Monday, June 11, 2012

EMPLOI, CHOMAGE ... AUX PHILIPPINES !


Il y a quelques semaines, j’ai pris connaissance d’une étude réalisée par le Social Weather Stations (SWS) et qui portait sur les personnes sans emploi durant les quatre premiers mois de l’année 2012.

Si l’on peut estimer que l’on se rapproche peu à peu des chiffres que j’annonce, l’on se trouve encore et toujours très éloigné des statistiques officielles.

Le SWS annonce en préambule : au moins 13,8 millions de Philippins adultes sont sans emploi et l’Institut ajoute que cela représente un record, à au taux de 34,4 % de sans emploi sur les quatre premiers mois de l’année.

Essayons d’y voir un peu plus clair.

Population totale des Philippines que nous allons estimer à 100 millions.
Cinquante pourcent de cette population (en fait un peu plus) est composée de jeunes de moins de dix-huit ans, donc 50 millions qui ne rentrent pas dans 13,8 millions de sans emploi.
Sur les cinquante millions qu’il nous reste, nous devons enlever les 12 millions de Philippins qui travaillent à l’étranger, les OFW (50 – 12 = 38).

Sur ces 38 millions, tous ne souhaitent pas ou ne peuvent pas travailler, les femmes qui souhaitent ou qui sont obligées de rester à la maison, les personnes âgées, handicapées ou malades.

Estimons à 20 % les femmes qui souhaitent rester à la maison et les personnes âgées ou incapables de travailler. Disons 20 % de femmes qui ne souhaitent pas travailler, sur les 38 millions (qui sont des hommes et des femmes), nous divisons 38/2 que nous multiplions par 20 %  = 3,8 millions de femmes au foyer. 38 – 3,8 = 34,2 millions.

Les personnes âgées et ou inaptes au travail, un autre 10 %. 34,2 – 3,8 = 30,4 millions.
Trente millions de personnes en âge de travailler et qui souhaitent trouver un emploi, exactement 30,4 millions.

SWS nous indique qu’il y aurait au moins, je souligne le ‘’au moins’’, 13,8 millions de personnes sans emploi dans le pays. 

Ce qui représenterait un taux de chômage de plus de 45 % !

Et là, je commence à y croire.
Donc nous aurions 55 % de personnes qui auraient réellement un emploi, ce qui représente de l’ordre de 16, 7 millions de personnes avec réellement un emploi.

Maintenant si nous prenons les chiffres officiels, ceux annoncés par DOLE,  l’équivalent du Ministère du travail et de l’Emploi, nous arrivons à 2,9 millions de sans emploi en janvier 2012 !

Combien de fonctionnaires et d’agents de l’état ?

L’on estime à 1,5 million le nombre de fonctionnaires auxquels nous ajouterons 1,2 millions de personnes employées dans les LGU, les Local Gouverment Unit, que sont les Barangay(s).
Donc 16,7 – 2,7 = 14 millions de personnes employées dans le secteur privé.

D’autre part, sur ces 14 millions de personnes qui ont réellement un emploi, combien sont employées temporairement ? Ouvriers agricoles, saisonniers, employés sous contrat d’un maximum de cinq mois afin d’éviter d’avoir à payer certaines charges, employés de maison, etc.

Il y aurait 10,6 millions de contributeurs, de gens qui paient, la SSS, le Social Security System, donc l’on pourrait en conclure, dans la mesure ou cette contribution est obligatoire pour les employeurs, qu’il y aurait 10,6 millions d’employés aux Philippines.

Plus, bien évidemment, les fonctionnaires et agents de l’état.

N’oubliez-pas qu’un pourcentage important de ces travailleurs qui contribuent à la SSS, sont des travailleurs embauchés sous contrat à durée déterminée de moins de cinq mois.

Il existe très peu d’employés du secteur privé embauchés sous contrat à durée indéterminée, sauf bien entendu au niveau du management et de l’encadrement.


Pour ceux qui souhaiteraient monter une entreprise locale, quelques exemples de salaires minimums :
Sur le grand Manille entre 389 et 426 pesos par jour.
Sur Cavite entre 255 et 349 pesos par jour, ceci en fonction du secteur d’activité.
Pour le secteur agricole, hors plantation, le salaire minimum journalier varie entre 231 et 304 pesos. Je suis certain que la majorité de ces travailleurs agricoles, qui plantent et récoltent dans les rizières locales, sont payés bien en dessous de ces montants et que de plus les employeurs ne règlent aucune cotisation sociale.

L’inspection du travail ici ….       
                                           
Les ouvriers travaillent huit heures par jour et cela 6 jours sur sept.
Le travail de nuit est autorisé, même pour les femmes, de nombreuses entreprises des zones franches travaillent en trois huit.

Le paiement des salaires s’effectue les 15 et 30 de chaque mois.

Il se pourrait qu’il y ait une possibilité extraordinaire pour les Philippines en termes d’emploi,
en dehors du secteur touristique dont j’ai déjà parlé.

Deux études récentes apportent la preuve que de nombreuses entreprises occidentales implantées en Chine songent à délocaliser. Une partie songe à se relocaliser plus dans l’intérieur du pays où les coûts de production sont moins élevés que sur la côte.

Mais 22 % songent à partir vers d’autres pays émergeants de la zone et là pourrait se trouver une opportunité pour les Philippines. 

A la condition bien évidemment que le gouvernement mette en place des programmes d’investissements attractifs.


Mais de tout cela, nous en reparlerons dans un prochain post.



Expériences, avis, critiques et commentaires sont comme toujours les bienvenus.




Retrouvez-moi sur :
www.maretraiteauxphilippines.blogspot.com
en anglais sur :
www.frenchlivinginthephilippines.blogspot.com








Mon petit livre “101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 

Vous trouverez plus d’information sur la page "Livres"




OFFREZ-LUI UN CADEAU !Ce qui est fortement apprécié en ce moment :
Load pour son cellphone, P300 / P600 / P900 / P1.500 …
En Smart, Globe ou Sun Cellular
Elle peut ainsi vous parler pendant des dizaines de minutes et envoyer des centaines de messages,
Connexion Internet prépayée.
Consultez la page ‘’Offrez-lui un cadeau’’ !



  EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?


  Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines





3 comments:

41ced926-b49e-11e1-8b13-000bcdcb2996 said...

Salut Domy,
je travailles dans une usine faisant partie d'un groupe, et une de leurs usines est en Chine...ce serait intéressant pour moi s'ils décidaient de s'installer aux Philippines, en Europe les commandes se font attendre...Mon premier voyage approche, dans un mois :-)

Anonymous said...

Le phénomène décrit par Domy (possible délocalisation d’usines chinoises hors de Chine) est bien réel. Je suis en ce moment à Shenzhen et ces derniers jours j’ai justement parlé de ce sujet avec des entrepreneurs étrangers installés ici, et effectivement pratiquement tous envisagent cette possibilité.

Cependant aucun de ceux avec qui j’ai discuté ne pensent aux Philippines. La situation aux Philippines s’est peut-être un tout petit peu améliorée mais le pays reste un véritable épouvantail à investisseurs.

Ci-dessous un article récent du Daily Tribune sur ce sujet.

Alex

06/09/2012
Straight path, inclusive growth and all that hype failed to impress international sentiment on President Aquino as the Philippines remained among the mostly unfree economies in the world.

The Phillippines placed 107th out of 179 countries ranked with a score of 57.1 points, lower than the global and Asian average in the 2012 Index of Economic Freedom which was jointly released yesterday by the Washington-based think tank Heritage Foundation and global business publication Wall Street Journal.

The conservative advisory group is frequently consulted by the White House and the release of the data came on the eve of President Aquino’s meeting with US President Barack Obama.

While the country’s ranking improved from 115th last year to 107th this year, the score hardly moved from last year, gaining only 0.9 percentage point in the latest ranking.

Despite the supposed stepped-up anti-corruption drive of Aquino and the recent ousting of Chief Justice Renato Corona being made a showcase, the Heritage Foundation noted that the problem of corruption in government continues to linger.
“Despite some progress, corruption continues to undermine prospects for long-term economic development,” the Heritage Foundation noted.
It also noted lingering institutional challenges that will require deeper commitment to reform.

Among these, it cited the inefficient judiciary, which Heritagen Foundation said “remains susceptible to political interference, does not provide effective protection for property rights or strong and transparent enforcement of the law.”
Assessing the country’s performance last year, which was the first full year of Aquino as President, Heritage Foundation said on the Philippines that the rule of law remains uneven, and the legal framework is deficient in independence and efficiency.
“The cumbersome court system and loose regard for contracts continue to be causes for concern.
The judiciary is nominally independent but susceptible to political interference,” it added.
It added government anti-corruption efforts have been too inconsistent to eradicate bribery and graft effectively.
The index showed that the country’s score fell in the fields of government spending and trade freedom while improving in fiscal, business, labor and monetary freedoms.

Among its peers, the country lagged anew with Singapore at second; Malaysia, 63rd and Thailand, 60th.

Anonymous said...

un des problemes des Philippines c'est son image:
pays pauvre, corruption comme institution et pays interessant seulement pour passer des vacances,

meme les jeunes diplomés que j'ai pu rencontré pensent a une seule chose se barrer au US ou ailleur.

il y a un gros travaille de fond a faire par le gouvernement pour attirer les investisseurs et industrielle.
mais aussi que les jeunes diplomés
puissse avoir un soupçon d'avenir dans leur propre pays...

olivier.