Saturday, December 24, 2016

C'EST NOËL ... AUX PHILIPPINES !

FILIPINO … PASKO

Pasko, c’est Noël aux Philippines, la fête la plus importante de l’année et certainement celle qui dure le plus longtemps.

Si l’apothéose de cette fête qui célèbre la nativité, la naissance du Christ, est bien entendu la nuit du 24 au 25 décembre, dans ce pays a majorité de Chrétiens Romain Catholiques, Pasko a commencé trois mois auparavant.

Cela a commencé doucement, mais néanmoins, cela a bien commencé.


Un Père Noël qui défile sur l’écran de votre téléviseur plusieurs fois par jour et qui vous informe du nombre de jours restant avant Pasko : Pasko – 90, - 89 … et cela, bien entendu jusqu’au PASKO. Les chants de Noël sur les radios locales, un ou deux chants début octobre, une dizaine début novembre … cela va aller crescendo.

Les centres commerciaux et ils sont nombreux vont commencer à décorer aussi bien l’intérieur que l’extérieur. Des crèches géantes vont être installées par les municipalités, les parolas, ces lanternes typiques aux philippines, vont être accrochées un peu partout et éclairer les nuits philippines. Puis les particuliers, de plus en plus nombreux, au fur et à mesure que l’on se rapproche de la date fatidique, vont installer guirlandes électriques et parolas sur le devant de leurs maisons. Parfois de véritables œuvres d’art de lumière.

La Parola (parol ou pah-role) ou étoile lanterne, faite d’une armature de bambou, est le symbole de Noël aux Philippines. Elle représente la lumière à suivre, l’étoile de Bethlehem et est exclusive aux Pays. Le Philippin adore décorer sa maison, non seulement avec des parolas, mais également avec toutes sortes de décors de Noël.

Les Philippines sont connues pour être une terre de fête et durant la longue période de Noël cela est spécialement vrai. Les philippins sont fiers de proclamer que leur célébration de Noël est la plus longue et la plus joyeuse au monde.


A partir du début du mois de décembre, les gens vont vous saluer par un joyeux : ‘’Merry Chrismas !’’, du 26 décembre à début janvier cela sera ‘’Happy New Year’’ et jusqu’au 6 janvier, date de la Fiesta du ‘’Santo Niño de Ternate’’, cela sera ‘’Happy Fieta’’. Il y a toujours quelque chose à fêter au pays des 7.107 îles.

Officiellement pour ce qui est de la partie religieuse, la célébration de la naissance du Christ, tout commence le 16 décembre. Il faut assister à la première des neuf messes qui sont célébrées, à l’aube ou tôt le matin. Du 16 au 24 décembre, vers trois heures du matin, les rues de Ternate se remplissent de gens qui, par groupes joyeux, mais souvent frigorifiés, se rendent emmitouflés à l’église.

Trois heures trente, du matin, les cloches de l’église se mettent à sonner, invitant les fidèles à rejoindre le lieu de culte. De cinq à sept heures le prête va célébrer la messe, un long sermon, en Filipino, mais j’ai connu des prêtres qui sermonnaient en anglais … pour que je puisse comprendre ? Sortie de l’église, un petit encas pour certains, la boulangerie fait des affaires, le lugao et les eateries (sorte de petits restaurants locaux) aussi.

L’occasion également de tester le ‘’bibingka’’ gâteaux de riz avec œufs, brûlés sur le dessus et dessous, le putò bumbòng, une autre sorte de gâteau, de boire un salabàt (thé au gingembre) ou un tsokolàte brûlant (chocolat épais). Et tout ce beau monde, par petits groupes, va rentrer à la maison … pour se mettre au chaud sous les draps. Car, même si nous nous trouvons sous les tropiques, la température peut descendre aux alentours de 20º C au petit matin et … il fait froid.

Pour ceux qui ne pourraient pas assister aux neuf messes (la novena), le Filipino, toujours très pratique, a trouvé une solution. Il y a possibilité d’assister à une seule messe, spéciale, qui va remplacer les neuf messes. Fallait y penser !

Faire un vœu. La croyance populaire veut que celui qui assiste régulièrement aux neuf messes consécutives verra son vœu se réaliser dans l’année qui vient.


Si la célébration formelle de Noël commence le 16 décembre au matin par la première des neuf messes, la ‘’Misa de Gallo’’ en espagnol, Simbang Gabi en filipino, elle se poursuit ‘’non-stop’’ jusqu’au premier samedi de janvier, la fête des Rois (Feast of the Three Kings), la fin officielle des festivités.

Oui, fin officielle des festivités … mais pas à Ternate. La fête de la ville, la fête du Santo-Niño de Ternate est célébrée le 6 janvier. Le 16 janvier est, pour la partie Tagalog des Philippines, la fête officielle du Santo-Niño … rebelote pour la ‘’Fiesta’’.


Dans les jours, voir les semaines qui précèdent Noël, en soirée ou début de nuit, des enfants par petits groupes, vont passer de maison en maison pour la caroline.

Quelques chants, plus ou moins bien interprétés qui vont leur permettre de récolter quelques pesos. A l’école (idem dans les universités), des fêtes sont organisées. Un repas pris ensemble et offert par les plus aisés va resserrer les liens au sein de la classe. Après l’école, des exercices de danse et de chant … il va y avoir de nombreuses parades. Des défilés avec bandas (orchestres locaux) ou avec une sono mobile … encore beaucoup de bruit en perspective.

Le dernier jour de classe, avant les vacances de la Noëlle, les enfants vont échanger de petits cadeaux ; valeur des cadeaux entre 50 et 100 pesos. C’est un échange direct entre deux écoliers, pas de tirage au sort comme cela existe le jour de Noël. Car l’échanges de cadeaux se pratique beaucoup durant cette saison.

Pas de galette des rois pour l’Epiphanie, ce n’est pas dans la tradition philippine.
Il n’empêche, durant un bon mois, l’activité du pays a tendance à marcher au ralenti.

Noël est quelque chose de très important pour le Philippin, c’est le temps de la famille, le temps des échanges et des dons et c’est aussi une période ou l’on mange des produits exclusifs, ou l’on s’amuse et pendant laquelle l’on entretient des relations privilégiées avec ses amis. Mais Noël reste avant tout une fête de famille, au sens large de la famille, la famille philippine, la famille très étendue.


Il n’y a pas d’hiver aux Philippines, pas de neige. Il y a quelques pins, mais la tradition du sapin de Noël n’est pas aussi marquée que dans d’autres pays, principalement ceux d’occident. Santa Claus, visible un peu partout, sous forme d’images et de figurines, n’a pas l’importance qu’il revêt dans nos pays. Les enfants connaissent le Père Noël, mais savent que les cadeaux sont achetés par les parents.

Mais, même sans neige ou sapin, il n’y a pas de doute … c’est Noël aux Philippines.



La nuit de Noël.

Le 24, après la neuvième et dernière messe du matin, les femmes qui ont passé une grande partie de la nuit à cuisiner se reposent.

Les hommes discutent, les enfants jouent et tournent autour des cadeauxs qui chez nous sont au pied d’un sapin artificiel.

D’autres membres de la famille arrivent tout au long de la journée, les femmes avec les femmes, les hommes entre eux, peut-être quelques liqueurs avec des snacks, le karaoké, l’indispensable ‘’Karaoké’’ devenu partie intégrante des fêtes et des deuils philippins … il y a à manger, à manger et à boire pour tout le monde, mais interdit de toucher au dîner de la Noche Buena, le dîner que nous apprécieront au retour de la messe de minuit, le dîner qui se trouve sur la table … en présentation uniquement, on regarde, mais pas touche.

Le ‘’Jamon de Bola’’, le ‘’Keso de Bola’’, le porc rôti, les poulets grillés, les brochettes, les Pancits, les Adobos, l’éternel riz sous différentes formes, les gâteaux locaux et occidentaux, les autres desserts locaux, les chocolats et autres sucreries, etc. sans oublier les indispensables boissons … coke, sprite, jus de fruits et les alcools : la bière San Miguel, les vins, le rhum, le gin, le whisky …

Le Jamon de Bola, est un petit jambon blanc, reconstitué la plupart du temps, qui est sucré et enrobé, non pas dans de la gélatine, mais dans du miel.
Le Keso de Bola, à l’origine était un fromage rond espagnol, c’est maintenant une sorte d’Edam.

22 : 00 H. Tout le monde à la messe de minuit, certains bien imbibés n’assisteront peut-être pas à la Buena Noche ou alors, après un petit somme. Les plus jeunes des enfants dorment déjà, ils n’ont pas résisté à la fièvre du Noël philippin.


Fin de la messe, retour à la maison et là … Comme un vol de gerfauts hors du charnier natal … mangeons, buvons et remangeons.

Autorisons les plus résistants des enfants à ouvrir leurs cadeaux … cris, exclamations, joie … bonheur !

Fatigue plus alcools … les bougies s’éteignent une à une, les visiteurs s’en retournent chez eux (à pied), les invités vont se coucher, il est cinq heures bonne gens et la Buena Noche se termine.

Mais Pasko n’est pas encore complètement terminé.

Au matin du 25 décembre, dans leurs habits neufs apportés par le Père Noël, les enfants philippins se rendent chez leurs Ninong et Ninang, les parrains et marraines.

Et la tradition veut qu’ils aient beaucoup de Ninong et Ninang. Ils vont donc passer dans les maisons des parrains et marraines pour avoir un cadeau, quelques friandises, un peu d’argent, un jus de fruit, manger un peu de Pancit ou de spaghettis et s’en retourner, avant midi, chargés de cadeaux.

Ils passeront l’après-midi et les jours qui suivent à jouer entre eux avec leurs nouveaux jouets. Les adultes eux, attendent le nouvel an … l’on va pouvoir commencer à faire la ‘’guerre’’, beaucoup de bruit en perspective.



A tous un joyeux Noël ! Pasko !!!


Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d’habitude sont les bienvenus.

Retrouvez-moi sur :
Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.


Prendre sa retraite aux Philippines,
Pourquoi ?
7107 îles, plus de 36.000 kilomètres de côtes,
   des  milliers de plages de sable blanc, le soleil toute l’année ;
des montagnes qui culminent à plus de 3.000 mètres,
la jungle, les forêts, des paysages grandioses.

Une population chaleureuse et accueillante, des tribus colorées.
Un excellent service de santé à un prix abordable. Le coût de la vie,
   un des plus bas au monde ; de nombreux avantages offerts aux retraités,
pas d’impôts ni de taxes.

      Rendez-vous sur la page livres pour en savoir plus.




Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,





S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.


Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’



Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’



 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines


No comments: