Thursday, October 23, 2014

MAIS, ... OÙ ALLONS NOUS ?

" Mieux vaut une fin terrifiante qu’une terreur sans fin "

Douce France, cher pays de mon enfance… comme tu as bien changé !
Que se passe-t-il et que voyons nous venir ?



Un chômage grandissant.
Des salaires directs qui ne progressent plus.
Des salaires indirects qui sont rognés, érodés.
Une pression fiscale qui se fait de plus en plus forte.
Un ascenseur social cassé, la fin de la méritocratie.
Une faible contestation de plus en plus fortement réprimée.
Des désindustrialisations, une atonie des investissements productifs.
Des déficits, un monde de surendettement et des stocks de dettes qui enflent.
Des bilans de banque centrale hypertrophiés.
Des ultra-riches de plus en plus riches, des inégalités qui se creusent.
Des politiciens de droite et de gauche au service de l’ordre ancien et des kleptos.
Un contrôle des sociétés sous prétexte de terrorisme et fraude fiscale de plus en plus serré.
Une destruction des identités, des nations, des valeurs, sans précédent.
Une multiplication des conflits guerriers.
Une stratégie d’encerclement de la Chine et de la Russie.

Et ce que l’on voit qui crève les yeux, c’est que le système tient ! Il tient toujours !
Les gens râlent, mais baissent la tête, voire rampent, car on leur brandit le spectre de l’an Mil, de l’apocalypse. 

Il faut analyser l’articulation avec la propagande, l’information, l’école, la télé, la pub.
Si vous réussissez à rendre tout cela cohérent, alors c’est que vous n’êtes pas loin d’avoir compris quelque chose…

Avec un peu de recule et la connaissance que nous avons de nos jours de l'Histoire, l'on peut légitimement se poser la question de savoir si la Révolution de 1789 n'a tout simplement pas été une vaste fumisterie !



Les entrepreneurs, les salariés français sont comme le Tiers État en 1789. Ils portent sur leur dos la noblesse (le système politique) et le clergé (le système syndical) et la France d’en bas en crève. Elle est sur le chemin de l’Argentine. Rien ne peut empêcher un pays de se suicider. 

Nous sommes sur la bonne voie.
Quelqu'un peut-il me dire quels sont les actuels ministres du gouvernement qui ont un jour gagné leur vie en vendant à des clients, combien ont travaillé dans le privé ? Ils se gavent tous sur l'argent public, sur notre argent, sur les impôts dont nous sommes de plus en plus écrasés, sur les impôts sous lesquelles la France croule.

Et cela risque bien de continuer ainsi, pendant un certain temps tout du moins.
Car ils y vont par petites touches, mine de rien, sans avoir l’air d’y toucher, en vous disant que c’est inéluctable, que c’est la crise partout, que vous devez vous considérer comme des privilégiés, qu’il y a pire ailleurs… 


De plus, vous l’avez tous constaté, la crise est derrière nous.
Bien que sur ce dernier sujet, sur la crise qui serait derrière nous, il commence à y avoir des couacs, l’édifice du consensus se fissure, il y en a qui commencent à vous préparer psychologiquement… la crise pourrait bien être devant nous.

Le chômage, prenons pour cela l'exemple du chômage des jeunes en Europe.
Car les jeunes c'est l'avenir de ces trente à quarante prochaines années et que constatons-nous ?




Mes statistiques datent de 2013, mais c'est la dernière année complète de statistiques disponibles et, à ce que j'ai pu lire et entendre ici et là, les choses ne vont pas en s'améliorant. Il y a encore plus d'entreprises qui ferment ou qui dégraissent, que d'entreprises qui embauchent ou qui se créent dans l'hexagone. Et surtout plus de gens mis au chômage que de gens embauchés. De plus avec l’entourloupette sur le CDI, plus de 80 % des contrats d’embauche signés le sont sous CDD. Du travail précaire en somme.


Des salaires directs qui ne progressent plus.
Des militaires qui ne sont pas payés et maintenant ce sont des instituteurs du 93 qui se retrouvent dans la même situation. Même le Ministère de la Culture ne paye plus ses fournisseurs. 


Des classes qui ferment, des écoles et des Lycées qui font de même.
Des Universités qui sont en faillite, des Chambres de Commerce et d’Industrie menacées de fermeture…
La faillite arrive doucement, mais elle arrive.


Mais au fait, combien a-t-on payé Mac Carthy pour installer son plug anal Géant sur la place Vendôme ?

On nous parle de déflation (pas du plug), l'on nous dit que les prix baissent, mais ce n'est pas ce que constate la ménagère en faisant ses courses. Son panier est de plus en plus cher, alors qu'il est de moins en moins rempli !


Des parents qui ne peuvent plus payer les cantines scolaires des enfants, certains ne pouvant même plus payer les loyers, des demandent de réduction d'impôts, des demandes de reports pour le paiement des dits impôts, des problèmes avec les banques, sans parler de ces milliers de commerçant qui ont mis, ou qui envisagent de mettre la clé sous la porte. Voir à ce sujet les milliers de pancartes ''À vendre’’ ou ‘’À louer'' qui fleurissent dans les centres-villes de la France entière. Après l’industrie, le commerce détruit aussi des emplois.


Une petite dernière, le prix des pâtes pourrait augmenter de 75 % ! Les pâtes à la sauce tomate, le plat des pauvres dirait Macron, bientôt un plat de luxe ? http://lci.tf1.fr/economie/consommation/faut-is-8501650.htmll-avoir-peur-d-une-penurie-de-pate

Des pans entiers de la société française qui s'écroulent.



Ils rognent sur tout, le quotient familial, les allocations, toujours familiales, la prime de naissance à partir du troisième enfant,  on limoge dans l'armée, l'on rogne sur les droits sociaux, dont les indemnités chômage et de moins en moins de remboursement de la Sécu, puis cela va-être sur les salaires... Les impôts qui sont à des sommets, les taxes qui ressemblent au trajet d'Ariane 5... 

Et pendant ce temps, on vous enfume avec l'Ukraine, puis maintenant la menace islamique au Moyen-Orient et Ebola pour faire bonne mesure.


On vend 20 % de la Française des jeux (dans un premier temps), étonnant c’est une institution qui rapporte gros à l’État et qui de plus ne peut vraiment tomber en faillite.
Puis on commence à vendre les aéroports, l’immobilier national, on vend en ce moment des espaces naturels, des immeubles, des châteaux, des commerces, des logements, etc. (http://www.economie.gouv.fr/cessions/cessions-en-cours


Mais tout cela appartient aux Français, vous ont-ils demandé votre avis ? Le patrimoine des Français, notre patrimoine s’en va en couilles, il est bradé. Un hôtel de Police, classé monument historique à Bordeaux, des terrains militaires au bord de l’eau, une villa à Fort-de-France, un complexe touristique avec golf, etc. 
(http://www.linternaute.com/actualite/magazine/immobilier-tresors-et-lots-insolites-vendus-par-l-etat/nimes.shtml)

Je n’ai jamais entendu parler de ces braderies dans les médias officiels.
Mis à part l’immeuble de New-York, l’ancienne résidence de notre ambassadeur à l’ONU, qui a fait quelques entrefilets… rien, silence radio !


Pour ce qui est de la pression fiscale, par contre, vous vous en êtes tous aperçu.
Je vous avais demandé de bien vouloir me faire savoir si vous aviez constaté une baisse de vos impositions, je précise, impôts sur les revenus. Tous ceux d’entre vous qui ont répondu sont unanimes, uniquement des augmentations et des augmentations qui parfois font doubler les impositions subies en 2012 ;  je précise à revenus équivalents. 




Oui, mais un Ministre en France coûte 17 millions, seulement trois en Allemagne ; de plus, de l’autre côté du Rhin ils sont beaucoup moins nombreux !

Je vous en avais parlé il y a de cela un peu plus d’un an, mais depuis l’idée a fait son chemin et même un Sénateur s’en inquiète : ‘’la taxation des résidences principales des propriétaires.’’
Jean Louis Masson attire l'attention de M. le ministre des finances et des comptes publics sur le fait que, selon des rumeurs insistantes reprises par la presse (le Point, la Tribune, l'Express), le Gouvernement étudierait, en concertation avec des parlementaires socialistes, la possibilité de taxer les résidences principales des personnes qui sont propriétaires de leur logement. 


L'idée serait qu'une personne propriétaire de sa résidence principale bénéficie d'un revenu fictif correspondant à l'absence de loyer pour l'occupation de ladite résidence. De ce fait, il serait envisagé de considérer que l'équivalent du loyer est un revenu fictif (celui du loyer que le propriétaire ne paye pas vu qu'il est propriétaire) devant être imposé à l'impôt sur le revenu. Il est à peine croyable qu'on puisse simplement envisager une mesure aussi injuste à l'encontre des familles qui ont parfois travaillé tout une vie pour devenir propriétaires de leur logement. 

Il lui demande donc si, oui ou non, son ministère a étudié une telle possibilité de taxation."

Charles Sannat, dans un article du Contrarien Matin (www.lecontrarienmatin.com} préconisait d’acheter des biens immobiliers, terrains, maisons, appartements. Partant du principe qu’il serait difficile à l’État de vous piquer directement votre ou vos biens. Oui, mais ils vont tourner le problème en augmentant considérablement les impôts et taxes existants et en créant de nouveaux impôts et taxes. 

Au bout d’un certain temps il vous faudra vendre, car vous ne pourrez plus suivre. Cela a déjà commencé avec les terrains constructibles et l’immobilier de bureaux.

D‘un autre côté on vend les participations de l’État français dans les grandes entreprises nationales.
Et nous les vendons à qui ? Dans une grande proportion aux Américains qui nous paient avec la planche à billets.
Une monnaie qui n’a aucune valeur, sauf le prix du papier, de l’électricité et de l’encre qui a servi à imprimer ces billets qui ne sont que monnaie de singe. Des billets de Monopoly dirons nous, ni plus, ni moins.


Quant à nos Obligs ou obligations souveraines, les Bons du Trésor émis par l’État français, ce sont les Japonais qui, en majorité les achètent et ce, encore avec une planche à billets.
Avez-vous remarqué comment la répression se fait de plus en plus forte au fil des mois et des années ?



La ‘’Manif pour tous’’ en est un bon exemple, mais ce n’est pas le seul.
De nombreux exemples dans l'actualité nous prouvent, malheureusement, que dans la France de Hollande mieux vaut voler, violer et tuer que de défendre les droits des enfants et la famille. Ces délinquants et criminels sont la plupart du temps relâchés avec des peines ridicules par rapport à leurs actes.


Par contre, les bonnets rouges, les sifflets contre Hollande, les veilleurs aux endroits stratégiques, les dissidents pacifistes, les polémistes et même certains économistes, sont interdits dans la ‘’Hollandia.’‘


Il est désormais interdit de critiquer, vous devez accepter et approuver tout ce que vous disent les médias officiels.

La dette publique de la France est à cet instant de près de € 2.006.706.900.000 ou de deux trillions, six milliards, sept cents six millions et des brouettes… Deux mille et six milliards ! De plus nous continuons à augmenter cette dette. Le déficit approche les 58 milliards pour l’année 2014, année qui n’est pas encore terminée, je précise.

Maintenant si nous additionnons toutes les dettes, cela devient dément.
La France et les Français vivent à crédit !


Pour ceux qui ont quelques réserves en comptes courants, livrets divers, PEA, assurances vie, etc., attention… le temps de la grande rafle se rapproche. Les banques comme l’État sont en faillite !

Mais il y a le fond de garantie des dépôts me diront certains.
Oui, deux milliards sept cents millions pour couvrir plusieurs trillions de dépôts ! La grande illusion.


Lire à ce sujet l’excellent article de Charles Sennat 
http://www.lecontrarien.com/la-grande-illusion-de-la-garantie-des-depots-a-100-000-euros-21-10-2014-edito



Pour que vous n’ignoriez de rien, je vous invite à lire le Rapport annuel 2013 des Fonds de Garantie des Dépôt et Résolutions, plus spécialement la page 15 qui vous donnera une idée sur où se trouvent actuellement ces fonds.
http://www.garantiedesdepots.fr/sites/default/files/rapport_annuel_2013_fgdr_final_0.pdf

N’avez-vous pas remarqué que nous sommes de plus en plus surveillés, espionnés ?
L’État, sous les prétextes fallacieux de terrorisme et de fraude fiscale, vous surveille de plus en plus.
A quand le Goulag pour les plus récalcitrants ?


Il y a, à Bruxelles, un projet de la constitution d’une police (et armée) européenne qui serait chargée de la répression des manifestations et des émeutes. L’on pourrait ainsi envoyer des Ukrainiens (une fois cette dernière intégrée dans l’UE) réprimer violemment toute manifestation ou émeute qui surviendrait en France.

Intéressante idée ! C’est dans cette optique que l’on démantèle notre armée, si jamais elle se rangeait du côté des émeutiers.
De plus, comme il faudra bien que l’on conserve un embryon d’armée, ne serais-ce que pour faire semblant en Afrique, celle-ci sera désarmée et devra louer ses armes… à Kiloutou ? Nos politiques commencent à se méfier de la Grande Muette.

Toujours à Bruxelles, il faut savoir que le Traité Transatlantique ou TAFTA est en phase terminale de négociation, mais aucun Eurodéputé n’a accès à ces négociations, aucun document, aucune information ne filtrent.

Ce sont des non-élus, des personnes sous la coupe des lobbyistes américains qui négocient en votre nom.
Bonjour la Démocratie. On risque d’avoir quelques surprises une fois que le texte officiel et définitif va sortir. 


Une destruction des identités, des nations, des valeurs, sans précédent.



Cela passe par le mariage pour tous, l’adoption pour tous, la théorie du genre, les modifications de l’histoire, la volonté d’étouffement de la religion catholique, la destruction de la famille, la perte de la notion de ce qu’est la Nation, la division territoriale, etc. Ils vous font avaler des couleuvres et vous en redemandez.


Oui, je sais pour en avoir mangé que le serpent n’est pas si mauvais, mais des couleuvres… de plus crues.


Une multiplication des conflits guerriers.
Alors que nos forces armées se réduisent comme peau de chagrin, le pays est engagé sur quatre fronts.
Nous sommes toujours présents en Afghanistan.
On ne parle plus beaucoup du Mali, mais nous y sommes toujours.
En Centre-Afrique nos troupes se plaignent de ne pas être assez nombreuses.
Et nous voilà désormais engagé du côté du Moyen Orient, nous ne savons pas très bien où, ni contre qui.


Les Américains sont en train d’arriver de façon massive sur l’Afrique et il y a de grandes chances qu’ils nous supplantent sur le continent dans les prochaines années.



Les Américains ont trois buts : piller les richesses des pays les plus riches, contenir la présence chinoise qui se fait de plus en plus forte et affaiblir la France, tout en poursuivant leur but ultime de domination totale de la planète.


Mais je reviendrai sur l’ordre mondial voulu par les Américains dans un prochain billet.
Aussi bien sur leurs interventions en Afrique que sur celles de la région Asie-Pacifique.

Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d’habitude sont les bienvenus.


Chaque jeudi de 18 à 20 h, 12 à 14 h  en Europe sur Yahoo Messenger :
Pseudo < dtesteil >

Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.

Prendre sa retraite aux Philippines,
Pourquoi ?
7107 îles, plus de 36.000 kilomètres 
de côtes,des  milliers de plages de sable blanc, 
le soleil toute l’année ; des montagnes qui culminent 
à plus de 3.000 mètres,la jungle, les forêts, 
des paysages grandioses.
Une population chaleureuse et accueillante, 
des tribus colorées.Un excellent service de santé 
à un prix abordable. Le coût de la vie,un des plus bas 
au monde; de nombreux avantages offerts aux retraités,
pas d’impôts ni de taxes.
                           
Plus d'information sur la page ''livres''.


Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,


S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.

Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’



Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’



 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines


 

Saturday, October 18, 2014

DES FANTOMES ... À TERNATE !

Ils quittent un à un le pays, pour s’en aller gagner leur vie, loin de la terre où ils sont nés (!)
Depuis longtemps ils en rêvaient de la ville et de ses secrets, du formica et du ciné…
Nombreux sont ceux qui auront reconnu dans cette phrase, les premiers mots de ce qui est certainement la chanson la plus célèbre de Jean Ferrat, la Montagne.



Et bien, sachez que c’est ce qui se passe actuellement aux Philippines, la population locale quitte le monde rural pour aller s’installer dans les villes. Et c’est un exode massif auquel nous assistons, puisqu’en 2013 la population urbaine et ce pour la première fois de son histoire, dépasse la population des campagnes. Les citadins des grandes villes représentent désormais plus de 52 % d’une population totale estimée à cent cinq millions d’habitants. Alors que la population rurale était de 51,2 % en 1990, de 41,5 % en 2000 et de 33,6 % en 2010.

Oh le Philippin, celui qui quitte sa campagne pour la ville, ne rêve certainement pas au formica et au ciné, non ce qu’il recherche avant tout c’est la possibilité de se nourrir et de nourrir sa famille, d’échapper à la misère qui est la sienne dans sa lointaine province, peut-être également d’échapper à ses cauchemars.

Mais, n’avons nous pas connu ce type de situation en France ? Quand massivement arrivaient sur Paris les ‘’Bougnats’’ (en fait des Auvergnats, porteurs d’eau, puis charbonniers, d’où le nom ‘’Bougnats’’, puis marchands de vins et enfin cafetiers) ou alors ces migrations de jeunes filles bretonnes venues chercher du travail dans la capitale ? 

Petit aparté sur les jeunes Bretonnes qui, à partir de 1920, poussées par la misère arrivaient Gare Montparnasse : « Ce sont, dit-il, celles que l’on a accueillies la nuit dernière dans une rafle sur les boulevards. Monsieur le curé, vous pourriez prêcher en breton ici, presque toutes vous comprendraient. »
Voilà le genre de faits-divers que relayait la presse de l’époque. Bien sûr, toutes les Bretonnes ne tombaient pas dans la misère à leur arrivée. 


La Bretagne est alors un pays pauvre. Les salaires sont bas et les conditions de vie difficiles. Pour nombre d’entre elles, Paris apparaît comme le nouvel Eldorado. D’autant plus que ces jeunes filles “aussi sympathiques que capables”, selon un organisme de placement en bonnes, sont très recherchées. Elles sont des milliers à prendre le train et à débarquer sur les quais de la gare Montparnasse où la réalité est, en fait, toute autre. Sans argent ni relation, ne “baragouinant” que quelques mots de français, ces “naïves et confiantes” Bretonnes deviennent des proies faciles pour les proxénètes.

Aux Philippines, ce sont souvent des migrations qui font suite à des catastrophes naturelles, typhons dévastateurs, inondations de grandes ampleurs, éruptions volcaniques et dans une moindre mesure un tremblement de terre.

Ce sont majoritairement des paysans et des pêcheurs qui, après avoir tout perdu, très souvent leurs outils de travail, vont migrer en masse des campagnes et des bords de mer en direction des villes. Tacloban, Ormoc, Catbalogan, Calbayog, etc. pour ceux des provinces de Leyte et Samar.

Ainsi, il a été possible de constater un  afflux massif de nouveaux arrivants dans les grandes villes philippines comme Metro Manila et Metro Cebu, après le passage du typhon Haiyan, Yolanda pour son nom local.

Mais que vont bien pouvoir faire ces personnes, souvent sans ou avec peu d’éducation, que vont-ils bien pouvoir trouver comme travail, alors qu’il n’y en a déjà pas assez pour ceux arrivés avant eux ?
De plus, ceux arrivés de Leyte et Samar parlent le Waray, parfois avec une connaissance du Cebuano ; parfait pour Cebu, mais pas pour ceux qui arrivent à Manille. Des proies faciles pour les recruteurs en tout genre.


En 2013, l’agriculture employait encore 32 % de la main d’œuvre du pays pour seulement 12 % du GDP (PIB) national. Mais que vont bien pouvoir faire ces fermiers et pêcheurs dans une ville comme le grand Manille ou Metro Manilla, comme nous aimons l’appeler ?

Depuis quelques mois, peut-être une année, nous voyons des personnes qui errent dans la ville de Ternate.
Des personnes seules, parfois des femmes entre quarante et cinquante ans, qui font des allers-retours, à pied, du centre-ville aux Barangays périphériques de notre petite ville. Souvent emmitouflées dans des vêtements qui semblent être chauds, pas adaptés aux conditions climatiques locales. Parfois vêtus de haillons, ils ou elles marchent doucement, déambulent, s’assoient ici où là, mais étonnement sans jamais rien demander ni parler à quiconque. 

Comment font-elles pour se nourrir, où dorment-elles ? Je n’en sais absolument rien.

On les voit ainsi rester quelques jours, voire quelques semaines, avant de disparaître du paysage local.
Je soupçonne fortement qu’il s’agit là de ces migrants, arrivés ou déplacés du fin fond de leurs lointaines provinces et qui se sont rendu compte qu’ils n’avaient absolument aucun avenir dans la grande ville de Manille.

Il se pourrait même qu’il s’agisse de gens qui ont perdu toute leur famille dans la catastrophe de la région de Tacloban, car ces personnes ressemblent plus à des fantômes qu’à des Philippins qui ont simplement perdu le matériel. Quand je dis fantômes… en fait ils ressemblent plus à des morts vivants !

Puis un jour ils ont décidé de bouger, de quitter la capitale, peut-être de s’en retourner d’où ils venaient, à pied, par courtes étapes entrecoupées de longues haltes au gré de leur voyage, sans véritable but.
Le fait qu’ils ne parlent pas, qu’ils n’engagent pas la conversation avec les populations locales, pourrait indiquer qu’ils ne parlent ni le Filipino, ni le Visaya, encore moins le Chavacaño.

Donc des personnes qui parleraient le Waray par exemple, des personnes qui viendraient des provinces de Samar et de Leyte, de ces provinces ravagées par le typhon de novembre 2013.



Ternate n’est pas la seule ville à voir passer ces personnes, j’en ai rencontré à Naïc, Tanza, Rosario, ces villes qui se situent avant notre petite ville, mais toutes se dirigeaient vers le sud, toutes semblaient fuir la capitale surpeuplée et certainement inhospitalière, pour elles tout du moins.

Lorsqu’il fait beau, l’on peut les rencontrer le long des routes, marchant lentement, parfois assises à l’ombre d’un de ces arbres qui bordent nos routes. Parfois, même en pleine journée, certaines de ces personnes dorment sur un bas côté fraichement tondu, mais généralement non loin d’habitations.

Ces personnes n’ont rien d’autre que ce qu’elles portent sur elles, pas même pas un sac ou un baluchon ne leur tient compagnie. Rien à voler, sauf peut-être leurs vies, mais qui se soucie de la vie de ces pauvres êtres ? 

Personne ne les dérange, la population les laisse tranquilles et ils ne semblent déranger personne.

En France nous appellerions ces gens des vagabonds. Rectification, nous aurions appelé ces  gens des vagabonds, car maintenant avec les nombreux SDF qui hantent les villes et les campagnes françaises, le paysage social a bien changé.

A l’occasion, petit rappel au revenant N. Sarkosy.
Promesse de Nicolas Sarkozy : zéro SDF en 2008.
Lors de la campagne présidentielle de 2007, le futur président Nicolas Sarkozy avait formulé les promesses suivantes : « Je veux si je suis élu président de la République que d'ici à deux ans plus personne ne soit obligé de dormir sur le trottoir et d'y mourir de froid.  Le droit à l'hébergement, c'est une obligation humaine. Si on n'est plus choqué quand quelqu'un n'a plus un toit lorsqu'il fait froid et qu'il est obligé de dormir dehors, c'est tout l'équilibre de la société qui s'en trouvera remis en cause. »

Deux ans plus tard, en 2009, 358 SDF sont morts dans la rue.


Si nous avons de plus en plus de SDF en France, la situation n’est guère meilleure aux Philippines.
J’ai l’impression que les gens qui dorment dans les rues sont de plus en plus nombreux à Manille. 
Depuis plusieurs années Ermita, un quartier touristique de la Capitale, est devenu un lieu où l’on rencontre de nombreuses familles avec des enfants qui dorment sur les trottoirs.  Mais Ermita n’a pas l’apanage de cette situation. Quiapo, Tondo, Binondo, ces quartiers que j’ai parcourus ces derniers jours, compte également des malheureux qui vivent et dorment dans la rue.

Ces gens qui errent, ces gens que l’on peut rencontrer à Ternate, sont-ils des déplacés de la région de Tacloban ?

Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d’habitude sont les bienvenus.


Chaque jeudi de 18 à 20 h, 12 à 14 h  en Europe sur Yahoo Messenger :
Pseudo < dtesteil >

Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.

Prendre sa retraite aux Philippines,
Pourquoi ?
7107 îles, plus de 36.000 kilomètres 
de côtes,des  milliers de plages de sable blanc, 
le soleil toute l’année ; des montagnes qui culminent 
à plus de 3.000 mètres,la jungle, les forêts, 
des paysages grandioses.
Une population chaleureuse et accueillante, 
des tribus colorées.Un excellent service de santé 
à un prix abordable. Le coût de la vie,un des plus bas 
au monde; de nombreux avantages offerts aux retraités,
pas d’impôts ni de taxes.
                           
Plus d'information sur la page ''livres''.


Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,


S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.

Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’



Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’



 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines