieure est de l’ordre de US$ 60 milliards, un modeste 32 % du GDP.
Pas parfait, mais nous sommes loin des chiffres annoncés par :
- Les USA, plus de 100 %,
- L’Union Européenne, plus de 85 %,
- La Russie, 33 %,
- L’Australie, 95 %,
- La Chine 7 %.


Le tourisme sera le secteur qui va sauver les Philippines !

J’ai déjà eu la possibilité d’en parler dans de nombreux postes.
Le tourisme peut effectivement apporter un plus à la condition qu’il ‘’explose’’ dans les prochaines années. Sans atteindre les sommets du tourisme en Malaisie, une arrivée annuelle d’une dizaine de millions de touristes pourrait drainer une dizaine de milliards dans l’économie locale, à comparer aux malheureux 2,5 à 3 milliards générés à ce jour. 

Surtout le secteur pourrait contribuer au développement d’infrastructures locales, dans des endroits qui en manquent cruellement à ce jour.

Faux, car ce n’est pas du jour au lendemain que le pays va attirer les 20 à 25 millions de touristes nécessaire pour avoir un tel impacte sur l’économie. Un Tour Opérateur demande deux à trois ans pour inscrire un nouveau circuit dans ses programmes.


Les travailleurs Philippins sont moins productifs et ont besoin d’être encadrés !

Une des premières raisons qui font que les investisseurs étrangers choisissent les Philippines est la présence de travailleurs formés et qualifiés et qui pour la plupart parlent correctement l’anglais. De plus, les salaires sont relativement bas.

L’inflation, le Yuan qui devrait continuer à s’apprécier par rapport aux autres grandes monnaies, les augmentations incessantes de salaires, sans vouloir entrer dans les problèmes des tracasseries administratives, font que la Chine perd peu à peu de sa compétitivité, donc de son attractivité.

Les Philippines une alternative à la Chine ?
Très certainement dans un proche avenir.


Le taux de chômage est très important !

Si les Philippines disposaient d’un système de protection sociale du type de celui qui existe dans les pays occidentaux, le calcul du nombre de chômeurs devrait avoisiner les 50 % des personnes en âge de travailler.

Cela ne devrait pas être si difficile à calculer :
Nombre de personnes en âge de travailler moins ceux qui ont un contrat de travail.
Pas de protection, pas de pôle emploi, pas d’indemnisations, pas de couverture maladie …

Une économie souterraine très importante, une sorte de soupape de sécurité qui permet d’absorber ceux qui n’ont pas de travail fixe. Un jour maçon, le lendemain charpentier, deux ou trois jours de travail par semaine, quelques tours dans la forêt pour faire du bois et l’on verra quoi faire la semaine prochaine.

Nombreux sont ceux qui ne courent pas après le travail.

Pour certain une économie de survie, mais fort heureusement le travail au noir n’est pas réprimandé.

La TVA locale est de 12 %, elle a été augmentée de deux points il y a quelques années, mais elle ne s’applique qu’au fabriquant, pas aux petits distributeurs. Donc lorsque vous achetez au détail quelque chose que vous payez 100, compte tenu et en fonction du circuit de distribution la TVA (VAT ici) réellement payée est peut-être de 7 pesos, pas de 12 !


L’inflation est galopante !

Effectivement l’année 2008 a été particulièrement difficile, le taux d’inflation s’est approché et à même temporairement (septembre / octobre) dépassé les 10 %.
Elle s’est située entre 3,5 et 4 % en 2010 et a été de 4 % en 2011.
Compte tenu des taux de croissance affichés, la chose est encore jouable.

Donc, l’inflation n’est pas vraiment galopante et elle doit être relativisée.


L’économie locale bénéficie des dépenses des expatriés qui vivent aux Philippines !

Selon une étude de l’ADB (l’Asian Development Bank) il y avait 374.000 étrangers qui vivaient aux Philippines en 2009 en tant qu’’’expats officiels’’.

Ils se répartissaient ainsi :
- Chinois, 40.300,
- Américains, 17.400,
- Indiens, 14.100,
- Coréens, 11.900 plus 8.000 étudiants,
- 300.000 ‘’autres’’.

Ce qui représente moins  de 0.5 % de la population locale.

A ces derniers il faudrait ajouter quelques 100.000 illégaux chinois et 100.000 illégaux taïwanais. Même en comptabilisant les personnes qui résident sur un visa de tourisme, certains sont valables un an, nous sommes loin d’un pour cent d’étrangers vivant aux Philippines.

Donc très loin de la masse considérée comme critique de 5 %, la masse à laquelle il peut y avoir un début de problème d’intégration au sein des populations locales.

Ne tenons pas compte des illégaux qui sont certainement plus ici pour gagner leur vie que pour dépenser des devises et un rapide calcul pourrait nous donner ce qu’apportent les expats à l’économie du pays.

Prenons une moyenne mensuelle des dépenses d’un expat à US$ 1.000, certains ont plus, d’autres moins … c’est approché, afin de se donner une idée.

374.000 expats qui dépensent US$ 1.000 par mois que nous multiplions par 12 : nous atteignons le total de US$ 4,448 milliards, ce qui est loin d’être négligeable.

C’est un chiffre à comparer avec les 2,5 à 3 milliards dépensés par les touristes.
Mais il faut tenir compte également du fait que de nombreux expats sont classés dans la catégorie touristes et qu’il y a les Balikbayan.

C’est également un chiffre à comparer aux php 121,8 milliards (US$ 2,7 milliards) d’investissement direct, le Foreign Direct Investment (FDI).

Donc l’apport des étrangers qui vivent aux Philippines dans l’économie locale est loin d’être négligeable.

D’après les dernières projections effectuées par quelques banques et institutions financières, les Philippines devraient être la 15ème ou 16ème économie mondiale d’ici l’an 2050 !

Récemment un américain me disait :

« Mon business aux USA était de fabriquer ».
« Il y a plus de dix ans, il m’a fallu tout cesser et transférer toutes mes activités en Chine, pas le choix, c’était cela ou mourir. Mon travail maintenant consiste plus à importer et à faire le grossiste, car 100 % des importations sont en provenance de Chine ».

« Les récents développements dans ce pays, monnaie, salaires et inflation m’obligent aujourd’hui à songer à de nouvelles options ».
De plus en Chine il y a un manque de contrôle de qualité et les délais ne sont jamais tenus, sans vouloir entrer dans les problèmes de corruption qui sont récurrents.

Donc cette connaissance américaine songe très sérieusement à délocaliser de nouveau.
Et à quel pays songe-t-il d’après vous ?
De plus cent pour cent de sa fabrication est exportée !



Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d’habitude sont les bienvenus.

 Retrouvez-moi sur : 
<  www.maretraiteauxphilippines.blogspot.com  >


Mon petit livre101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 


Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’




OFFREZ-LUI UN CADEAU !
Ce qui est fortement apprécié en ce moment :
Load pour son cellphone, P300 / P600 / P900 / P1.500 …
En Smart, Globe ou Sun Cellular
Elle peut ainsi vous parler pendant des dizaines de minutes et envoyer des centaines de messages,
Connexion Internet prépayée.
Consultez la page ‘’Offrez-lui un cadeau’’ !



  EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

  Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines



Post a Comment