Sunday, November 1, 2015

CELA A COMMENCÉ IL Y A UNE PETITE SEMAINE ...


Cela a commencé il y a une petite semaine, tout doucement sous le chaud soleil philippin.

Quelques membres d’une même famille, des personnes âgées, des ouvriers, souvent occasionnels, des gamins venus gagner un peu d’argent de poche. 

                                                    (encore un peu de peinture ici et là)

Et tout ce beau monde arrive en motocyclettes, scooters, tricycles, plus rarement en voitures particulières ou en taxis et tous sont équipés de balais, de seaux, de truelles, de pots de peintures et de pinceaux, de brosses, etc. Parfois un tricycle chargé d’un sac de ciment,  de fers à béton et de quelques parpaings vient décharger le tout devant le cimetière ; une réparation plus importante s’avère nécessaire.

Eh oui, nous sommes à quelques jours de la « All Saints Day » et de la « All Souls Day », les premiers et deuxièmes jours du mois de novembre. En fait, si la ‘’All Saint Day’’, qui correspond chez nous à la Toussaint, devrait être réservé aux Saints et la ‘’All Souls Day’’ au souvenir des personnes défuntes, un peu comme en France, les gens ici ont tendance à mélanger les deux.

Dans la semaine qui précède ces deux événements c’est un ballet incessant, les gens rentrent et sortent du cimetière, tous très affairés.

Il faut nettoyer et Dieu sait si le pays est poussiéreux, arracher les mauvaises herbes,  sous notre climat elles poussent à une vitesse folle, rafraichir les peintures, le soleil est impitoyable, passer les fleurs artificielles sous l’eau de la pompe qui se situe à l’extérieur, peut être refaire un mur, réparer une toiture, changer une grille.
Nombreuses sont les dernières demeures des défunts qui ressemblent à de véritables petites maisons, des sortes de mausolées diront nous ; non pas de simples caveaux ou des tombes, de véritables petites maisons ou les disparus pourront se sentir comme chez eux, bien abrité des typhons qui frappent régulièrement l’archipel.

                                                                   (presque terminé)

Tout doit être prêt pour le 31 octobre.
L’activité va crescendo tout au long de la semaine qui précède et puis c’est le calme avant la tempête.
Tout ou presque est terminé.

Les agents de la municipalité viennent installer des tentes qui serviront à abriter la police, les secouristes et les employés municipaux chargés de renseigner les visiteurs.

Alors que généralement la rue philippine s’éveille aux environs de quatre heures et demie, aujourd’hui aucune activité avant six heures trente. Trois policiers, dont deux femmes viennent s’installer sous une des tentes, bientôt rejoints par les membres de l’équipe médicale dont l’ambulance est garée à proximité.
 Étonnant comme le corps de la Police s’est féminisé ces dernières années, le chef de la Police de Ternate est même une femme… ou presque.

Une équipe spéciale de la Police, venue d’Indang, patrouille aux abords du cimetière. Le risque terroriste, islamique, bien que minime, existe toujours. Je présume qu’il doit même y avoir quelques inspecteurs en civil mélangés à la foule.

                                                           (première tente installée)

08 h 00
La rue du cimetière est transformée en rue à sens unique, des policiers en tenue font respecter la circulation avec l’aide  des ‘’Tanods’’ du Barangay. Les embouteillages bloquent la petite rue, les policiers, ils sont maintenant cinq en tenue, n’interviennent pas, le genre bon enfant ils laissent faire. Le soleil disparait sous une couche nuageuse d’altitude.   

Les familles commencent à arriver, chargées de victuailles, de boissons, parfois de fleurs ; certaines ont des tentes, des tables et chaises pliantes, voire des DVD portables et de quoi écouter de la musique. 

Nombreuses sont celles qui vont passer la nuit sur la tombe ou dans le mausolée. C’est la fête, la fête des morts, mais surtout celle des vivants, quelque chose entre la kermesse et la réunion de scouts. L’on va manger, les BBQ sont très appréciés, boire, souvent des boissons alcoolisées, chanter, danser et bien s’amuser, parfois en parlant des défunts, parfois en parlant aux défunts. Les enfants jouent entre et sur les tombes, pour les parents, après le BBQ, le Tanduay, l’Imperador et les bières San Miguel, se sera une petite sieste bien méritée au milieu des cadavres, des dépouilles et des macchabées.

C’est très festif, joyeux, pas du tout triste, aucun pessimisme, comme tout ce qui entoure la mort sur l’archipel. 

                                                               (enfants sur une tombe)

La mort, un passage obligé… mais il y a l’au-delà, donc aucune inquiétude à avoir pour ce peuple majoritairement catholique. Néanmoins, j’ai comme l’impression qu’il y a de moins en moins de monde au file des ans qui vient célébrer ses morts.

Les tribus philippines ont souvent, tout du moins avaient, des rites quelque peu différents pour enterrer et conserver leurs morts : dans des grottes très sèches, ce qui fait que les dépouilles se transformaient en momies ; dans des cercueils faits de troncs d’arbres évidés que l’on suspendait le long de falaises escarpées (Sagada) ; installés sur de hautes chaises et que l’on conservait à la maison, avec la fumée qui régnait en permanence, le défunt était comme fumé… attention de bien attacher ces derniers avec des cordes sur leurs chaises, autrement risque de chute.

                                             (Ici la Police c'est cool, même les forces spéciales)

Mon épouse, de religion catholique, n’a aucun membre de sa famille d’enterré à Ternate, car elle est originaire de Davao. Néanmoins, ce soir, comme elle le fait chaque année, elle honorera ses ancêtre en leurs faisant des offrandes. De petites assiettes, remplies de nourritures diverses, seront installées sur le devant de la maison et plusieurs cierges brûleront toute la nuit. Il faut toujours rester en bons termes avec vos défunts, autrement ils pourraient venir vous tourmenter.

                                                       (toujours aussi cool et souriants)  

À tous je vous souhaite de passer une merveilleuse ’’Toussaint’’, une Toussaint à la ‘’Philippines’’.

Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d’habitude sont les bienvenus.

Retrouvez-moi sur :
Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.


Prendre sa retraite aux Philippines,
Pourquoi ?
7107 îles, plus de 36.000 kilomètres de côtes,
   des  milliers de plages de sable blanc, le soleil toute l’année ;
des montagnes qui culminent à plus de 3.000 mètres,
la jungle, les forêts, des paysages grandioses.

Une population chaleureuse et accueillante, des tribus colorées.
Un excellent service de santé à un prix abordable. Le coût de la vie,
   un des plus bas au monde ; de nombreux avantages offerts aux retraités,
pas d’impôts ni de taxes.

      Rendez-vous sur la page livres pour en savoir plus.




Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,





S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.


Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’



Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’



 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines








No comments: