Monday, July 4, 2011

PAS ASSEZ ... TROP !


De quoi allons-nous parler aujourd’hui ? Des Nurse, en français des infirmières. C’est un sujet important aux Philippines et je vais essayer de vous expliquer pourquoi.

Les qualifications des infirmières philippines sont reconnues dans la plupart des pays développés et nombreuses sont celles qui exercent à l’étranger.


Fin des années 90, début des années 2000, pénurie de nurses dans le monde entier et l’on puise dans les nurses qualifiées, l’on forme à tout de bras de nouvelles infirmières, tout ceci aux Philippines. 


De nombreux docteurs qualifiés, mais dont les diplômes ne sont pas reconnus à l’étranger, passent leurs diplômes d’infirmier afin de se faire recruter à l’étranger où les salaires sont dix fois supérieurs à ceux qu’ils peuvent espérer percevoir aux Philippines.


Début des années 2000, toutes les jeunes filles qui terminent leurs études souhaitent devenir infirmières, les écoles poussent comme des champignons de Paris. Il y a durant cette période un manque chronique d’infirmières et de docteurs dans les hôpitaux et cliniques aux Philippines

La qualité des soins s’en ressent.

Regardons maintenant quelle est la situation en 2011.
Si vous pensez que la situation de l’emploi est mauvaise pour les jeunes diplômés européens et nord-américains, regardez ce qui se passe pour les jeunes infirmières philippines récemment diplômées.


Fin des années 90 il y avait moins de 180 écoles d’infirmières accréditées par la ‘’Commission of Higher Education’’ aux Philippines (CHED). En 2003 ce nombre était passé à 231, aujourd’hui nous en sommes à 491 et de nouvelles constructions sont en cours ! Le phénomène du Xerox Copy, encore et toujours le phénomène du Xerox Copy. 

Cela pousse comme des MacDo, mais ne nous faisons pas d’illusions, l’avenir est plus qu’incertain pour les 410.000 infirmières récemment diplômées et les dizaines de milliers d’autres infirmières diplômées et sans emploi.


Ce qui est également choquant c’est que 50 % de ces écoles accréditées par le CHED sont reconnues comme étant sous performantes et selon le Philippine Nursing Licensure Exam (PNLE), seulement 35,25 % de tous les candidats ont réussi leur examen en décembre 2010.

Ce qui veut dire que plus de 700.000 étudiants se trouvaient en dernière année d’école d’infirmière. Totalement irresponsable, uniquement du business, gagner rapidement et facilement de l’argent sur le dos d’étudiants qui vont se saigner pour payer leurs études. 


Sans savoir s’ils vont même obtenir leurs diplômes (mauvaise qualité de l’enseignement) et encore moins certain de trouver un emploi. Du bétail, des veaux que l’on engraisse avant que de les mener à l’abattoir. Une catastrophe ! C’est bien le Gouvernement qui est responsable de cette situation dramatique, il y a fort à parier que certains ont touché pour l’accréditation de certaines écoles qui n’avaient pas le niveau.


Pour celles qui ont leur diplôme en poche, la chance d’être embauchée comme infirmière n’a jamais été aussi mince, il y a une surpopulation d’infirmières et quasiment aucune place à pourvoir, ou si peu.

De plus le manque d’une éducation de qualité qui existe dans de nombreuses écoles d’infirmières, fait que la plupart de ces nouvelles diplômées se demandent si elles vont avoir la chance de trouver un emploi qui sera payé.


Il n’en a pas été toujours ainsi.

Pendant des années les Philippines ont été reconnues comme le pays formant les meilleures infirmières au monde.
C’est la raison première pour laquelle de si nombreuses infirmières philippines ont été recrutées pour travailler aux Etats-Unis, au Canada, au Royaume Uni, etc.


De nos jours, la majorité des récentes diplômées aussi bien que des infirmières confirmées se trouvent embarquées dans une féroce bataille pour tenter d’occuper un des quelques rares postes qui se présentent.


Les possibilités sur Metro Manille sont devenues si rare que la plupart vont partir à la pêche d’un emploi dans les provinces les plus reculées où quelques opportunités peuvent encore se présenter.



La plupart des étudiantes qui  ont fait le choix de devenir infirmière ne l’ont pas fait par amour du métier, mais pour avoir l’opportunité d’aller travailler à l’étranger. Les ‘’Pinays’’ choisissent de devenir infirmière pour aller travailler à l’étranger.


Depuis 2003, ce sont 130.700 infirmières qualifiées qui sont parties travailler à l’étranger. Les qualifications pour ces emplois ne demandent pas seulement le PNLE (NCLEX pour les Etats-Unis), mais avant de postuler  pour un poste à l’étranger, le ou la candidate, infirmier ou infirmière diplômés et enregistrés, doivent avoir exercé aux Philippines pendant aux moins deux années consécutives, ceci étant imposé par le Gouvernement philippin. 

Pour ces nouveaux arrivants sur le marché du travail, non seulement le manque d’emplois est une difficulté, mais vient s’ajouter un autre facteur, les nombreux docteurs diplômés qui passent le diplôme d’infirmier et qui viennent rafler les rares opportunités qui se présentent.

Résultat, de nombreuses infirmières enregistrées ont décidé d’abandonner leur carrière d’infirmière ou essaient de trouver un autre emploi pour partir à l’étranger, un secteur où les deux ans d’exercice ne sont pas obligatoires.
Malgré cela, le rêve de devenir infirmière ne s’est pas brisé et cela n’a pas stoppé un nombre substantiel de jeunes diplômées d’essayer de tourner le système en devenant infirmières volontaires pour un pourboire.

Depuis 2008 cette pratique est devenue si courante qu’aucune nurse ne peut se faire embaucher directement par un hôpital sans avoir à passer par un ‘’entrainement volontaire’’. Même si le volontaire act de 2007 interdit cette pratique, la majorité des hôpitaux semblent ignorer cette loi et passent outre.


Ces infirmières, qui sont en formation, ne devraient travailler que de jour, huit heures au maximum et sous la responsabilité d’une infirmière chef. Ce qui la plupart du temps n’est pas vrai, car elles travaillent en équipes, aussi bien de jour que de nuit.
Certains hôpitaux vont même jusqu’à faire signer à ces infirmières stagiaires un contrat qui va déterminer les relations salarié employeur. Très souvent pas de salaire et entièrement responsables de leurs actes.


Une telle pratique est non seulement contre-productive, mais elle peut également mettre en danger la vie des patients.

Même si la possibilité d’avoir les deux ans de qualification complémentaires tend à s’éloigner, il y en a qui continuent à y croire et qui s’accrochent, refusant d’abandonner leur rêve d’une vie meilleure.



A celles là, je souhaite mes meilleurs vœux de réussite et que leurs rêves deviennent réalité.


Le 7 juin 2013, les autorité philippines ont fermé 218 des 491 écoles de formation d'infirmières. Trop, c'est trop !


Expériences, critiques et commentaires, sont comme d’habitude les bienvenus.   



Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d’habitude sont les bienvenus.


Chaque jeudi de 18 à 20 h, 12 à 14 h  en Europe sur Yahoo Messenger :
Pseudo < dtesteil737 >

Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.


Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,





S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.


Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’





Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’




 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines


Post a Comment